Cela vous intéressera aussi

Les composés organiques volatils (COVCOV) sont pratiquement omniprésents dans les colles et les peintures, les revêtements de solsrevêtements de sols, de mursmurs ou de plafonds, dans le mobilier mais aussi les boisbois, traités ou naturels... Le plus connu de ces COV très toxiques est le formaldéhydeformaldéhyde, reconnu comme cancérigène.

La catégorie COV

En fait, la catégorie des COV regroupe une multitude de substances. Selon la directive 1999/13/CE de la Commission européenne, ces composés ont en commun de comporter du carbonecarbone, associé à l'un ou plusieurs des éléments suivants : de l'hydrogènehydrogène, de l'oxygèneoxygène, du soufresoufre, du phosphorephosphore, du siliciumsilicium de l'azoteazote ou l'un des cinq éléments halogèneshalogènes (fluorfluor, clore, bromebrome, iodeiode et astateastate) ...

« Du fait de leur volatilitévolatilité, ces composés se propagent plus ou moins loin de leur lieu d'émissionémission, entraînant ainsi des impacts directs et indirects sur l'homme », précise l'Agence nationale de sécurité de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSESANSES). « Certains viennent modifier la composition chimique de l'airair ambiant. Ils sont alors considérés comme des polluants. »

Comment éviter les composés organiques volatils

Leurs effets avérés ou suspectés sont variables. « Par précaution », prévient l'ANSES, « il est conseillé d'éviter l'exposition des populations sensibles (femmes enceintes, enfants, personnes âgées...) à des niveaux importants de COV. » Pour protéger les plus fragiles, lisez bien les étiquettes des produits. Depuis 2007 en effet, les fabricants ont l'obligation d'indiquer la présence de COV dans les peintures. Mais en règle générale, mieux vaut choisir une peinture sans solvantsolvant. Pour le mobilier, portez plutôt votre choix sur des meubles en bois massif brut, sans colle, peinture ni vernisvernis.

Source : ANSES, Commission européenne, en ligne novembre 2010