Sciences

Hubble : la machine à remonter dans le temps

ActualitéClassé sous :Astronomie , Hubble , télescope spatial

En 1990, le télescope spatial Hubble était placé sur orbite. Après réparation de son miroir en 1993, il ouvrait grand son œil sur le Système Solaire et l'Univers, et offrait à la communauté scientifique un nouveau regard sur le cosmos. Véritable machine à remonter dans le temps, Hubble a sans aucun doute révolutionné notre vision de l'Espace.

Le Télescope spatial James Webb, futur successeur de Hubble (vue d'artiste) (Crédits : ESA)

Pour fêter dignement ce seizième anniversaire, l'Association Aéronautique et Astronautique de France (AAAF) avait invité hier le professeur Roger-Maurice Bonnet, astrophysicien de renom et ancien Directeur du Programme Scientifique de l'ESA. Lors de cette conférence, qui s'est déroulée dans les locaux de la Mairie du Vième arrondissement de Paris, le parrain de Futura-Sciences est revenu sur les principaux exploits de Hubble.

Bon anniversaire Hubble !

Hubble : La machine à remonter dans le temps

Hubble mesure 15,9 mètres de long et pèse près de 11 tonnes. En 1993, grâce à son miroir principal de 2,4 mètres de diamètre, miroir dont la fabrication avait été entachée d'une grave erreur et qui avait dû être réparé en orbite, le télescope spatial avait pu observer les galaxies et l'univers lointain avec une acuité alors inégalée. Ce qu'il a appris aux astronomes au cours de ses treize années de bons et loyaux services est considérable.

Hubble est parti à la conquête de l'aube de l'univers. Grâce à ses images de champ profond, obtenues en braquant le télescope sur un point précis pendant plus de 14 jours, à grand renfort de gyroscopes et de roues à inertie, il a déniché des étoiles et des galaxies parmi les plus jeunes - après le Big Bang - jamais observées. D'autre part, il a contribué à vérifier que l'Univers était en expansion, qu'il accélérait, et a découvert que des trous noirs se cachaient au cœur des galaxies. Il a également photographié des collisions de galaxies et vu la comète Shoemaker-Levy 9 se fragmenter. Il ne faut pas oublier non plus ses travaux sur les amas globulaires et sa contribution à l'étude de la matière sombre.

Une collision de galaxies observée par Hubble (Crédits : NASA/ESA)

Quand il lui prenait l'envie de se tourner vers notre Système Solaire, Hubble était capable de nous montrer les astres presque aussi bien que les sondes planétaires elles-mêmes. Figurent notamment à son actif les observations des aurores de Jupiter, des saisons martiennes, du transit de Io et de ses plumes volcaniques, de Titan, ainsi que les découvertes de 2 nouveaux anneaux d'Uranus, des lunes Mab et Cupidon et des deux nouveaux compagnons de Pluton.

Hubble a "offert" deux compagnons à Pluton (Crédits : NASA)

Que va-t-il advenir de Hubble ?

Comme nous venons de le voir, le télescope spatial Hubble a été, et demeure, un instrument précieux. Si précieux que des astronautes se rendent régulièrement à son chevet pour rehausser son altitude, corriger l'optique et lui fournir de nouveaux instruments. Mais aujourd'hui, son avenir est incertain, car il dépend des vols futurs de la navette américaine.

Hubble a régulièrement besoin d'opération de maintenance Quand aura lieu la prochaine ? (Crédits : NASA)

Suite à l'accident d'une navette, les Etats-Unis ont revu le nombre de vols à la baisse. Ainsi, la prochaine mission de maintenance ne devrait avoir lieu qu'en 2007 ou 2008. Sera-t-il trop tard ? « Bien sûr, le risque d'une panne augmente à chaque instant qui passe », a expliqué hier le professeur Roger-Maurice Bonnet. « Les éléments les plus critiques sont les roues à inertie, les batteries et les gyroscopes. Mais, si ces derniers venaient à tomber en panne, on pourrait utiliser la même technique que sur SOHO NDLR : quand le dernier gyroscope de SOHO était tombé en panne, le 21 décembre 1998, des équipes de l'ESA avaient mis au point un programme permettant au satellite de fonctionner... sans gyroscope ! ». Un autre problème vient du freinage d'Hubble dans les hautes couches de l'atmosphère et de sa chute progressive : il faut régulièrement relever son altitude pour le remettre sur la bonne orbite.

Le coût total du programme s'élève aujourd'hui à 6 milliards de dollars. Selon Roger-Maurice Bonnet, Hubble devrait pouvoir fonctionner au moins jusqu'en 2013. Au delà, le James Webb prendra sûrement le relais. Mais, en attendant ta retraite, bon anniversaire Hubble !

Cela vous intéressera aussi