Au Botswana, on trouve la plus grande population d’éléphants d’Afrique. Mais un mal mystérieux semble les toucher depuis 2020. © jtplatt, Adobe Stock
Planète

Au Botswana, les éléphants meurent sans que l’on sache pourquoi

ActualitéClassé sous :éléphant , animaux d'Afrique , intoxication

-

Les éléphants d'Afrique sont notamment menacés par le braconnage et par le morcellement de leurs territoires. Mais, aujourd'hui, c'est un mal mystérieux qui semble toucher durement plus précisément les éléphants du Botswana. Des centaines en sont morts en 2020. Et déjà des dizaines cette année.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Intelligence animale : l'éléphant aurait conscience de son corps  Un éléphant d'Asie a réussi brillamment un test d'intelligence auquel échoue un enfant de deux ans : on ne peut pas tirer un tapis si on est dessus. Réalisée par l'association Think Elephants International, l'expérience montre que l'éléphant a conscience de son propre corps, comme le montre également le test du miroir. Une capacité rare dans le monde animal. 

Il y a un an, des centaines d'éléphants avaient été retrouvés morts au Botswana. Soulevant les questions des experts. Ils avaient finalement conclu à la responsabilité d'une cyanobactérie qui se serait développée dans l'eau à la faveur d'un réchauffement climatique faisant monter les températures et descendre les sources d'eau.

L'histoire semble vouloir se répéter cette année : 39 morts d’éléphants ont déjà été déclarés sur les trois premiers mois de 2021 dans la réserve de Moreni, à une centaine de kilomètres de la région touchée entre mai et juin 2020. Dans des circonstances étranges, à en croire des annonces officielles discordantes. Le ministre de l'Environnement, de la Conservation des ressources naturelles et du Tourisme affirmant, fin mars, que les mêmes cyanobactéries sont à blâmer. Le Département de la faune et des parcs nationaux du Botswana soutenant de son côté, quelques jours plus tôt, qu'une infection bactérienne est exclue. Mais que des analyses sont toujours en cours.

Le delta de l’Okavango est le deuxième plus grand delta intérieur au monde. Il abrite aussi la plus importante population d’éléphants au monde, sans doute grâce à une interdiction de leur chasse depuis 2014. Mais, en 2019, revirement de situation. L’interdiction a été levée. Après que la pandémie de Covid-19 a empêché la saison 2020 d’avoir lieu, la chasse à l’éléphant s’est ouverte ce mardi 6 avril 2021. © michaklootwijk, Adobe Stock

Plusieurs pistes, mais pas encore de certitudes

Ce qui continue d'étonner aussi, c'est la spécificité de l'infection qui semble ne toucher que les éléphants. Des animaux déjà mis en danger par le braconnage et par l'utilisation des terres par les Hommes qui, non seulement diminuent les espaces libres pour les éléphants, mais aussi les fractionnent.

Notez qu'au Zimbabwe, un pays voisin du Botswana, 37 éléphants ont également été retrouvés morts en 2020 dans des circonstances troubles. Les chercheurs ont d'abord cru à une septicémie hémorragique causée par la bactérie Pasteurella multocida. Les analyses ont montré que c'était plutôt la bactérie appelée Bisgaard Taxon 45 qui était en cause. Peut-être les experts parviendront-ils dans les semaines à venir à résoudre l'énigme des éléphants morts au Botswana...

Pour en savoir plus

Mort mystérieuse de centaines d'éléphants : on en sait plus sur ce qu'il se serait passé

Au mois de mai, des centaines d'éléphants avaient été retrouvés morts à côté de points d'eau dans la région du delta de l'Okavango. Après moult spéculations sur la cause de cette hécatombe, les scientifiques pensent enfin avoir trouvé le fin mot de l'histoire. Enfin presque.

Article de Céline Deluzarche paru le 22/09/2020

Les 350 éléphants morts au Botswana pourraient avoir été tués par une cyanobactérie. © 2630ben, Adobe Stock

Depuis plusieurs mois, les experts s'interrogeaient sur la mort mystérieuse de centaines d'éléphants au Botswana. Les dépouilles de 350 éléphants de tous âges avaient ainsi été retrouvées sans blessures apparentes, faisant suspecter un empoisonnement de masse. Œuvre de braconniers ? Agent pathogène inconnu ? Les spéculations allaient bon train. Les scientifiques pensent aujourd'hui avoir enfin l'explication. « Les décès ont été causés par un empoisonnement dû à une cyanobactérie qui se développait dans des points d'eau », a expliqué Mmadi Reuben, vétérinaire au ministère de la Faune sauvage et des Parcs nationaux, lors d'une conférence de presse. Des traces de neurotoxines ont en effet été trouvées dans les carcasses d'éléphants, selon les autorités du parc.

Cette théorie tient la route, car on sait qu'une hausse des températures peut amener à la prolifération et la modification des bactéries qui libèrent alors des toxines. En 2017, huit chiens étaient ainsi décédés dans le Maine-et-Loire après s'être abreuvés d'eau contaminée. Avec le réchauffement climatique, ce type d'événement pourrait devenir de plus en plus fréquent, s'inquiètent les scientifiques.
 

La cause de la mort vraiment élucidée ?

Cette explication ne convainc cependant pas tout le monde. « S'il s'agit d'eau contaminée, pourquoi seuls les éléphants sont affectés ? », s'interroge la biologiste Keith Lindsay sur CNN. Selon cette spécialiste, l'hypothèse d'un empoisonnement volontaire n'est pas à écarter. « Une des choses que font les éléphants et pas les autres espèces, c'est d'aller chercher leur nourriture dans les champs cultivés [...] Si les fermiers y jettent du poison, les éléphants peuvent l'absorber et retourner ensuite à leurs points d'eau. C'est au moins, sinon plus probable que cette cyanobactérie comme cause de la mort », soutient-elle. En tout cas, l'hypothèse des braconniers semble écartée, puisque les éléphants ont été retrouvés avec leurs défenses.


Des centaines d'éléphants morts dans des circonstances mystérieuses

Article de Julie Kern publié le 12/07/2020

Depuis plus d'un mois, les éléphants du Botswana sont victimes d'un mal mystérieux. Quelque 350 éléphants ont été retrouvés morts lors de plusieurs survols dans la région. Les autorités du pays ont lancé des analyses pour comprendre la cause de cette hécatombe. Deux pistes sont envisagées.

Depuis le mois de mai, les éléphants d'Afrique qui vivent dans la région du delta de l'Okavango au Botswana meurent les uns après les autres. Les dépouilles de 350 éléphants de tous âges, mâles et femelles, ont été retrouvées sans blessures apparentes. Des analyses sont en cours pour essayer de comprendre les causes de cette hécatombe sans précédent. Deux théories sont envisagées : l'empoisonnement ou un pathogène inconnu.

Les images aériennes des carcasses des éléphants découvertes dans le delta de l'Okavango. © The Guardian

L’empoisonnement ou la maladie

Des témoins ont pu observer le comportement des éléphants avant leur mort. Les pachydermes marchaient en cercle et certains chutaient, la tête en avant. Ces manifestations peuvent être le signe d'une atteinte neurologique. La piste de la maladie Covid-19 a été envisagée, puisque le virus est d'origine animale, mais semble improbable. L'anthrax a aussi été considéré, mais écarté depuis.

Selon Niall McCann, un chercheur anglais de l'association National Park Rescue, la piste de l’empoisonnement est moins solide : « Il n'y a que les éléphants qui meurent, pas d'autres espèces. Si c'était du cyanure utilisé par des braconniers, d'autres espèces auraient été touchées », explique-t-il à la BBC.

Pour le moment, le mal qui frappe les éléphants d'Afrique reste mystérieux. Cyril Taolo, directeur des parcs nationaux et de la faune du Botswana a annoncé : « Nous avons envoyé des échantillons pour analyse et nous attendons les résultats dans les prochaines semaines. »

Qu'importe la cause de ce mal mystérieux, ce n'est pas une bonne nouvelle pour les éléphants d'Afrique, déjà menacés. De plus, le delta de l'Okavango abrite près de 15.000 éléphants, soit près de 10 % de la population d'éléphants du pays.

---

Le rendez-vous audio de l'intelligence animale ! À retrouver toutes les deux semaines.

---

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !