Des chercheurs américains ont établi un lien direct entre l’asthme chez l’enfant et la pollution atmosphérique par les hydrocarbures aromatiques polycycliques, ou HAP, libérés notamment par les gaz d’échappement des automobiles.
Cela vous intéressera aussi

La pollution automobile exercerait son effet de manière particulièrement insidieuse ! Tout se passerait avant la naissance, dans le ventre de la future mère. « Un environnement pollué perturbe le bon déroulement de la gestationgestation avec à la clé, une modification génétiquegénétique qui peut déclencher un asthmeasthme après la naissance » explique Shuk-mei Ho, directeur du Center for Environmental Genetics (Université de Cincinatti, Etat de l'Ohio) et principal auteur de cette étude.

Un effet génétique

Les chercheurs ont étudié le sang du cordon ombilicalcordon ombilical de 56 petits nés à New York, une ville à la densité automobile emblématique et dans laquelle 25% des enfants souffrent d'asthme, le plus fort taux des Etats-Unis. Les niveaux d'exposition maternelle aux hydrocarbures aromatiqueshydrocarbures aromatiques polycycliques avaient été préalablement mesurés durant la grossessegrossesse.

« Nous avons constaté une relation de cause à effet entre une forte exposition aux polluants automobilesautomobiles et la modification du gènegène ACSL3, liée à l'augmentation du risque d'asthme chez l'enfant ». Publiée dans la revue scientifique PLoS One, cette découverte confirme une nouvelle fois le danger de la pollution automobile.