Santé

Ménopause précoce et ménopause artificielle

Dossier - La ménopause en détail
DossierClassé sous :médecine , femme , fécondité

-

Ce dossier vous propose de tout savoir sur la ménopause : les symptômes, les traitements hormonaux et alternatifs, les bouffées de chaleur...

  
DossiersLa ménopause en détail
 

Comme pour n'importe quel phénomène naturel, la ménopause ne survient jamais exactement de la même façon d'une femme à l'autre. Elle peut notamment être déclenchée de façon brutale ou précoce. On parle de ménopause précoce et de ménopause artificielle.

La ménopause peut se déclencher naturellement avant 40 ans, c'est la ménopause précoce. Mais elle peut aussi arriver après un traitement ou une opération, on parle alors de ménopause artificielle. © Sebastian Kaulitzki, Shutterstock

La ménopause précoce : avant 40 ans

On parle de ménopause prématurée ou précoce quand elle survient avant l'âge de 40 ans. Le processus et les symptômes sont exactement les mêmes que dans le cadre de la ménopause intervenant à l'âge « normal ». On ne sait pas pourquoi certaines femmes sont ménopausées plus tôt que d'autres. Il ne semble pas que l'âge des premières règles ait une influence quelconque. En revanche, la génétique jouerait un rôle. Ainsi, si l'on compare l'âge de survenue de la ménopause chez les femmes d'une même famille, on note qu'il est souvent approchant. Si la mère a été ménopausée jeune, il y a un risque que la fille le soit aussi, et inversement. Il n'y a toutefois rien de systématique. On n'en sait pas plus aujourd'hui sur les gènes qui seraient impliqués dans ce phénomène.

La ménopause artificielle : quelles causes ?

La ménopause artificielle peut survenir après une opération chirurgicale ou une maladie. C'est le cas lorsque les médecins doivent procéder à l'ablation des deux ovaires. Sans eux, pas de cycle hormonal, pas de règles : c'est la ménopause brutale. L'hystérectomie (ablation de l’utérus), en revanche, ne provoque pas de ménopause : les ovaires sont toujours là pour produire des hormones et assurer un cycle menstruel. En revanche, puisqu'il n'y a plus d'utérus ni, donc, de muqueuse, les règles s'arrêtent.

La ménopause peut aussi être provoquée par un traitement médical. C'est souvent le cas lors d'une radiothérapie. Elle est alors irréversible.

Certains traitements hormonaux, notamment dans le traitement du cancer du sein, visent par définition à provoquer une ménopause artificielle pour traiter un cancer hormonodépendant. Ce type de ménopause est réversible : à l'arrêt du traitement, les cycles peuvent reprendre, même si cela peut prendre un peu de temps.

La chimiothérapie peut elle aussi provoquer une ménopause temporaire. En luttant contre les cellules cancéreuses, le traitement peut endommager voire décimer les cellules folliculaires contenues dans les ovaires et provoquer les symptômes classiques de la ménopause. Mais les œstrogènes peuvent se remettre en action si certains follicules ont résisté à la chimiothérapie. Il est alors possible, même, d'envisager une grossesse.

Certaines maladies auto-immunes ont également pour effet secondaire de déclencher une ménopause précoce. Ce peut-être le cas (mais ce n'est pas systématique) de la maladie d'Addison, de la maladie de Crohn ou d'une hypothyroïdie non soignée. Ce type de situation représenterait environ 1 cas de ménopause prématurée sur 5.

Conclusion sur la ménopause précoce et la ménopause artificielle

La ménopause n'intervient donc pas toujours de façon naturelle. De nombreuses maladies ou traitements peuvent la provoquer. Heureusement, dans certains cas, elle est réversible et la patiente pourra même envisager de tomber enceinte à l'arrêt du traitement.