Planète

De nouveaux risques sanitaires pour les animaux

Dossier - L'agriculture victime du réchauffement – en France
DossierClassé sous :Agriculture , Réchauffement , climatologie

Les agricultures française et européenne vont être fortement impactées par les multiples conséquences du réchauffement climatique. Ce dossier tente d’en détailler plusieurs, toutes fort préoccupantes. Continuer à se nourrir malgré le réchauffement va nécessiter d’immenses efforts dans les décennies qui viennent.

  
DossiersL'agriculture victime du réchauffement – en France
 

L’élevage est également très fortement touché, car plus il fera chaud, plus on aura droit à toutes les maladies des pays chauds. Des espèces invasives peuvent dévaster les communautés natives, sans défense contre elles. Par exemple, l’acarien Varroa destructor, originaire d’Asie, cause très peu de dommages à l’abeille asiatique, mais ravage les colonies d’abeilles occidentales).

Abeille ouvrière. © Unseidlungen, Pixabay, DP

Le moustique-tigre envahit la France du sud au nord à grande vitesse. Il favorise malheureusement la propagation des maladies tropicales à virus tels que la dengue, Zika ou le chikungunya. Et tout laisse à penser qu’il va continuer inexorablement sa progression vers l’Angleterre, la Belgique et l’Allemagne, provoquant de gros dégâts de santé sur les Hommes et leurs animaux.

Le moustique-tigre se propage rapidement. © Wilkimages, Pixabay, DP

Dans son rapport d'avril 2005, l’AFSSA (Agence française de sécurité sanitaire des aliments) identifiait déjà six affections dont l'incidence est susceptible d'être modifiée par le changement climatique (cette liste n’est pas malheureusement exhaustive) :

  • La fièvre catarrhale ovine, ou maladie de la langue bleue

Propagée par un moucheron suceur de sang, progresse nettement ces dernières années sur le pourtour méditerranéen ; on estime que l'augmentation de 1 °C de la température moyenne permet à l'espèce de remonter de 90 km vers le nord et de 150 m d'altitude. Cette fièvre peut tuer de 2 % à 30 % des animaux infectés. En 1956, elle a tué 200.000 animaux en Espagne et au Portugal. En 2006-2008, elle est remontée dans le nord de l’Europe (Allemagne, Pays-Bas, Belgique, et, en France le Nord-est et le Pays basque), où elle a tué plusieurs milliers d’animaux. En 2017, elle a sévi durement dans l’est de la France.

Virus de la langue bleue. © Wikimedia commons, DP
  • La peste équine

Elle se transmet selon un schéma proche et tue, actuellement, 90 % des animaux infectés ; elle est pour le moment cantonnée en Afrique centrale et Afrique du Sud.  En Europe, la maladie a pour le moment été éradiquée depuis 1991 grâce à de nombreuses vaccinations mises en place en Espagne et au Portugal, les deux pays touchés. Espérons que ça dure !

  • La fièvre de la vallée du Rift

Elle se transmet par différentes espèces de moustiques susceptibles de remonter en Europe avec le réchauffement ; endémique en Afrique, elle peut également affecter l'Homme, comme en 1977 où elle a touché 200.000 personnes en Égypte, dont 598 sont mortes. Au Kenya et en Somalie, en 1997-98, elle a fait quelque 500 victimes humaines et tué des dizaines de milliers de têtes de bétail.
 

Virus de la vallée du rift. © Gleiber, Wikimedia commons, CC 2.0
  • La fièvre du Nil occidental 

Tout aussi dangereuse et également transmise par des moustiques après incubation sur des oiseaux migrateurs venant d’Afrique. Elle a été repérée durant l’année 2000 en Camargue, où elle a tué 21 chevaux. En 2003, deux chevaux ont succombé dans le Var et sept humains ont été infectés. Depuis, elle a frappé au Canada, en Grèce, en Russie et aux États-Unis...

Schéma de la transmission du virus responsable de la fièvre occidentale du Nil. © Centers for Disease Control and Prevention, Wikimedia commons DP
  • La leishmaniose

Autre maladie qui prend de l’ampleur avec le changement climatique, la leishmaniose est transmise par des diptères, elle se développe chez les rongeurs et les canidés, puis passe au chien, qui alors la transmet à l’Homme. Bien présente en Afrique du Nord elle touche désormais régulièrement les canards du sud de la France. Les Hommes qui sont piqués développent des boutons provoquant des lésions irréversibles. Non soignée, cette maladie devient mortelle. On enregistre actuellement de l’ordre de deux millions de nouveaux cas humains par an, répartis dans 88 pays.

Comment les virus atteignent les animaux et l'Homme. © 2015-2016 UMVF - Université Médicale Virtuelle Francophone
  • La leptospirose

Elle est véhiculée par une bactérie présente dans l'urine des rongeurs, passe par le cheptel ou les chiens et atteint l’Homme. Elle pourrait se diffuser dans les cours d'eau durant les années où il ne gèlera pas suffisamment. En 2003, on a enregistré en France 37 hospitalisations et deux décès. On estime à plus de 500.000 le nombre de cas sévères de leptospirose par an dans le monde avec un taux de mortalité supérieur à 10 %... 

Un rat, principal réservoir de la bactérie leptospira. © Jan van der Crabben, Wikimedia commons, CC 2.0