La fabrication de bouchons en liège est un processus de longue haleine. © melyttg, Flickr, CC by-nc-nd 2.0

Sciences

La fabrication des bouchons en liège

Question/RéponseClassé sous :Matière , fabrication de bouchons en liège , bouchon en liège

Pour fermer les bouteilles de vin, les bouchons en liège sont aujourd'hui parfois remplacés par des capsules à vis ou par des bouchons synthétiques. Pourtant, on produit encore environ 17 milliards de bouchons en liège par an dans le monde. Zoom sur un procédé de fabrication bien maîtrisé.

Le liège, un matériau naturel

C'est de l'écorce des arbres appelés justement chênes-lièges que l'on tire ce matériau. Le liège est donc un tissu végétal. Il est parfaitement isolant et destiné à protéger l'arbre contre les différentes agressions extérieures (feu, parasites, sécheresse, etc.).

Le liège initialement produit par le chêne, appelé liège mâle, n'est pas de qualité suffisante pour servir à la fabrication de bouchons. Il est donc nécessaire, dans un premier temps, de déliéger l'arbre, à deux reprises au moins, avant d'obtenir un liège dit femelle qui pourra être utilisé pour la fabrication de planches de liège.

Le séchage du liège

Les planches de liège doivent ensuite sécher à l'air libre pendant une durée de quelque 12 mois. Leur humidité interne diminue avant qu'elles ne subissent oxydations et lessivages. Objectif : débarrasser le liège des insectes, des tannins et des autres impuretés qu'il pourrait contenir.

Le bouillage du liège

Après le séchage, le liège est trempé pendant une heure dans de grandes cuves remplies d'eau bouillante afin de le désinfecter, de l'assouplir, de le faire gonfler un peu.

Une phase de repos

Les planches sont ensuite laissées au repos dans une cave. Elles y restent de quelques jours à plusieurs semaines, en fonction des conditions de température et d'humidité. Cette étape permet de les assouplir un peu plus encore.

Tirage en bande, tubage et rognage

L'étape suivante est celle de la découpe transversale des planches, en bandes d'une largeur approximativement égale à la longueur des bouchons à fabriquer. Ensuite, ces bandes passent dans une tubeuse qui usine les bouchons dans l'épaisseur du liège. Un rognage permet enfin d'égaliser la longueur des bouchons.

Les finitions sur les bouchons

Les bouchons subissent alors un lavage dans des bains successifs et des séchages puis ils sont triés à la main en fonction de certains critères de qualité (couleur, forme, élasticité, etc.). Enfin, les bouchons sont marqués (au feu ou à l'encre) à la demande de l'acheteur avant d'être recouverts de paraffine pour améliorer leur étanchéité et de silicone pour les rendre plus facile à introduire ou à extraire du goulot.

Cela vous intéressera aussi