Les épinards : une source de bienfaits pour l'organisme. © MabelAmber, Pixabay, CCO Creative Commons
Santé

Les épinards réduiraient le développement des polypes intestinaux et le risque de cancer colorectal

ActualitéClassé sous :cancer du colon , Alimentation , épinard

L'efficacité d'un régime à base d'épinards contre le développement du cancer colorectal a été démontrée grâce à une méthodologie innovante. Une étude s'intéressant aux interactions entre les différents systèmes du vivant met la lumière sur les mécanismes impliqués. Cette approche confirme les avantages d'un régime alimentaire à base de fibres et ouvre la voie vers de nouvelles pistes de prévention contre le cancer colorectal.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Cancer : mieux comprendre les tumeurs pour mieux les combattre  Futura-Sciences s’est rendu au Centre de recherche en cancérologie de Marseille pour comprendre les premières étapes nécessaires dans la lutte contre le cancer. Du dérèglement moléculaire des cellules jusqu’au diagnostic de la gravité de la tumeur. 

Le cancer colorectal, cancer du gros intestin, représente la 2e cause de décès par cancer en France, d'après Santé publique France. Il peut se développer à partir de polypes intestinaux (5 à 10 % des polypes se transforment en cancer). Les pouvoirs publics encouragent à une surveillance accrue en invitant les personnes de plus de 50 ans à un dépistage systématique. Cette conduite est d'autant plus importante chez les personnes ayant des antécédents familiaux. Il existe, en effet, une pathologie héréditaire, appelée polypose adénomateuse familiale se traduisant par la multiplication de nombreuses excroissances dans le gros intestin pouvant devenir cancéreuses.

Les épinards : des bienfaits sur l’organisme et des propriétés anticancéreuses

De nombreuses études (de l'Institut national du cancer notamment) ont mis en évidence qu'une alimentation d'origine végétale riche en fibres peut réduire le risque de développement d'un cancer. D'autre part, les épinards procurent un grand nombre de bienfaits sur l'organisme car ils sont riches en vitamine K1 (protection contre l'hypertrophie ventriculaire), en glutathion (contre le stress oxydatif), en folates (diminution des risques de plaques d’athérome). Dans une étude précédente, les chercheurs de l'université de l'Oregon (États-Unis) avaient déjà démontré l'effet chimio préventif des épinards alimentaires sur le développement du cancer du côlon induit chez des rats.

Les différents rôles du microbiote intestinal. © Salsero35, Wikimedia Commons, CC by-sa 4.0

Les propriétés anticancéreuses des épinards décrites grâce à une approche multi-omique

En s'appuyant sur les biotechnologies à haut débit et les avancées en science de l'information, les sciences « omiques » à la différence de la biologie traditionnelle s'attachent à traiter des processus biologiques se déroulant à différentes échelles de la cellule. L'ensemble des données cellulaires sont analysées en considérant différents systèmes tels que le génome, le microbiome (ensemble du microbiote intestinal, le transcriptome (ensemble des ARN provenant de l'expression des gènes), le métabolome (ensemble des métabolites provenant de l'activité de la cellule). Le vivant est alors appréhendé dans sa totalité pour une meilleure compréhension des processus pathogènes.

C'est avec cette méthodologie que des chercheurs du Texas ont mis en évidence les propriétés anticancéreuses des épinards chez des rats mutants porteurs des gènes de la polypose.

Au départ, il s'agissait d'étudier les effets anticancéreux de la chlorophylle, mais grâce à leur nouvelle approche, les chercheurs ont découvert une refonte du microbiome intestinal chez les rats nourris avec des épinards. L'implication de certaines bactéries génotoxiques dans la survenue de cancer colorectal a déjà été suggérée et les relations entre microbiote et facteurs de risque cancéreux largement discutées. Dans cette étude, les chercheurs suggèrent un rôle probable des épinards par le changement de la composition des micro-organismes présents dans le biotope intestinal inversant les effets de la prédisposition génétique des rats mutants. Sans compter qu'ils établissent que la consommation d'épinards aurait un impact sur les gènes clés associés à la pathogenèse.

Afin de corréler ces éléments, l'étude du métabolome a été réalisée. Des arguments attestent que plusieurs métabolites de l'acide linoléique (acide gras essentiel) contenus dans les épinards étaient plus bas chez les rats alimentés avec le régime témoin. Ces molécules, selon les auteurs, possèdent des propriétés anti-inflammatoires et apoptotiques (favorisant la mort des cellules cancéreuses).

Ce travail fournit la preuve de l'efficacité anticancéreuse des épinards alimentaires dans le modèle de rats mutants développant une polypose. Cette méthodologie contribuera à développer de nouvelles pistes expliquant les mécanismes impliqués dans la relation entre alimentation et cancer colorectal.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !