Les COV, ou composés organiques volatils, sont des polluants de notre atmosphère. © 41330, Pixabay, CC0 Creative Commons

Planète

COV

DéfinitionClassé sous :développement durable , COV , composé organique volatil
 

Le sigle COV est utilisé pour désigner ce que les scientifiques qualifient de composés organiques volatils. Ces composés regroupent une multitude de substances qui peuvent être d'origine biogénique (origine naturelle) ou anthropogénique (origine humaine). En Europe, ils sont définis comme toujours composés de l'élément carbone et d'autres éléments tels que l'hydrogène, les halogènes, l'oxygène, le soufre, etc.

Ce sont par ailleurs nécessairement des composants ayant une pression de vapeur de 0,01 kPa ou plus à une température de 293,15 K ou ayant une volatilité correspondante dans les conditions d’utilisation particulières. Comprenez qu'ils s'évaporent facilement dans les conditions normales de température et de pression. Et leur volatilité leur confère l'aptitude de se propager plus ou moins loin de leur lieu d'émission, entraînant ainsi des impacts directs et indirects sur l'environnement et la santé.

Le benzène — dont la structure est représentée de différentes manières ici — est un COV reconnu comme cancérogène depuis 1987. Il constitue toutefois un précurseur important de matières plastiques, caoutchoucs, solvants ou autres colorants et parfums. © Cacycle, Wikipedia, CC by-sa 3.0

Des impacts directs et indirects sur la santé

Les COV sont contenus à l'origine dans des matériaux solides ou dans des liquides qui ont des usages courants ou industriels. À titre d'exemple, voici quelques COV bien connus : le butane, le propane, l'éthanol (alcool à 90°), l'acétone, les solvants dans les peintures, les solvants dans les encres, etc.

Certains COV peuvent modifier la composition chimique de l'air ambiant. À ce titre, ils sont considérés comme des polluants majeurs directs. Ils sont notamment des précurseurs de l'ozone. Et une surproduction de ce gaz provoque, entre autres, des effets sur la santé des individus (irritation, essoufflement, etc.) et sur la faune et la flore.

D'autres COV ont des impacts négatifs directs sur la santé humaine. Plusieurs sont ainsi classés cancérogènes avérés (le benzène par exemple), probables (le perchloroéthylène entre autres) ou potentiels (le styrène notamment).

Cela vous intéressera aussi