Cela vous intéressera aussi

Avoir un enfant quand son conjoint est séropositif est un désir légitime, la démarche doit pourtant être menée après une mûre réflexion, après étude et dans la connaissance des risques. 

Peu importe la méthode choisie, l'homme devra d'abord subir différents examens : un spermogrammespermogramme (nombre de spermatozoïdesspermatozoïdes, recherche de cellules anormales...) et un bilan biologique afin d'évaluer la charge viralecharge virale du spermesperme. La technique utilisée dépendra de facteurs médicaux.

Le choix de l’insémination

L'insémination peut se pratiquer dans un centre d'Aide médicale à la procréation (AMP). Le moyen le plus « sûr » d'éviter toute contaminationcontamination de la mère est d'effectuer un « lavage du sperme ». Cette technique permet d'obtenir une quantité de sperme débarrassé du virusvirus.

La fécondation in vitro

La Fiv consiste à prélever un ovuleovule chez la femme, à le féconder en laboratoire et à le réimplanter ensuite. La technique par « micro-injection » consiste à féconder l'ovule avec un seul spermatozoïde. Dans ce cas précis, la contamination de la mère ne serait possible que si le spermatozoïde était lui-même porteur du virus. Le risque, donc, est très faible.

La conception naturelle

Le virus porté par le père ne peut se transmettre à l'embryonembryon, mais il peut contaminer la mère. Il est donc indispensable de vérifier la fertilité des deux partenaires et le moment de l'ovulationovulation, afin d'éviter tout risque inutile lors d'un rapport non protégé. Autre précaution : procéder à un diagnosticdiagnostic d'éventuelles infections génitales, susceptibles « d'augmenter » la quantité de VIH dans le sperme.

Dans tous les cas, un suivi médical préalable à la conception est nécessaire. Quant au suivi de la grossesse elle-même, il devra être scrupuleusement respecté.