Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Stérile suite à un cancer, une femme met au monde un bébé à partir de ses ovocytes congelés Après avoir vaincu le cancer, une Française de 34 ans met au monde un bébé issu de ses propres ovocytes congelés. Une première mondiale qu'on vous détaille dans cette vidéo !

En France, ce sont environ 62.000 femmes qui subissent une hystérectomie chaque année. Cet acte chirurgical consiste en retirer l'utérus, partiellement ou complètement selon les cas. L'hystérectomie, comme tous les noms d'interventions chirurgicales se terminant par « ectomie », désigne une ablationablation -- ici, celle de l'utérus.

L'hystérectomie est partielle (ou subtotale) lorsque seul le corps de l'utérus est retiré. Elle est totale lorsque l'on enlève avec lui le col de l'utéruscol de l'utérus. L'ablation pourra aussi concerner les ovairesovaires et les trompes de Fallope, et dans certains cas, le tiers supérieur du vaginvagin et les ganglions lymphatiques. On parle alors d'hystérectomie radicale, ou d'hystérectomie avec annexectomie.

Lors d'une hystérectomie, l'utérus peut être retiré par voie vaginale, abdominale (comme une césarienne) ou laparoscopique. © DR
Lors d'une hystérectomie, l'utérus peut être retiré par voie vaginale, abdominale (comme une césarienne) ou laparoscopique. © DR

Si l'utérus n'est pas un organe vital, son ablation a de lourdes conséquences. La conséquence la plus évidente est la stérilité, mais l'hystérectomie peut avoir d'autres effets secondaires, comme une ménopause prématurée, ou « ménopauseménopause chirurgicale ». Lorsque l'ablation concerne aussi les ovaires, le corps subit une chute drastique en taux d'hormoneshormones sexuelles et les symptômes de la ménopause surviennent brutalement. 

Quelles sont les indications d'une hystérectomie ? 

En raison de suites aussi lourdes et des conséquences psychologiques qu'elles peuvent avoir, l'hystérectomie n'est indiquée qu'en dernier recours dans le cas de pathologiespathologies utérines bénignes ou malignes. 

En 2018, 70 % des hystérectomies pratiquées en France l'ont été pour des pathologies bénignes. Celles-ci incluent tumeurstumeurs bénignes, endométrioses, prolapsus génitaux, fibromes ou encore ménorragies. Toutes ces pathologies, bien que bénignes, peuvent causer des douleursdouleurs qui affectent la qualité de vie.

L'hystérectomie est une solution radicale proposée lorsque les autres traitements ont échoué, aux patientes qui ne souhaitent pas ou plus d'enfants. Elle peut également être préconisée dans le traitement de cancerscancers : celui du col de l’utérus, des ovaires ou de l'endomètreendomètre.