Vous êtes allergique ou asthmatique ? Méfiez-vous des polluants qui nous entourent : les acariens, le formaldéhyde (formol), les particules fines et autres composés organiques volatiles (COV).
Cela vous intéressera aussi

Comme le rappelle Frédéric de Blay, pneumologue au CHRU de Strasbourg, « les asthmatiques et les allergiques réagissent de façon plus virulente que les autres aux polluants ». Pour une maison plus saine, voici donc quelques conseils bien pratiques.

  • Acariens. Pour vous débarrasser de ces bestioles microscopiques, rien de tel que l'aération. Les acariensacariens ont en effet besoin de l'humidité ambiante et se nourrissent des squamessquames de la peau. En ouvrant en grand chaque jour (y compris en hiverhiver), vous les éliminerez. Cinq à quinze minutes suffisent.
  • Moisissures. Le fait d'aérer limitera aussi la prolifération des moisissures. Si elles persistent, nettoyez régulièrement les surfaces contaminées avec de l'eau de Javel. Naturellement, portez un masque. En revanche, si la surface moisie dépasse plus de 3 m2, « faites appel à une société spécialisée », recommandent dans la Revue française d'allergologie deux experts de la question, OlivierOlivier Massot (Correns) et Martine Ott (Strasbourg).
  • Des travaux ? Fuyez le formaldéhydeformaldéhyde et les COVCOV.
    - Sur le sol : « Le carrelagecarrelage est le revêtement le plus inerte chimiquement » poursuivent ces spécialistes. Les autres surfaces, en revanche, peuvent libérer du formaldéhyde soit lors de la pose soit lors de la vitrificationvitrification. Dans tous les cas, préférez les colles et vernisvernis sans solvantssolvants. Et si vous optez pour un parquet stratifiéparquet stratifié, privilégiez-en ceux classés E1, et dont l'étiquetage « informe sur les émanations de formaldéhyde ».
    - Peintures murales : Choisissez la peinture affichant la plus faible teneur en COV. Depuis le 1er janvier 2007, les fabricants ont l'obligation de l'indiquer sur leurs produits. Préférez les peintures minérales et celles arborant l'écolabel Ange bleu. Une fois encore, préférez les produits dépourvus de solvant. Et dans tous les cas, aérez très largement lors des travaux et les jours suivants.
  • Le mobilier. Priorité aux meubles massifs bruts, à condition de les acheter non traités et sans peinture ni vernis. Bien sûr, c'est un choix plus coûteux. Si vous optez pour des meubles en aggloméréaggloméré, « l'alternative serait de déballer les différentes parties, de jeter les cartons d'emballages (qui ont absorbé beaucoup de polluants) et de laisser aérer le tout dans un emplacement bien ventilé ». Combien de temps ? Nos experts recommandent 15 jours ! En théorie en tout cas...