L'échographie des reins permet d'observer l'appareil urinaire dont les reins, les uretères, la vessie, la prostate et les testicules chez les hommes. © Vitleo, Adobe Stock

Santé

Coliques néphrétiques : quels sont les causes, symptômes et traitements

Question/RéponseClassé sous :médecine , colique , douleur aiguë
 

La colique néphrétique est une douleur qui se manifeste généralement dans la région lombaire, et parfois sur les flancs. L'origine de cette douleur est le calcul rénal, aussi appelé lithiase, qui est une concrétion solide formée de petits cristaux de sels minéraux. Comment reconnaître et traiter ce problème ?

La colique néphrétique n'est pas une maladie mais la manifestation d'un symptôme qui correspond à l'apparition de calculs rénaux dans le système urinaire. Elle se produit lorsqu'un calcul rénal se détache de l'organe et se déplace dans l'uretère, en direction de la vessie. Le corps humain tente en effet de les éliminer. Les calculs rénaux, bien que situés dans les reins, passent généralement inaperçus et peuvent le rester pendant des mois ou des années.

La douleur est brutale, forte, et ne se calme pas avec les changements de positions, ce qui fait dire en faculté de médecine : « colique néphrétique, patient frénétique ».

Quelles sont les principales causes de coliques néphrétiques ?

  • Une faible consommation d’eau : les patients qui développent habituellement des calculs rénaux boivent en moyenne 300 à 500 ml d'eau en moins par jour par rapport aux personnes qui n'en ont jamais eu.
  • Une chaleur excessive : les personnes vivant dans les pays tropicaux ou travaillant dans des endroits très chauds doivent toujours essayer de rester bien hydratées pour éviter de produire une urine trop concentrée.
  • Certains régimes alimentaires : les aliments riches en sel, protéines et sucres sont des facteurs de risque. Le jus de pamplemousse et les alcools forts sont nocifs, ils augmentent la probabilité de formation de calculs rénaux.
  • Certains médicaments peuvent avoir pour effet secondaire la création de calculs rénaux.
  • Les maladies préexistantes et le vieillissement : obésité, diabète, prise de poids rapide... 

Les hommes sont plus sensibles à ce problème.

Les coliques néphrétiques sont à l’origine de douleurs très violentes. © Pxhere

Quels sont les symptômes de la colique néphrétique ?

Parmi les principaux signaux d'alerte, on peut citer :

  • Des douleurs insupportables. Lorsque le calcul rénal se déplace dans la vessie ou par le canal urétral, il est fréquent de ressentir une douleur lombaire aiguë qui a tendance à se déplacer vers les parties inférieures de l'abdomen. Beaucoup disent que la souffrance d'un calcul rénal en mouvement est aussi forte que celle d'un accouchement.
  • Des nausées et vomissements peuvent accompagner les douleurs.
  • Sang dans les urines, pouvant être vu, soit à l'œil nu, soit par des analyses.
  • Comme les reins filtrent le sang, un élément comme le calcul rénal peut entraîner le passage des globules rouges dans ces organes.
  • Besoin fréquent d'uriner. Si vous allez aux toilettes beaucoup plus souvent sans raison apparente, cela peut constituer un symptôme de la colique néphrétique.

Quels sont les traitements indiqués ?

Contrairement à ce qui était recommandé dans le passé, il faut éviter une consommation excessive de liquides pendant les coliques. Cela peut augmenter la pression de l’urine dans le rein et par conséquent accroître la douleur. Le traitement de la colique néphrétique peut se faire sur plusieurs fronts :

  • Les médicaments. Lors des crises, l'utilisation d'analgésiques et d'anti-inflammatoires puissants est indiquée pour soulager la douleur qui est extrêmement forte. Seuls les médicaments prescrits par un médecin sont à ingérer.
  • La lithotripsie consiste à envoyer des ondes de choc dans le but de fragmenter le calcul, ce qui facilite son élimination par l'urine.
  • Chirurgie percutanée ou endoscopique : grâce à l'endoscope et à de petits trous, le calcul peut être retiré des reins après sa fragmentation.
  • L'urétéroscopie permet l'ablation des calculs rénaux situés dans l'uretère.

En cas de suspicion de présence de calculs rénaux, il est essentiel de procéder à des examens tels qu'une radiographie de l'abdomen, une échographie des voies urinaires, une tomodensitométrie abdominale ou une radiographie rénale par contraste (urographie excrétoire).
 

Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement).

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !