Chaque catégorie d'appareils à boisbois individuels propose des solutions assurant le chauffage d'un réseau d'eau. Vu les économies qu'elles engendrent, l'idée commence à prendre, en particulier dans la constructionconstruction basse consommation.

Le chauffage par circuit hydraulique. © Photo 5000, Fotolia
Le chauffage par circuit hydraulique. © Photo 5000, Fotolia

Bouilleurs, hydro, thermo : trois termes pour désigner des cuisinières, insertsinserts et poêles fonctionnant comme des chaudières. Ces appareils à bois, pellets ou mixtes sont équipés d'un échangeur de chaleurchaleur qui met à profit l'énergie de la combustioncombustion pour alimenter un circuit hydraulique. Une pompe intégrée ou externe fait circuler l'eau dans le réseau. À chaque cycle, le fluide passe par l'échangeur, se réchauffe et retourne dans le circuit sous une température de 60 °C environ.

Exemple de raccordement d’une cuisinière bouilleur - Le vase d’expansion absorbe la dilatation du fluide caloporteur en cas de surchauffe. Ce schéma montre deux possibilités d’installation spécifiées dans la norme NF EN 12828. Le vase ouvert se raccorde en direct à la cuisinière, sans vanne d’isolement. Le vase sous pression nécessite la présence d’une soupape thermique. © Costic
Exemple de raccordement d’une cuisinière bouilleur - Le vase d’expansion absorbe la dilatation du fluide caloporteur en cas de surchauffe. Ce schéma montre deux possibilités d’installation spécifiées dans la norme NF EN 12828. Le vase ouvert se raccorde en direct à la cuisinière, sans vanne d’isolement. Le vase sous pression nécessite la présence d’une soupape thermique. © Costic

Les utilisations possibles de la fonction hydro du chauffage à bois

Le système peut assurer la production d'eau chaude sanitaire, s'utiliser en appoint ou en relève d'une chaudière de chauffage centralchauffage central (radiateursradiateurs, plancher chauffantplancher chauffant). Il est possible de le coupler avec une pompe à chaleur ou des capteurs solairescapteurs solaires. Un diagnosticdiagnostic thermique est indispensable pour calculer les déperditions du logement et choisir en conséquence la puissance du bouilleur (jusqu'à 30 kW nominale).

L'usage en chauffage principal est concevable, mais il faut prendre en compte les contraintes de chargement en combustible. À moins, dans le cas d'un poêle à pellets par exemple, de pouvoir automatiser l'alimentation à partir d'un silo de stockage (voir chaudières à bois). L'installation hydraulique, complexe, requiert les compétences d'un plombier chauffagiste. Elle doit comporter un dispositif de régulation et différentes sécurités pour contrôler la pression de l'eau et contrer une élévation anormale de température dans le circuit. Combiner un bouilleur et un ballonballon tampon est particulièrement avantageux. Le ballon stocke la chaleur produite et la restitue à la demande, tant pour l'ECS que pour les appoints de chauffage.

L'échangeur à eau pour les cheminées ouvertes

La fonction hydro s'applique aussi aux cheminéescheminées ouvertes sous la forme d'un échangeur à eau. Ce récupérateur de chaleurrécupérateur de chaleur d'un genre particulier s'apparente à un collecteur sur lequel se raccordent les circuits aller et retour du réseau. Les modèles les plus simples se posent tels quels sur la sole foyère (schéma). D'autres sont incorporés à un ensemble encastrable visuellement plus esthétique.

Schéma hydraulique d’un échangeur à eau. L’eau circulant en boucle dans le réseau est chauffée au contact de la flamme et des braises. Elle peut alimenter directement les radiateurs (fonctionnement autonome) ou s’utiliser en relève de chaudière pour économiser le gaz ou le fioul. © D’après doc Piros
Schéma hydraulique d’un échangeur à eau. L’eau circulant en boucle dans le réseau est chauffée au contact de la flamme et des braises. Elle peut alimenter directement les radiateurs (fonctionnement autonome) ou s’utiliser en relève de chaudière pour économiser le gaz ou le fioul. © D’après doc Piros