Planète

Histoire du parfum et évolution de la chimie

Dossier - Grasse : ville des parfums
DossierClassé sous :géographie , parfum , Fleur

Grasse est une ville du moyen pays de la Côte d'Azur située à 12 km au nord de Cannes, sur la côte méditerranéenne. Région provençale au charme discret, avec la ville des parfums comme capitale, le Pays Grassois constitue l'un des plus beaux sites touristiques de France.

  
DossiersGrasse : ville des parfums
 

Quelle a été l'histoire du parfum au fil des siècles ? Quel rôle y a joué la chimie ? De Dumas et Peligot, qui isolèrent l'aldéhyde cinnamique de l'essence de cannelle en 1834, à l'obtention par le prix Nobel Ruzicka des muscs synthétiques en 1928, voici une petite chronologie qui vous donnera quelques repères.

L'histoire du parfum est avant tout une affaire de chimie. Ici, des grains de cassis. © Belka10, Shutterstock

Essor de la parfumerie française et rôle de l'industrie

Les maisons connues de Grasse ont contribué, depuis plus d'un siècle, à l'essor de la parfumerie française :

Le rôle de l'industrie est primordial dans le développement de la parfumerie et des produits nouveaux ont permis des accords inédits :

Guy Laroche choisit des textes et poèmes sur le parfum. © DR

Chimie : l'histoire du parfum en 15 dates clés

L'apport de la chimie, tant décriée, est capital dans l'histoire du parfum. Ernest Beaux disait d'ailleurs : « C'est sur les chimistes qu'il faudra compter pour trouver des corps nouveaux grâce auxquels pourraient éclore des notes originales. Oui, pour le parfum, l'avenir est surtout entre les mains de la chimie ».

Quelques dates clés vous sont citées ci-dessous :

  • 1834 : Dumas et Peligot isolent l'aldéhyde cinnamique de l'essence de cannelle ;
  • 1840 : Pelouze isole le bornéol de l'essence de pin ;
  • 1842 : Cahours isole l'anéthol et le salicylate de méthyle, largement employé aujourd'hui sous forme synthétique ;
  • 1866 : Lauth et Grimaux préparent le benzaldéhyde puis l'aldéhyde alpha amyl cinnamique, un composé des plus employés ;
  • 1868 : synthèse de la coumarine par Perkin, un composé des plus employés ;
  • 1869 : Fittig et Mielk découvrent l'héliotropine ;
  • 1876 : Reimer découvre la vanilline, importante en alimentation également ;
  • Vers 1880 : les quinoléines apparaissent ;
  • 1890 : Baur réalise les premières synthèses de musc ;
  • 1891 : Eckart découvre le rhodinol dans Rosa damascena ;
  • 1898 : Tiemann et Kruger isolent le citral de l'essence de lemongrass.

Puis :

  • 1921 : Blaise décrit la réduction des acides gras en aldéhydes, utilisés dès 1921 en parfumerie ;
  • 1928 : Ruzicka, prix Nobel, obtient des muscs synthétiques. Depuis, les muscs de synthèse, aux prix abordables, sont fabriqués par centaines de tonnes ;
  • 1962 : chez Firmenich, à Genève, on met au point l'hédione devenu la panacée de la parfumerie. Toujours chez Firmenich, on découvre l'oxyde de rose ;
  • 1969 : Pfizer dépose un brevet pour l'éthyl maltol, molécule à note sucrée, caramel.

On voit que les grands « chimiques » participent activement à la parfumerie ce qui, apparemment, ne nuit pas à son mystère et le grand capital se mêle étroitement à l'art dans ce domaine.