La ménopause survient aux alentours de 50 ans. © Orawan, Adobe Stock
Santé

Des gènes pour prédire à quel âge la ménopause survient

ActualitéClassé sous :Reproduction sexuelle , médecine , femme

Des chercheurs ont identifié près de 300 variations génétiques impliquées dans l'âge auquel se déclenche la ménopause. Un premier pas vers un test prédictif !

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Les drosophiles privées de sexe aiment l'alcool  Des mâles drosophiles ayant été préalablement privés de relations sexuelles vont ensuite se diriger préférentiellement vers une source alimentaire fortement concentrée en alcool. 

Pour la majeure partie des femmes cisgenres et autres personnes pourvues d'un utérus, la ménopause survient entre 47 ans et 52 ans. Mais dans certains cas, la personne subit une ménopause précoce... Avec jusqu'à une dizaine d'années d'avance. Des scientifiques se sont interrogés sur les causes génétiques de ce trouble, bien que la ménopause soit un phénomène multifactoriel.

En analysant le patrimoine génétique d'environ 200.000 femmes cisgenres d'ascendance européenne, âgées d'entre 40 et 60 ans, ils ont pu identifier quelque 290 variations génétiques impliquées dans cette horloge biologique. Ce qui multiplie par cinq le nombre de traits génétiques connus influençant la durée de la vie reproductive ! En tout, ces gènes compteraient pour 10 % des variations de l'âge où apparaît la ménopause.

Vers un test prédictif ?

« Dans un monde idéal, nous serions en mesure de prédire quelles femmes ont une fenêtre de fertilité naturelle plus courte, pour leur permettre de faire des choix reproductifs plus éclairés », avance John Perry, généticien à l'université de Cambridge (Royaume-Uni) et coauteur de l'étude. Il souligne qu'actuellement, « la plupart des femmes ignorent complètement ce que pourrait être cette fenêtre ».

À la naissance, tous les ovules immatures sont déjà formés. Cycle après cycle, ils sont libérés lors de l'ovulation. Quand un ovocyte - un ovule immature - contient de l'ADN endommagé, il est détruit par un mécanisme de protection. Du matériel génétique endommagé n'est pas censé être transmis. Au fil du temps, de plus en plus d'ovocytes sont détruits car la réparation de l'ADN devient moins efficace. Une décennie avant la ménopause, la fertilité diminue drastiquement.

Généralement, la ménopause survient entre 47 ans et 52 ans. © Alexey Wraith, Adobe Stock

Les facteurs jouant sur cette fertilité sont multiples - génétique, environnement, mode de vie... - mais les 290 gènes identifiés semblent avoir un rôle significatif. Les scientifiques espèrent qu'un jour ces données pourraient être exploitées pour déterminer individuellement l'âge de la ménopause et pour améliorer le taux des réussites des fécondations in vitro.

Le « checkpoint kinase 2 »

Parmi les variations liées à la ménopause, un gène paraît plus prometteur que les autres : CHEK2, pour checkpoint kinase 2. Il code pour une enzyme provoquant l'arrêt de la destruction d'un ovocyte dont l'ADN est endommagé. Chez les souris n'ayant pas CHEK2, les réserves d'ovocytes durent plus longtemps. Chez les femmes, les chercheurs ont observé un retard moyen de trois ans et demi pour la ménopause.

Évidemment, les traitements contre la ménopause précoce ou pour prolonger la durée de la période de reproduction sont loin d'être aboutis. Mais l'idée est là. Et avec elle, son lot de questionnements éthiques. « Je pense que l'amélioration de la réparation de l'ADN est très prometteuse pour retarder la ménopause, soutient Kutluk Oktay, spécialiste américaine de la fertilité et n'ayant pas coécrit cette étude. Mais abolir le points de contrôle qui éliminent les ovocytes endommagés pourrait être une proposition risquée. »

Pour en savoir plus

L'âge de la ménopause prédit par un test sanguin !

La ménopause survient chez toutes les femmes, plus ou moins tôt dans leur vie. Un simple test sanguin, affirment des chercheurs iraniens, permettrait de prédire précisément l'âge auquel elle survient. Vraiment efficace ?

Article de Claire Peltier, publié le 30/06/2010

Etymologiquement arrêt des règles, la ménopause est surtout synonyme d'impossibilité de procréer. Durant cette période, le taux des hormones féminines diminue et mène à des perturbations physiologiques souvent mal supportées par les femmes : bouffées de chaleur, troubles psychologiques mineurs, prise de poids, ostéoporose...

Alors que l'âge moyen de l'apparition de la ménopause se situe entre 45 et 55 ans, il arrive qu'elle survienne plus tôt. En plus des désagréments physiologiques qu'elles subissent, ces femmes perdent ainsi l'espoir de concevoir une famille alors qu'elles auraient pu faire leurs enfants plus tôt si elles avaient su qu'elles seraient ménopausées prématurément.

Des chercheurs iraniens de l'université des sciences médicales Shahid Beheshti ont présenté leurs travaux à Rome, au 26e congrès annuel de la société européenne de reproduction humaine et d'embryologie (ESHRE). Ils prétendent pouvoir prédire l'âge auquel une femme sera ménopausée grâce à un simple test sanguin.

L'hormone anti-müllérienne (AMH), sécrétée par les ovaires, serait le facteur déterminant. L'AMH contrôle le développement des follicules en ovocytes et serait donc un bon marqueur de la fonctionnalité des ovaires. Les chercheurs ont mesuré le taux de cette hormone chez 266 femmes âgées de 20 à 49 ans. Ainsi tous les trois ans, ces femmes ont subi un prélèvement sanguin pour mesurer le taux d'AMH et des examens médicaux.

Un simple dosage hormonal à partir d'un échantillon sanguin pourrait permettre de déterminer l'âge de l'apparition de la ménopause. © Patrick H. Lauke / Licence Creative Commons

Un taux d’AMH faible : ménopause précoce

Suite aux analyses, les chercheurs ont développé un outil statistique permettant de déterminer l'âge de la ménopause en fonction d'un seul prélèvement sanguin. Les chercheurs ont eux-mêmes réussi à prédire avec exactitude l'apparition de la ménopause pour 63 femmes. En moyenne, l'écart entre l'âge prédit et l'âge réel du déclenchement de la ménopause était de seulement quatre mois, pour un écart maximal de quatre ans.

Apparemment, la prédiction est très simple et ne prend en compte qu'un seul paramètre : celui du taux d'AMH. Plus il est faible, plus la ménopause risque de survenir prématurément. Ainsi, une femme de 20 ans dont le taux d'AMH est de 2,8 nanogrammes par millilitre pourrait être déjà ménopausée à l'âge de 35 ou 38 ans. Si le taux d'AMH dépasse le seuil de 4,9 nanogrammes par millilitre à 20 ans, la ménopause ne devrait apparaître qu'après 50 ans.

Il est surprenant que le dosage d'une seule hormone soit suffisant pour prédire l'âge de l'apparition de la ménopause, vu la complexité du système endocrinien. Rappelons que cette étude n'a été effectuée que sur un nombre limité de femmes et que de nouvelles recherches doivent être réalisées pour confirmer l'efficacité de la méthode.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !