Les chambres d’enfants polluées par le formaldéhyde et autres composés organiques volatils ? C’est ce que révèle une étude du magazine 60 millions de consommateurs dans son édition de mars 2010. Réalisée dans plusieurs pays, cette étude montre que c’est en France que les enfants sont les plus exposés, avec des conséquences possibles sur leur santé.
Cela vous intéressera aussi

Les peintures, les parquets, le linoléum, le boisbois contre-plaqué, tous renferment des solvantssolvants et des colles qui peuvent dégager des substances toxiques et polluer l'airair intérieur. Or ces éléments se retrouvent aussi dans les chambres d'enfants.

Ceux-ci sont donc exposés potentiellement au formaldéhydeformaldéhyde, aux étherséthers de glycol et autres composés organiques volatils (COVCOV). Une exposition d'autant plus importante que les chambres sont souvent rénovées et meublées à neuf, donc potentiellement remplies de sources fraîches de polluants...

L'équipe de 60 millions de consommateurs a mené une étude auprès de 70 foyersfoyers en France, en Allemagne, aux Pays-Bas et en Grèce. Certes, 70 foyers répartis dans quatre pays ne suffisent pas pour faire une étude statistique, mais les données recueillies peuvent tout de même signaler un problème potentiel.

Les familles volontaires ont installé deux cartouches absorbantes dans la chambre de leur bébé. Ces cartouches ont prélevé l'air de ces chambres pendant sept jours et ont mesuré sa qualité. Verdict : 26 foyers sur 70 ont dépassé les seuils repères de pollution pour le formaldéhyde et les autres composés organiques volatils.

Les chambres d'enfants françaises plus exposées

La France est le pays qui affiche le plus grand nombre de foyers pourvus de chambres d'enfants exposées à des taux de pollution aux COV supérieurs à 200 microgrammes par mètre cube : 7 foyers sur les 17 étudiés en France, soit 41% d'entre eux.

En ce qui concerne le formaldéhyde, classé comme cancérigène pour l'homme par le Centre international de recherche sur le cancercancer (Circ), seul un foyer français sur les 17 présente un taux de pollution supérieur au seuil repère de 10 microgrammes par mètre cube.

Le magazine 60 millions de consommateurs souligne que les familles étudiées avaient déjà adopté les bons gestes permettant de limiter la pollution lors de l'enquête. Cela tend à démontrer qu'il est difficile de supprimer de l'air intérieur ces polluants chimiques.