Du mythique tigre aux très méconnus chat à tête plate et chat bai, de nombreux félins ne subsistent plus qu’en nombre extrêmement restreint. Victimes de la disparition de leur habitat, du braconnage ou de la déforestation galopante, ces animaux font pourtant partie de notre patrimoine naturel et sauvage. Voici les dix espèces à protéger de toute urgence.

Cela vous intéressera aussi

Alors que le nombre de chats domestiques augmente d'année en année en France, la plupart des félinsfélins sauvages connaissent une baisse considérable de leur population. Massivement chassés au cours du XXe siècle, ils sont aujourd'hui surtout victimes de la destruction de leur habitat et réduits à de petites populations isolées, ce qui fragilise encore davantage leur survie. Outre les espècesespèces très médiatiques comme les lionslions et les tigres, mobilisant l'attention internationale, plusieurs espèces de chats sauvages méconnus risquent de disparaître avant même que l'on ait pu mieux les découvrir.

Le léopard des neiges

Durant la dernière décennie, un léopardléopard des neiges (Panthera unci) a été tué chaque jour en moyenne, selon l'organisation pour la protection du léopard des neiges. Le félin est notamment victime de la destruction de son habitat, de la raréfaction de ses proies en raison du braconnage et du trafic illégal ou du réchauffement climatiqueréchauffement climatique. Il n'en reste aujourd'hui plus que 3.920 à 6.390 individus, vivant dans les montagnes d'Asie centrale entre le Tadjikistan, la Mongolie et la Chine.

Léopard des neiges. © Tambako the Jaguar, Flickr
Léopard des neiges. © Tambako the Jaguar, Flickr

Le chat pêcheur

Le chat pêcheur (Prionailurus viverrinus), aussi appelé chat viverrin, arpente les cours d'eau et les mangrovesmangroves de l'Asie du Sud-Est. D'une taille moyenne de 7 à 12 kgkg, il est considéré comme « vulnérable » par l'UICNUICN. La disparition des zones humides constitue sa principale menace, avec la pollution et la surpêchesurpêche. Sa population aurait ainsi chuté de 30 % en 15 ans selon cette ONG. Peu de données sont malheureusement disponibles sur le nombre réel de chats pêcheurs qui sont aujourd'hui protégés sur une grande partie de leur habitat.

Chat viverrin. © Bernard Gagnon, Wikipedia
Chat viverrin. © Bernard Gagnon, Wikipedia

Le lynx ibérique

Comme son nom l'indique, le lynx ibérique ou lynx pardellelynx pardelle (Lynx pardinus) vit dans le sud de l'Espagne. Classé « en danger » par la liste rouge de l'UICN, il souffre de la disparition de ses proies, notamment des lapins décimés par la myxomatosemyxomatose et la fièvrefièvre hémorragique dans les années 2000. Le lynx ibérique subit également une fragmentation de sa population due à l'urbanisation et aux cultures intensives (oliviersoliviers et fraisesfraises). Il restait 589 félins en 2017, dont 448 en Andalousie, mais sa population remonte aujourd'hui.

Lynx ibérique. © Steve Slater, Flickr
Lynx ibérique. © Steve Slater, Flickr

Le chat marbré

Encore largement méconnu (moins d'une dizaine de spécimens sont détenus dans des zoos), le chat marbré (Pardofelis marmorata) vit dans les forêts tropicalesforêts tropicales humides d'Asie du Sud-Est (Bornéo, Sumatra, Birmanie, Vietnam, Népal...). ArboricoleArboricole, il se nourrit d'oiseaux, de grenouilles, d'écureuilsécureuils ou de chauves-sourischauves-souris. Victime de la déforestationdéforestation et de l'urbanisation, sa population est en déclin ; elle était estimée à 10.000 individus en 2014.

Chat marbré. © <em>Integrated Conservation</em>, Facebook
Chat marbré. © Integrated Conservation, Facebook

Le chat bai

Le chat bai, ou chat doré de Bornéo (Catopuma badia), est un chat endémiqueendémique de cette île du sud-est asiatique. Il restait, en 2014, moins de 2.200 individus de ce gros chat au pelage roux ou gris, décimé par la déforestation dramatique de Bornéo, son île natale. Très discret, ce chat est l'une des espèces de félins les moins connues au monde : un spécimen a été photographié pour la première fois à l'état sauvage en 2003 et seule une poignée de photos et vidéos ont été depuis réalisées.

Chat bai. © Jim Sanderson, Wikipedia
Chat bai. © Jim Sanderson, Wikipedia

Le chat à tête plate

Natif de Bornéo, Sumatra et de la péninsulepéninsule malaisienne, le chat à tête plate (Prionailurus planiceps) est l'un des plus petits chats sauvages du monde avec ses 50 cm de long et ses 1,6 kg. Comme le chat marbré, il vit dans les zones humideszones humides où il se nourrit de poissonspoissons et de ragondinsragondins. Rarement aperçu en liberté, le chat à tête plate est victime de la disparition de son habitat, asséché pour cultiver des palmiers à huile. Il en restait moins de 2.500 en 2014.

Chat à tête plate. © Jim Sanderson, Wikipedia
Chat à tête plate. © Jim Sanderson, Wikipedia

Le chat andin

Se fondant parfaitement parmi les pierres avec son pelage rayé gris-beige, le chat andin (Leopardus jacobita) est une sorte de « version miniature » du léopard des neiges. Il jouit malheureusement de moins d'attentions de la part des organisations de protection des animaux. Victime de la disparition de ses proies et de la chasse, sa population atteignait à peine 1.378 individus en 2014, éparpillée sur les plateaux andins, allant du Pérou à la Patagonie, selon l'UICN.

Chat andin. © <em>Andean Cat Alliance</em>, Facebook
Chat andin. © Andean Cat Alliance, Facebook

Le tigre

Animal légendaire et craint depuis des siècles, le tigretigre (Panthera tigris) est le plus gros félin sauvage et l'un des plus grands carnivorescarnivores terrestres. Massivement chassé pour sa peau et diverses parties de son corps supposées soigner des affections dans la médecine traditionnellemédecine traditionnelle chinoise, il a failli disparaitre totalement, avec moins de 2.000 individus restant en 1969. Si le dernier recensement connu (2016) fait état de 3.890 individus, le tigre reste classé « en danger » par l'UICN. L'espèce a perdu 93 % de son aire de répartitionaire de répartition originelle et trois sous-espècessous-espèces (tigre de Bali, tigre de JavaJava et tigre de la Caspienne) ont d'ores et déjà disparu.

Tigre. © omveerchoudhary, iNaturalist
Tigre. © omveerchoudhary, iNaturalist

Le chat tacheté

Le chat tacheté (Leopardus tigrinus), aussi appelé oncille ou chat-tigre, vit dans les forêts tropicales du bassinbassin amazonien en Amérique du Sud. Classé comme « vulnérable » par l'UICN, il en resterait entre 8.900 et 10.200. Animal essentiellement nocturnenocturne, le chat tacheté mesure 40 à 50 cm de long pour un poids de 3 à 4 kg. Victime de la déforestation, des activités minières, des espèces invasives et de la pollution, sa population est en déclin.

Chat tacheté. © Maria Camila Hidalgo, Facebook
Chat tacheté. © Maria Camila Hidalgo, Facebook

Le guépard

Mammifère le plus rapide du monde, le guépardguépard (Acinonyx jubatus) était autrefois présent sur presque tout le continent africain, au Moyen-Orient et en Inde. Sa population a connu un spectaculaire déclin, le félin étant massivement chassé pour sa fourrure. Il ne subsiste plus aujourd'hui que dans quelques pays à l'état sauvage, dans les désertsdéserts algériens et namibiens, ou les savanes du Tchad et de l'Éthiopie. Une cinquantaine de spécimens se trouve encore en Iran. Aujourd'hui, le guépard reste menacé par le braconnage, l'agricultureagriculture et une endogamieendogamie préoccupante.

Guépard. © steven2802, iNaturalist
Guépard. © steven2802, iNaturalist