Cela vous intéressera aussi

Les grands courants marins qui circulent de manière permanente au sein des océans et répartissent sur la planète la chaleurchaleur solaire reçue par les massesmasses d'eau constituent ce que l'on appelle la circulation océanique. Cette circulation est aussi dite thermohaline, puisqu'elle est actionnée par les différences de température et de salinité des eaux.

Courant marin chaud, le Gulf Stream influe fortement sur le climat européen, en adoucissant les températures de l'hiver. Son ralentissement, ou pire encore sa disparition, provoquerait des déséquilibres climatiques en Europe de l’Ouest. François-Marie Bréon, chercheur au Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement, nous donne les clés pour comprendre ce phénomène. © Futura-Sciences

Une des manifestations les plus connues de cette circulation océanique, aussi appelée tapis roulant, est le Gulf Stream. Ce courant chaud d'Atlantique Nord qui réchauffe l'Europe disparaît lorsque ses eaux se mélangent avec celles, plus froides et plus salées, de l'ArctiqueArctique, ce qui augmente leur densité et provoque leur plongée dans les profondeurs. Cette plongée des eaux sous l'effet de la salinitésalinité et de la température est le moteur de la circulation thermohalinecirculation thermohaline.

Or le réchauffement climatiqueréchauffement climatique, par ses effets sur la température des eaux et la fontefonte des glaces, modifie ce phénomène. Cet échauffement et l'arrivée de plus grandes quantités d'eau douceeau douce diminuent la densité des eaux de l'Arctique et pourrait ralentir leur plongée, et par la même ralentir toute la circulation mondiale.

Pour l'instant, il n'y a aucun signe de ralentissement du Gulf Stream et donc de cette circulation. Du côté des modèles climatiques, la situation est plus contrastée. Certains modèles annoncent peu ou pas de ralentissement de la circulation thermohaline d'ici 2100, tandis que d'autres prédisent un ralentissement important.

Le changement climatique ne modifie donc pas encore la circulation océanique, mais ses effets pourrait un jour la ralentir, comme cela s'est déjà produit par le passé.