Santé

Le cyanure, un poison violent et efficace

Dossier - Les poisons dans l'histoire
DossierClassé sous :biologie , poison , antidote

L’Homme utilise les poisons depuis la Préhistoire. Plantes, champignons, animaux, micro-organismes… Certains servent parfois aussi à fabriquer des médicaments. Ce dossier dresse un panorama des différents poisons, des potions de sorcier aux armes chimiques.

  
DossiersLes poisons dans l'histoire
 

Présent dans certains fruits, le cyanure est un poison particulièrement efficace pour donner la mort. En effet, seulement 200 mg de cyanure de potassium versés dans un verre de boisson suffisent pour tuer en moins d'une minute.

Le cyanure est un poison violent. © Sfam photo, Shutterstock

Chimie du cyanure

L'ion cyanure, quand il se rencontre à l'état gazeux sous forme de cyanure d'hydrogène (formule HCN) ou comme sel d'une solution aqueuse d'acide cyanhydrique, est un poison extrêmement toxique. Le sel de cet acide cyanhydrique, le cyanure de potassium ou de sodium (formule KCN), est ce que l'on appelle couramment « cyanure ».

Les ions cyanure peuvent se lier au fer présent dans certaines enzymes, comme les cytochromes C oxydases mitochondriales. Ceci provoque alors un blocage de la respiration cellulaire.

Le sel de cobalt est un antidote au cyanure : il agit comme agent chélateur, en se liant à l'ion cyanure pour former un composé éliminé par les reins. L'antidote à base de cobalt le plus vendu en Europe est le Kelocyanor.

Le cyanure est présent dans certains fruits, comme l'amande, les noyaux de pêche, prune, cerise et abricot. Dans l'Antiquité, les noyaux de pêche et d'amande étaient broyés pour obtenir du cyanure. Ce poison peut être détecté par son odeur caractéristique d'amande amère.

Ci-dessus, Raspoutine, dont la tentative d’assassinat par empoisonnement au cyanure a échoué. © G. Shuklin, Wikimedia Commons, DP

Symptômes de l'intoxication au cyanure

L'ingestion d'une dose peu élevée de cyanure provoque maux de tête, vertiges, vomissements et palpitations. L'intoxication par une forte dose conduit à une mort rapide, qui ne passe pas nécessairement par toutes ces étapes. Elle entraîne des convulsions, une baisse de la tension et du rythme cardiaque, et des troubles respiratoires. Puis, la perte de connaissance conduit au coma, et au décès.

Empoisonnements célèbres : de Raspoutine à Hitler

En Russie, l'énigmatique Raspoutine a survécu à un empoisonnement au cyanure. Son assassinat avait été soigneusement préparé. Invité à dîner, il devait consommer des gâteaux et du vin contaminés par une dose de cyanure. Raspoutine se rassasia des pâtisseries et de l'alcool, sans pour autant s'effondrer d'empoisonnement. Ceci s'expliquerait par le contact du cyanure avec le sucre des gâteaux dans lequel il avait été ajouté : sucre et cyanure auraient pu former des composés non toxiques, éliminés par l'organisme.

Le cyanure a été utilisé aux États-Unis à partir des années 1920 pour exécuter les condamnés à mort dans des chambres à gaz. Mais, cette méthode a été abandonnée car jugée trop douloureuse et cruelle. Ce poison fut également employé dans les chambres à gaz des camps d'extermination nazis, sous la forme du zyklon B, un insecticide composé de billes de gel de silice imprégnées de cyanure.

À la fin de la seconde guerre mondiale, plusieurs nazis (dont Rommel, Hitler, Goebbels, Himmler ou encore Goering) eurent recours au cyanure pour se donner la mort.