Santé

Traitement de la ménopause : nouvelles molécules et phytothérapie

Dossier - La ménopause en détail
DossierClassé sous :médecine , femme , fécondité

-

Ce dossier vous propose de tout savoir sur la ménopause : les symptômes, les traitements hormonaux et alternatifs, les bouffées de chaleur...

  
DossiersLa ménopause en détail
 

Bien que les traitements substitutifs de la ménopause soient les plus répandus, il existe des thérapeutiques alternatives, comme la phytothérapie. Leur efficacité est variable mais elles ont le mérite de proposer une solution pour les femmes qui ne pourraient ou ne voudraient pas prendre de traitement hormonal. 

La phytothérapie représente aujourd’hui une alternative crédible à une thérapeutique conventionnelle dans le traitement des désagréments liés à la ménopause. © Chamille White, Shutterstock

Traitement de la ménopause : les nouvelles molécules

Il existe essentiellement deux molécules à l'heure actuelle dont les bénéfices jouent en faveur des troubles climatériques.

  • Les SERM (modulateurs sélectifs des récepteurs aux œstrogènes

Paradoxalement, la molécule vise à adopter une attitude anti-œstrogène sur l'endomètre et les seins alors qu'elle a une influence œstrogénique sur la masse osseuse et le système cardiovasculaire. Les SERM sont donc définis par leurs propriétés agonistes et antiagonistes. Aucun bénéfice n'a été démontré pour le moment par rapport aux bouffées de chaleur et à la sécheresse vaginale. Le raloxifène est un benzothiophène non-stéroïdien qui peut être utilisé seul. Quant au tamoxifène, on l'utilise en combinaison avec un progestatif. Enfin, les bisphosphonates (des molécules inhibant la résorption osseuse et limitant les fractures) sont employés pour leur action contre l'ostéoporose. Ils jouent un rôle de minéralisation. Ces nouvelles thérapies sont très chères mais dès lors que l'ostéoporose a été confirmée, l'assurance maladie peut prendre en charge une partie des dépenses.

La tibolone en est sa molécule phare mais la science n'a pas encore suffisamment de recul pour pouvoir se prononcer sur ses bienfaits et pour préciser les effets indésirables qui pourraient en découler. Cette molécule agit sur les bouffées de chaleur, prévient la perte et aiderait également à booster la libido. En revanche, le risque de cancer du sein pourrait se trouver augmenté.

Le traitement de la ménopause par phytothérapie

La phytothérapie peut constituer une aide naturelle contre les troubles climatériques (bouffées de chaleur notamment).  En cours d'évaluation par la recherche et les organismes de santé publique, cette approche englobe les phyto-œstrogènes provenant des végétaux comme l'isoflavone, une molécule issue du soja dont les propriétés sont similaires à celles de certaines hormones produites par le corps. Ce sont des compléments alimentaires, pas un traitement de fond, dont l'efficacité n'est pas formellement prouvée.

Il existe d'autres phyto-œstrogènes que l'on peut trouver dans la sauge, le trèfle rouge ou encore le houblon.

Conclusion sur les traitements alternatifs de la ménopause

Ainsi, des traitements alternatifs proposent à l'heure actuelle des thérapies plus douces. L'efficacité de ces traitements naturels reste toutefois à prouver. Soulignons enfin que, même s'il s'agit de plantes, elles n'en restent pas moins des plantes de phytothérapie et, à ce titre, ont un effet sur l'organisme. Il est donc primordial de bien respecter les conditions d'utilisation et les doses conseillées.