Planète

Toxicité : les parfums, nocifs pour la santé ?

Dossier - Grasse : ville des parfums
DossierClassé sous :géographie , parfum , Fleur

Grasse est une ville du moyen pays de la Côte d'Azur située à 12 km au nord de Cannes, sur la côte méditerranéenne. Région provençale au charme discret, avec la ville des parfums comme capitale, le Pays Grassois constitue l'un des plus beaux sites touristiques de France.

  
DossiersGrasse : ville des parfums
 

Les parfums sont-ils nocifs pour la santé ? La question mérite d'être posée. En effet, plusieurs études réalisées montrent la toxicité de certains parfums.

La toxicité des parfums est dénoncée. Selon les résultats d'une étude menée par Greenpeace en 2005, les parfums renferment des substances potentiellement dangereuses pour la santé. L'analyse de 36 marques de parfums mondialement connus démontre en effet que les eaux de toilette et les eaux de parfum contiennent des phtalates et des muscs synthétiques, des produits chimiques aux effets « extrêmement préoccupants ».

En France, l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) classe les parfums dans les produits cosmétiques. Elle précise sur son site à propos de ceux-ci : « Il n'existe pas d'autorisation préalable de mise sur le marché pour les produits cosmétiques. Il incombe aux fabricants de garantir que leurs produits satisfont aux exigences législatives, réglementaires et ne présentant aucun danger pour la santé ».

Les parfums sont-ils nocifs pour la santé ? © Matryoha, Shutterstock

Elle ajoute toutefois : « L'ANSM assure la surveillance et le contrôle en laboratoire des produits cosmétiques. Pour ces missions, elle dispose d'évaluateurs, d'équipes d'inspecteurs, de laboratoires d'analyse, et peut prendre des mesures de police sanitaire en cas de danger pour la santé humaine. Par ailleurs, un système de vigilance est en place au sein de l'ANSM afin de surveiller les effets indésirables résultant de l'utilisation de produits cosmétiques ».

Parfums, produits pétrochimiques et cancer

Déjà en 1986, un rapport fait au Congrès américain expliquait que les parfums étaient composés d'une grande part de produits pétrochimiques parce que la plupart des produits de synthèse utilisés en parfumerie étaient fabriqués à partir du pétrole. Certains de ces produits pétrochimiques sont cancérogènes, comme le benzène et le formaldéhyde (voir les définitions sur le site du ministère français de l'Emploi ici et ici). Pour toutes les autres substances citées ci-dessous, voir la liste des substances CMR sur le site du CNRS.

À l'époque, l'agence de protection de l'environnement américaine (EPA) avait trouvé de l'acétone, dangereux pour le système nerveux, dans les eaux de Cologne, les détergents et le solvant de vernis à ongle. Certains parfums, savons, désodorisants et crèmes à raser contiennent du limonène, produit cancérogène pour la peau !

Plusieurs parfums sont toxiques à faibles doses pour un nombre croissant d'individus, ils peuvent aussi causer nombre d'allergies.

Sur 3.000 produits chimiques environ utilisés par l'industrie des parfums, 884 peuvent causer le cancer, des défauts congénitaux, des désordres du système nerveux central, des irritations de la peau et des yeux, des réactions allergiques et des sensibilités chimiques (source : 1989, Institut national de santé et sécurité au travail des États-Unis, NIOSH).

Haro sur la cigarette et les composés organiques volatils (COV) mais rien n'est demandé aux parfumeurs, innocents jusqu'à la preuve du contraire. Mélanges d'huiles, d'arômes et de solvants, les parfums semblent causer des réactions qui impliqueraient le système immunitaire ou pourraient être neurotoxique (FDA, États-Unis). On en trouve dans les :

  • cosmétiques ;
  • produits hygiéniques ;
  • médicaments ;
  • détergents ;
  • plastiques ;
  • huiles ;
  • solvants ;
  • cires à meubles ;
  • encres ;
  • litières à chat ;
  • parfums d'ambiance.

Les symptômes varient des maux de tête à l'apoplexie, mais aussi nausée, étourdissement, troubles de concentration, changements d'humeur, dépression, léthargie, agitation, irritabilité.

Quand des données existent, elles sont préoccupantes : l'ambrette musc, le linalool, le cyclohexanol causent des dégâts divers sur les animaux. Le toluène, un dérivé toxique du benzène, peut provoquer des maux de tête, la nausée et la narcose. Pourtant, l'EPA en a identifié dans tous les échantillons de parfums qu'elle a testés dans le cadre d'une étude publiée en 1991.

Le musc AETT a été retiré du marché en 1977. Des tests avaient démontré qu'il causait des dommages permanents au cerveau d'animaux.

Certains produits sont désignés comme déchets dangereux : toluène, chlorure de méthyle, chlorure de benzyl, c'est un comble, dans les labos on nous fait la vie amère, sans arrêt, à cause des risques de ces produits et on les retrouve dans les parfums auxquels on est aussi exposé tous les jours !

L'exposition à un ingrédient peut ne pas être problématique mais combiné à d'autres, c'est autre chose. Même les huiles essentielles peuvent être dangereuses : l'huile de bergamote peut rendre les gens sensibles aux polluants ou au soleil... Aux États-Unis en tous cas, de plus en plus d'organismes déconseillent l'usage de parfums.

Parfums et santé

Pour en savoir plus à propos des effets du parfum sur la santé, voici une liste de références : 

  • Association des allergies et de la santé environnementale : (514) 481-0139 - Human Ecology Action League (HEAL) ; revue The Human Ecologist et leur livre Fragrance and Health, de Louise Costa, (404) 248-1898. Voir le site de HEAL.
  • Quelques références citées dans l'article :
    • How safe are perfumes ?, Karen Stevens, The Human Ecologist, automne 1990 ;
    • Journal français de toxicologie, vol. 113, Ann Dermatol Venereol, 1986 ;
    • Journal danois de toxicologie, Ugeskr Laeger, vol. 153, 1993 ;
    • Effects of odors on asthma, C. Shim & M.H. Williams, American Journal of Medicine, janvier 1986 ;
    • Chemical Exposures : Low Levels, High Stakes, Nicholas Ashford et Claudia Miller, Van Nostrand Reinhold, 1991 ;
    • Monographies sur les matières premières des fragrances,  D. L. Opdyke, Research Institute for Fragrance Raw Materials, Permagon Press, New York, 1979.
  • Vous trouverez une bibliographie très documentée sur les parfums pour aller plus loin sur le site biblioparfum.
  • Le site de l'ANSM ;
  • Le site de l'Agence régionale de l'environnement de Normandie.

Informations tirées d'un article de Maison du 21e siècle, de décembre 1995, dans Le magazine de la maison saine.

Remarque personnelle : en tant que chimiste et biologiste, je ne peux que conseiller la prudence quant à l'utilisation de tels produits.