L’épidémie de gastroentérite est sur le point d'être déclarée en France. Pas de raison de céder à la panique : la maladie est le plus souvent bénigne. Néanmoins, elle demeure contagieuse et peut être évitée si l’on prend les bonnes mesures préventives.
Cela vous intéressera aussi

L'hiverhiver s'accompagne souvent de son lot de maladies. La grippe, par exemple, mais aussi la bronchiolitebronchiolite du nourrisson ou la gastroentéritegastroentérite. Celle-ci touche plusieurs millions de personnes chaque année en France à l'arrivée des mauvais jours. Nausées, vomissements, douleursdouleurs intestinales, fièvrefièvre, fatigue ou diarrhées sont autant de symptômessymptômes qui la signalent. En cause : des virusvirus dans plus de deux tiers des cas (rotavirusrotavirus, norovirusnorovirus, adénovirusadénovirus, etc.). Le reste du temps, ce sont des bactériesbactéries ou des parasitesparasites ingérés dans des aliments contaminés.

Comment faire pour éviter la gastro ? Pour répondre à cette question, il est nécessaire de décrypter son mode de transmission. Pour pénétrer le système digestif et induire une inflammationinflammation de l'estomacestomac et des intestins, le pathogènepathogène doit être ingéré.

Cette infographie explicative reprend les causes et les moyens de prévention de la gastroentérite. © Idé

Cette infographie explicative reprend les causes et les moyens de prévention de la gastroentérite. © Idé

Durant les épidémies hivernales, la maladie se transmet le plus généralement par voie orofécale. Lors des épisodes de vomissements ou de diarrhée, le pathogène (généralement un virus en cette saisonsaison) se retrouve sur les vêtements et sur la peau. Par contact, souvent à travers les mains, il circule d'une personne à l'autre. Lorsque les mains sont amenées à la bouche, le vecteur de la gastroentérite peut alors pénétrer dans un nouvel organisme et faire un autre malade. Pour s'en préserver, le geste le plus simple consiste à se laver les mains régulièrement et longuement afin d'éliminer la part la plus importante du pathogène, et de limiter le contact avec le visage. Les vêtements de la personne malade doivent aussi être lavés régulièrement pour se débarrasser du microbemicrobe au plus vite.

Gastroentérite : attention à ce que l’on mange

Chaque année, le seuil épidémiqueseuil épidémique est franchi durant plusieurs semaines. L'applicationapplication des règles de préventionprévention permet de limiter le nombre de cas et donc l'ampleur de l'épidémieépidémie. Une hygiène stricte, notamment au niveau des mains, est l'une des meilleures garanties pour se préserver de la gastroentérite.

Le principal danger de la gastroentérite est la déshydratation. En cas de maladie, il est important de se réhydrater régulièrement, par petites gorgées, pour remplacer l'eau et les minérauxminéraux perdus lors des vomissements et des diarrhéesdiarrhées.

La gastroentérite peut également arriver consécutivement à une intoxication alimentaire. Celles-ci ne sont pas saisonnières, et ont donc lieu toute l'année. La consommation d'une eau insalubreeau insalubre ou d'un aliment contaminé par certaines bactéries de type Escherichia coli ou Bacillus cereus, entre autres, ou des parasites comme Entamoeba, entraîne des troubles digestifs parfois graves. Un morceau de viande mal cuit, une rupture de la chaîne du froid, des aliments mal conditionnés sont autant de raisons qui peuvent être à l'origine d'une infection de l'estomac et des intestins. Cas particulier : la tourista, qui apparaît après l'absorptionabsorption d'eau dans certains pays en voie de développement dans lesquels les traitements de l'eau sont insuffisants.