Saumon, maquereau, thon ou encore sardines sont des poissons riches en oméga-3. © greekfood-tamystika, Pixabay, CC0 Creative Commons

Planète

Pour rester zen, mangez du poisson

ActualitéClassé sous :zoologie , poisson , contamination

Manger du poisson, c'est bon pour la santé. Voilà qui se dit. Et selon une petite étude coordonnée par un chercheur français, consommer du poisson et les oméga-3 qu'il contient limiterait l'agressivité.

Selon Laurent Bègue, professeur de psychologie sociale à l'université Grenoble Alpes (France), les oméga-3, des acides polyinsaturés — en d'autres mots, des acides qui possèdent des doubles liaisons chimiques entre leurs atomes de carbone —, jouent « un rôle décisif » dans la jonction entre les cellules nerveuses du cerveau.

Dans une étude publiée dans le numéro de décembre de la revue Psychiatry Research, lui et des chercheurs de l'université de Californie à Davis (États-Unis) et de l'université Ohio State (États-Unis) ont examiné 194 hommes et femmes de 18 à 45 ans.

Notre organisme n’étant pas capable de synthétiser les oméga-3, le professeur Bègue recommande de consommer des aliments qui en sont naturellement riches, comme le poisson. © cattalin, Pixabay, CC0 Creative Commons

Des oméga-3 pour lutter contre l’agressivité

Pendant six semaines, un groupe prenait des capsules d'oméga-3 et un autre un placebo. Les chercheurs ont par ailleurs pris en compte la part d'aliments riches en oméga-3 (poissons, fruits à coque et huile de colza ou de noix) dans le régime habituel des participants. Tous ont répondu, au début et à la fin, à un questionnaire sur l'agressivité. Et les résultats ont confirmé une diminution de l'agressivité des personnes ayant bénéficié des oméga-3.

« De nombreux diététiciens et médecins considèrent que la population est généralement en carence d'oméga-3 et consomme trop d'oméga-6, présents dans les produits gras transformés », rappelle Laurent Bègue. Selon lui, « cela ne signifie pas qu'il faille recourir à des compléments alimentaires, mais plutôt opter plus fréquemment pour des aliments qui contiennent naturellement des oméga-3, comme le poisson ou certaines huiles ».

Pour en savoir plus

La consommation de poissons resterait bénéfique malgré la contamination

Bien que certaines espèces de poissons soient probablement contaminées par le mercure et d'autres toxines, les bénéfices de la consommation des produits de la mer continuent à surpasser les risques, a indiqué un groupe de scientifiques à la rencontre annuelle de l'American Association for the Advancement of Science.

Article du CIRS paru le 25/03/2006

Phil Davidson, de la Medical School de l'Université de Rochester, a présenté, à cette occasion, les résultats d'une étude unique portant sur plus de 700 enfants vivant aux îles Seychelles, sur une période de 10 ans. Les mères des enfants consommaient en moyenne du poisson 12 fois par semaine, soit 10 fois la moyenne des habitants des États-Unis. Les poissons contenaient de hauts niveaux de méthylmercure.

Les tests cognitifs sur les enfants, conduits à de multiples reprises, n'ont pas permis de déceler de défauts cognitifs ou d'autres maladies normalement attribuées à l'absorption de mercure. « Les résultats sont très intéressants », note Michael T. Morrissey, de l'Oregon State University's Seafood Laboratory (Astoria, Etats-Unis). « Y aurait-il quelque chose de profitable dans la consommation de poissons qui annulerait tout effet adverse du mercure ? » s'interroge-t-il. « Les études existantes suggèrent que les produits de la mer jouent un rôle dans la réduction des maladies neurodégénératives et des maladies coronariennes » indique-t-il. « Les recherches récentes confirment le rôle de la consommation de ces produits dans l'évolution du cerveau et la santé mentale », confirme Michael Crawford, de l'Institute of Brain Chemistry and Human Nutrition à la Metropolitan University (Londres).

« La prudence est cependant recommandée pour certains produits de la mer » indique Morrissey. Il appuie les recommandations de la Food and Drug Administration (États-Unis) et de l'EPA (Environmental Protection Agency, États-Unis), relatives aux jeunes jeunes enfants et aux femmes enceintes, consistant à éviter la consommation de requin, d'espadon, de tile et de thazard tacheté. « Les jeunes enfants et les femmes enceintes devraient consommer du poisson 12 fois par semaine, pour être sûr de bénéficier de nutriments importants, particulièrement les acides gras Oméga-3 » ajoute-t-il. Il conseille aux personnes ne relevant pas de ces catégories de consommer 4 à 7 fois par semaine du poisson.

Des recherches supplémentaires demeurent nécessaires pour déterminer plus exactement les risques et bénéfices de la consommation de produits de la mer.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Cinq poissons tropicaux hypnotisants se dévoilent dans ce top  Les poissons tropicaux sont connus pour leurs couleurs et leurs formes étonnantes. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'ils font la joie des aquariophiles. Futura a réuni pour vous cinq des plus beaux spécimens.