Décrite pour la première fois en 2006, l'expansion des tropiques a longtemps confondu les scientifiques. Aujourd'hui, une nouvelle étude propose une explication quant au mécanisme derrière de ce phénomène climatique.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Pourquoi lutter contre le réchauffement climatique ? La limite des 2 °C a été fixée en 2009 lors du sommet de Copenhague, entre les états participants et la communauté scientifique. L’idée étant de limiter les dégâts du réchauffement climatique au maximum. Dunod a interviewé Jean Jouzel, vice-président du groupe scientifique du Giec, et Olivier Nouaillas, journaliste à l'hebdomadaire La Vie, à propos de leur livre traitant du sujet : Quel climat pour demain ?

Nous avons tous appris à placer les tropiquestropiques sur une carte à l'école. Mais il se pourrait que ce savoir deviennent obsolète de notre vivant. En effet, cette région chaude et humide du globe serait en pleine expansion à cause d'un coupable qu'il n'est plus nécessaire de présenter : nous. Au cours des 15 dernières années, les scientifiques ont remarqué que la ceinture tropicale entourant le globe s'étend progressivement vers le bassin méditerranéen, l'Australie du Sud ou encore la Californie du Sud.

L'atmosphère est hors de cause, mais pas les Hommes

Les tropiques sont la région de la TerreTerre la plus directement exposée au SoleilSoleil tout au long de l'année. Caractérisés par des températures élevées, leur cœur connaît des précipitationsprécipitations abondantes tandis que leurs bordures extérieures possèdent un climatclimat plus sec et brûlant. Depuis plusieurs années déjà, les données révèlent que les tropiques s'élargissent, avec une expansion plus prononcée au sud que dans l'hémisphère Nordhémisphère Nord. Cette particularité confondait jusqu'alors les chercheurs, incapables de réconcilier les évolutions atmosphériques avec la nouvelle cartographie de la région.

Néanmoins, une nouvelle étude, parue dans la revue Journal of Geophysical Research: Atmospheres, suggère que le moteur de ces changements ne se trouverait pas dans l'airair mais dans nos océans, couvrant une surface plus importante dans l'hémisphère Sudhémisphère Sud. « Bien que les fluctuations naturelles du climat sur le long terme participent à cette tendance, ces variations ne suffisent pas à expliquer toute l'amplitude de l'expansion en cours », lit-on dans le communiqué de presse de l'American Geophysical Union. Le réchauffement de l'océan subtropical, quant à lui, est indépendant de ces fluctuations climatiques naturelles, expliquent les chercheurs. « Ceci est le résultat du réchauffement climatiqueréchauffement climatique»

Évolution de la région des tropiques entre 1980-1984 (en bleu) et 2008-2012 (en rouge) © NOAA
Évolution de la région des tropiques entre 1980-1984 (en bleu) et 2008-2012 (en rouge) © NOAA

Un moteur océanique

C'est en analysant la façon dont les courants océaniques transportent l'eau chaude vers les pôles que le climatologueclimatologue Hu Yang et son équipe ont pour la première fois théorisé la possibilité d'un lien entre les océans et l'expansion des tropiques. « L'océan et l'atmosphèreatmosphère étant profondément interconnectés, il est parfois difficile de savoir lequel influence l'autre », explique le chercheur. En comparant le mouvementmouvement des courants océaniques majeurs vers les pôles et la carte de l'expansion, l'équipe a découvert un recouvrement des données qui ne pouvait être entièrement dû au hasard.

L'expansion des tropiques n'implique pas seulement des enjeux climatiques et environnementaux. Tout comme avec la plupart des phénomènes imputables au changement climatique, ses répercussions s'étendent à la sphère économique et sociale. Des régions souffrant déjà de pénuries d'eau récurrentes pourraient à l'avenir connaître un plus grand nombre de sécheressessécheresses et de feux sauvages, tandis que certaines tempêtestempêtes pourraient voir leur trajectoire modifiée pour toucher des zones habitables fragiles.

Si cette tendance se poursuit et se renforce, on peut s'attendre à des caniculescanicules plus fréquentes, impactant les populations vulnérables mais également le bon fonctionnement des villes. En somme, l'urgence est une fois de plus indéniable et l'action, de la part de tous, nécessaire.