Tech

Data centers et cloud computing émettent trop de CO2 selon Greenpeace

ActualitéClassé sous :informatique , Internet , Ipad

-

L'ONG profite de la sortie de l'iPad aux Etats-Unis (le 3 avril) pour présenter une étude sur les émissions de CO2 par les data centers, qui (surtout aux Etats-Unis), sont souvent alimentés par des centrales à charbon.

Des services en ligne, oui, mais s'ils tirent leur énergie de sources renouvelables car à l'échelle mondiale la consommation électrique qu'ils génèrent est énorme. Il y a là une économie substantielle possible. © DR

D'ici 2020, le réseau Internet et les centres de stockage des données informatiques (data centers) tripleraient leurs émissions mondiales de gaz à effet de serre, prévoit Greenpeace. La faute au cloud computing(qui stocke les données ou logiciels sur le réseau et non pas dans le poste de travail) et à la multiplication des services en ligne, comme ceux qu'utilisent abondamment les livres électroniques et le nouvel iPad d'Apple.

Greenpeace en appelle donc aux constructeurs high-tech pour développer des serveurs de traitement de données plus respectueux de l'environnement, grâce à l'utilisation des énergies renouvelables plutôt que celle produite par le charbon.

Se fondant sur la consommation future des data centers et des réseaux mondiaux de télécommunication du Web, Greenpeace estime que la consommation d'électricité de ces centres atteindra 1.963 milliard de kWh en 2020, soit plus du triple par rapport à aujourd'hui. « C'est largement plus que la consommation combinée de la France, l'Allemagne, le Canada et le Brésil », explique Greenpeace.

Forte de ce constat, l'ONG appelle les géants de l'industrie high-tech, comme Apple ou Facebook, à recourir aux énergies renouvelables pour créer des data centers plus écologiques et plus économiques. Ce n'est qu'à cette condition, toujours selon l'association environnementale, que le développement de la Toile pourra accompagner le développement de l'économie verte.

Cela vous intéressera aussi