Santé

Gastroentérite : un cas sur cinq serait dû à un norovirus

ActualitéClassé sous :médecine , gastro-entérite , norovirus

Nombreux sont ceux qui ont déjà souffert d'une gastroentérite. Même sous sa forme aigüe, accompagnée de diarrhées et vomissements. Ces affections sont provoquées par de nombreux virus et bactéries ainsi que d'autres micro-organismes... Des chercheurs états-uniens accusent un type de virus particulier, le norovirus, d'être la cause d'un cas sur cinq de gastroentérites aigües.

Le norovirus cause des gastroentérites dans toutes les tranches d’âge, chez les enfants, les adultes et les personnes âgées. D’ailleurs, jusqu’à maintenant l’Homme est le seul réservoir connu pour ce virus. © Dome Ponn / Flickr - licence Creative Commons

Très contagieuse, la gastroentérite aigüe est une inflammation du système digestif. Avec elle, son lot de diarrhées, vomissements, crampes abdominales, voire de fièvre. Elle est majoritairement provoquée par des virus, bien que les bactéries et les amibes ne soient pas en reste.

Les rotavirus sont les agents infectieux les plus fréquemment coupables de la maladie chez les enfants. Ils provoquent la moitié des cas. Si dans les pays développés, la gastroentérite est la plupart du temps bénigne, il n'en est hélas pas de même pour les pays en voie de développement. Il entraîne la mort d'un demi-million d'enfants de moins de 5 ans. Il provoque aussi l'hospitalisation de 15.000 petits Français de moins de 3 ans, d'après le Haut conseil de santé publique. Heureusement, des vaccins ont été développés.

Malheureusement, il n'existe pas encore de vaccin pour lutter contre les norovirus qu'étudie le docteur Benjamin Lopman, principal auteur de l'étude bibliographique parue dans The Lancet Infectious Diseases. D'après les chercheurs des Centres de contrôle et de prévention des maladies des États-Unis, ces norovirus seraient responsable de 18 % des cas de gastroentérites aigues, dans le monde. Benjamin Lopman précise : « les norovirus se propagent de personne en personne par les contacts avec des surfaces contaminées, par l'eau ou l'alimentation. Le virus est si contagieux que seules 18 particules virales peuvent suffire à infecter quelqu'un en bonne santé ». Or, dans un seul gramme de selles de malade, on compte plus d'un milliard de ces particules ! C'est une belle piqûre de rappel pour le lavage des mains systématique, pour sa propre santé et celle des autres !

Vue de la capside du norovirus, cette capsule qui entoure son ARN. Il appartient à la famille des caliciviridés. © AJ Cann / Flickr - licence Creative Commons

Améliorer la qualité de l'eau n'améliorera pas le contrôle de cette gastroentérite

Les scientifiques ont étudié 175 rapports publiés, dans 48 pays, sur des patients atteints de gastroentérites aigües. Sur les 187.336 cas analysés, 18 % sont dus à un norovirus. Ces diagnostics ont tous été confirmés par PCR.

Ces résultats soulignent un détail particulier : ces gastroentérites provoquées par norovirus sont en proportion similaire, que les patients vivent dans un pays riche ou non. « Cela met en évidence que les norovirus, contrairement aux pathogènes bactériens et parasitaires, ne peuvent pas être contrôlés par simple amélioration de la qualité de l'eau », déclare Benjamin Lopman. Il suggère de continuer à creuser la piste des norovirus responsables de nombreuses gastroentérites dans le monde.

Ulrich Desselberger et Ian Goodfellow, tous deux de l'université de Cambridge, mettent un bémol à ces résultats. Toutes les études ne répertoriaient pas les mêmes classes d'âge de patients, tous les pays n'ont pas étudié avec une finesse similaire, la prévalence des norovirus. Ils écrivent donc que des études supplémentaires de haute qualité seront cruciales pour améliorer les estimations de la maladie par norovirus.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi