Planète

Cénomanien : des poissons géants, coelacanthe, dipneuste et polyptère

Dossier - Dinosaures et autres géants du Crétacé au Maroc
DossierClassé sous :paléontologie , dinosaures , Crétacé

-

Les dinosaures sont les plus fameux animaux du passé, notamment par leur grande taille. Étonnement, ces restes de dinosaures géants sont souvent accompagnés d’autres vertébrés – requins, poissons osseux, crocodiles – également de très grande taille. Que signifient ces assemblages singuliers ?

  
DossiersDinosaures et autres géants du Crétacé au Maroc
 

Étrangement, les dinosaures ne sont pas les seuls à présenter des formes géantes dans le Cénomanien du Continental intercalaire. Plusieurs poissons, par exemple, sont connus par des espèces de grande taille.

Coelacanthe. © Daderot, DP
Reconstitution du coelacanthe Mawsonia avec une silhouette humaine pour échelle. © L. Cavin.

Dipneustes et Coelacanthes

On connaît notamment des espèces de poissons appartenant aux deux lignées les plus proches évolutivement des animaux à quatre pattes (les tétrapodes), encore vivantes de nos jours. Ce sont d'une part les dipneustes, ces poissons à poumons pouvant vivre en respirant de l'air, et les coelacanthes, ces poissons aux membres charnus connus actuellement par deux espèces dans l'océan Indien. Des premiers, on ne connaît pour l'instant dans les Kem Kem que leurs plaques dentées qui sont très minéralisées et donc facilement fossilisables. Certaines sont très grosses, indiquant des dipneustes pouvant atteindre 2 à 3 mètres de long alors que les dipneustes actuels n'atteignent que rarement 1,5 mètre. Des seconds, on connaît de nombreux morceaux de crânes plus ou moins complets, formés parfois d'os très épais qui correspondent à des poissons pouvant facilement dépasser les trois mètres de long, comme on peut le voir sur l'image ci-dessus.

Polyptère et autres poissons géants 

Connus également par des fragments, d'autres espèces de poissons de ces environnements avaient des tailles imposantes. D'épaisses écailles, constituées d'une assise osseuse recouverte d'une couche d'émail, sont relativement communes dans les Kem Kem. Elles peuvent mesurer jusqu'à 10 centimètres de long (image ci-dessous).

Fragments de poissons géants. À gauche, écaille de Lepidotes ; à droite, fragment de maxillaire de Stromerichthys. © L. Cavin

Elles appartenaient à des poissons de plusieurs mètres de long qui faisaient partie d'une espèce proche des actuels lépisostés, ces « fossiles vivants » qui fréquentent les eaux douces d'Amérique du Nord. Notons qu'à côté de ce géant, on trouve les restes de trois autres véritables membres de la lignée des lépisostés, mais dont les tailles moyennes semblent plus raisonnables (quelques dizaines de centimètres).

Les sédiments cénomaniens de Bahariya en Égypte contiennent les restes d'un polyptère de plus de 3 mètres de longueur ! Les polyptères, ou bichirs, sont ces actinoptéryiens (les « poissons à nageoires rayonnantes ») très primitifs, dont le dos est recouvert d'une série de petites nageoires dorsales. On les rencontre parfois dans les aquariums et, dans la nature, dans les lacs et rivières d'Afrique. Mais les espèces actuelles sont de taille bien modeste par comparaison avec leur vieux cousin d'Égypte (c'est en Égypte aussi que Geoffroy Saint-Hilaire, dans le cadre de la campagne que conduisit Bonaparte dans ce pays en 1798, a fait connaître à la science occidentale l'existence du polyptère actuel). Étonnamment, les Kem Kem marocains n'ont pas encore révélé de fossiles de ces gros polyptères mais on y a trouvé plusieurs espèces de polyptères de petite taille.

Concavotectum, Bananogmius et Stromerichthys, les étranges géants

Parmi les poissons qui ont atteint une grande taille, il faut signaler encore un genre étrange appartenant au groupe mal défini des tselfatiiformes, un ordre connu exclusivement au CrétacéConcavotectum, dont le nom signifie « toit concave », n'est connu que par sa tête. Mais celle-ci présente des caractères étranges, tels que l'absence de dents et la présence de longs arcs branchiaux garnis de peignes branchiaux qui lui permettaient sans doute de filtrer l'eau pour en extraire sa nourriture.

Crâne du poisson tselfatiiforme Concavotectum moroccensis, avec sa reconstitution et une main pour l’échelle. © Cavin & Forey (2008)

Un équivalent possible de Concavotectum à Bahariya en Égypte est Bananogmius, dont le matériel original est malheureusement détruit. Stromerichthys est un autre poisson géant découvert dans les Kem Kem, mais il n'est connu pour l'instant que par des éléments très fragmentaires et son aspect général, ainsi que ses affinités systématiques, restent bien mystérieuses.

Et parmi les requins ?

Enfin, parmi les poissons au sens large, il faut signaler les requins, représentés par d'assez nombreuses espèces encore peu étudiées, et par un « requin-scie » qui, une fois encore, semble avoir atteint une taille remarquable (ce poisson n'appartient ni au groupe actuel des poissons-scies ni à celui des requins-scies mais, comme ces derniers, il possédait un long rostre denté). Les restes de ce poisson, Onchopristis, sont essentiellement des dents rostrales (les dents de la « scie ») qui constituent les fossiles les plus abondants dans les Kem Kem (voir la photo de gauche de la figure ci-dessus). Elles sont facilement reconnaissables au crochet à leur extrémité qui rappelle un hameçon.

Sarcosuchus imperator. © Intiaz Rahim/Flickr, Licence Creative Common (by-nc-sa 2.0)

Aux côtés des dinosaures et des poissons, on connaît une riche faune de tortues, de crocodiles et de ptérosaures. Ces animaux semblent avoir eu des tailles plus « raisonnables ».

Crâne de Sarcosuchus imperator. © Barracuda 1983, Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 Unported license

Dans des niveaux un peu plus anciens du Continental intercalaire, cependant, on a découvert dans des couches de l'Albien du Niger un crocodile géantSarcosuchus imperator, qui mesurait jusqu'à 12 mètres de long, soit deux fois la taille d'un crocodile du Nil adulte actuel !