Planète

Des tempêtes beaucoup plus fortes

Dossier - L'agriculture victime du réchauffement – en France
DossierClassé sous :Agriculture , Réchauffement , climatologie

Les agricultures française et européenne vont être fortement impactées par les multiples conséquences du réchauffement climatique. Ce dossier tente d’en détailler plusieurs, toutes fort préoccupantes. Continuer à se nourrir malgré le réchauffement va nécessiter d’immenses efforts dans les décennies qui viennent.

  
DossiersL'agriculture victime du réchauffement – en France
 

La France borde l’océan Atlantique, qui se réchauffe en permanence, et les vents dominants viennent de l’ouest. Il est donc à prévoir que tant la fréquence que la force et la superficie couverte par les tempêtes majeures sont amenées à croître fortement, avec des dégâts de plus en plus importants.

Tempête et formation d'une tornade au large. © Enriquelopezgarre, Pixabay, DP

On peut par exemple se rappeler les tempêtes de décembre 1999, Lothar et Martin, quand plus de la moitié du territoire a subi des vents supérieurs à 100 km/h, avec des pointes dévastatrices de 160 à 180 km/h, ou Xynthia en 2010.

Les principales tempêtes en France de 1980 à 2019. © Météo France, tous droits réservés

Le danger des vents violents

La plus grande forêt artificielle d’Europe, les Landes, qui s’étend sur près d’1 million d’hectares, est également menacée ! Bien entendu par les incendies, qui, comme on l’a vu plus haut, vont devenir de plus en plus dévastateurs et déjouer progressivement les mesures de prévention prises après les dramatiques feux des années 1950 et 1960 (où 300.000 hectares avaient disparu), mais aussi par les tempêtes. Cette région borde en effet l’océan Atlantique, et sera inéluctablement soumise à des coups de vent de plus en plus violents.

Trajectoire de la tempête Klaus de 2009. © Semhur, Wikimedia commons, CC 4.0

 

Quand frappent les tempêtes !

La tempête Martin de 1999 a couché environ le quart des arbres. Dix ans après, la tempête Klaus de 2009 a couché 40 % de ce qui restait. Il faut plus de 40 ans pour « récolter » un pin maritime, quelle est la probabilité réelle de récolter les arbres qu’on a semés après la tempête Klaus ?