Planète

Le top 10 de la pollution mondiale

ActualitéClassé sous :développement durable , pollution planétaire , Green Cross Suisse

Elle fait des millions de morts chaque année mais elle ne provient pas que des émissions industrielles ou de la circulation automobile. La pollution de l'air et de l'eau a bien d'autres causes, depuis le chauffage au bois jusqu'à l'extraction de l'or, et touche gravement les pays en voie de développement. Une grande étude effectuée à l'échelle de la planète fait le point et met les pendules à l'heure.

Pollution de l'air au-dessus d'un centre urbain. Image extraite du rapport Green Cross / Blacksmith Institute

Une vaste enquête sur l'état de la pollution au niveau planétaire, réalisée par la Green Cross suisse et le Blacksmith Institute (Etats-Unis), a dressé la liste des des dix polluants ou sources de pollution les plus dangereux en 2008. Ce classement repose sur des critères provenant d'un groupe international d'experts de l'environnement et de la santé publique. On estime aujourd'hui que la pollution, à tous les niveaux, est responsable de 25 à 40% des décès dans les pays en voie de développement. Parmi les personnalités ayant participé à l'enquête figurent des chercheurs de la Johns Hopkins University, de la Bloomberg School of Public Health, du Mt. Sinai Medical Center, de l'Emory University et de la City University of New York.

La liste des dix causes de pollution les plus dangereuses, qui figure en bonne place du site web de la Green Cross suisse et qui est aussi reprise (souvent très partiellement...) par d'autres canaux d'information s'établit comme suit.

L'extraction artisanale d'or : plus de dix millions de personnes empoisonnées par an

Le métal jaune obtient... la médaille d'or des sources de pollution. Derrière cette plaisanterie facile se cache une terrible réalité. L'extraction artisanale, qui utilise du mercure, extrêmement toxique, empoisonne de 10 à 15 millions de personnes chaque année travaillant dans des mines de petites entreprises. Ce fléau touche surtout des communautés socialement et économiquement marginalisées ne disposant que de cette unique ressource pour subsister. Parmi ces mineurs dont la santé portera à jamais les séquelles de l'empoisonnement par le mercure (du moins pour les survivants), on compte 600.000 enfants et 4,5 millions de femmes.

Mine d’or au Sénégal. Image extraite du rapport Green Cross / Blacksmith Institute

L'Unido (United Nations Industrial Development Organization) estime qu'environ 1.000 tonnes de mercure sont utilisées chaque année dans le monde aux fins d'extraction de l'or, ce qui représente 30% des émissions anthropogènes totales, dont 95% sont directement déchargées dans la nature avec toutes les conséquences environnementales, humaines et économiques qui viennent encore s'y greffer. Un dernier chiffre, enfin, est encore cité par le rapport : pour chaque gramme d'or extrait dans ces mines artisanales, 2 grammes de mercure sont rejetés dans l'environnement.

L'eau sale : cinq millions de morts par an

La dépendance de l'Homme vis-à-vis de l'eau ne cesse de croître. Chaque individu utilise d'environ 20 litres d'eau par jour pour ses besoins directs (boisson et cuisson), auxquels il faut ajouter de 50 à 150 litres pour d'autres usages (hygiène, industrie...). Les communautés rurales s'approvisionnent traditionnellement dans les eaux fluviales ou des puits, mais l'augmentation de la population et l'industrialisation ont entraîné la pollution de plus en plus généralisée des fleuves.

Contamination des eaux de surface. Image extraite du rapport Green Cross / Blacksmith Institute

Aujourd'hui, un tiers de l'humanité vit dans des zones de stress aquatique, où l'eau n'est plus directement utilisable et doit être traitée. Chaque année, cinq millions de décès sont directement imputables à la pollution de l'eau dans les pays en voie de développement.

L'eau souterraine buvable : 0,3% du total...

La pollution peut apparaître dans les puits avec plusieurs décennies de retard par rapport à celle constatée dans les fleuves et les rivières et perdurer très longtemps. Pour cette raison, la contamination des eaux souterraines est considérée comme une cause de pollution à part entière.

Vous en boiriez ? Image extraite du rapport Green Cross / Blacksmith Institute

Les eaux souterraines constituent la majorité des eaux directement potables ces dernières ne représentant que 6% de toute l'eau présente sur Terre. Cette évaluation comprend toutefois les calottes glaciaires ainsi que les glaciers, et si on soustrait ceux-ci du total, seulement 0,3% de toute l'eau contenue sur notre planète est directement utilisable par les populations.

L’air intérieur pollué : l'équivalent de deux paquets de cigarettes par jour

La cause la plus significative de la pollution de l'air ambiant à l'intérieur des lieux d'habitation dans un monde en voie de développement est la combustion du charbon ou des carburants non transformés (bois, fumier animal et déchets) prélevés sur la biomasse pour le chauffage, la cuisson ou l'éclairage. On estime que plus de 80% des foyers dans les zones urbaines d'Inde et de Chine obtiennent ainsi leur énergie, et plus de 90% dans les zones rurales.

Dans ces foyers, l'impact de la pollution sur l'organisme est tel que quatre heures de séjour dans une pièce où sont préparés les repas équivalent à fumer deux paquets de cigarettes. La mortalité par l'air ambiant, en l'absence de ventilation appropriée (qui n'existe pratiquement jamais), n'est statistiquement dépassée que par la malnutrition, la pollution de l'eau et l'hygiène ainsi que le Sida.

Après ce "quatuor" de tête viennent, dans l'ordre :

  • La fusion et le travail des métaux.
  • L'industrie minière.
  • Le traitement des déchets radioactifs.
  • Le déversement incontrôlé des eaux d'égout.
  • La qualité de l'air urbain.
  • Les rejets d'acide de batterie non traité ni recyclé.
Le traitement des déchets radioactifs, mais aussi en provenance des mines d'uranium, n'a pas été oublié. Image extraite du rapport Green Cross / Blacksmith Institute

Comme on peut le constater, le but de ce classement est surtout de mettre l'accent sur les sources de pollution les moins connues, qui pourtant portent la responsabilité d'un grand nombre de victimes ou de malades dans le monde entier. Ces causes « moins connues » sont celles qui ne frappent pas directement à notre porte, et nous laissent souvent indifférents par simple ignorance...

Les deux organisations environnementales estiment que des mesures efficaces, parfois simples à mettre en œuvre, permettraient d'éviter un grand nombre des ces décès et maladies. Elles appellent aussi à un accroissement significatif de l'aide internationale affectée à des actions d'assainissement.

Cela vous intéressera aussi