Le consultant green IT a un rôle prépondérant dans la transition écoresponsable d’une entreprise. © cienpies, Adobe Stock
Sciences

Consultant green IT

MétierClassé sous :Métiers , Environnement , Métiers informatiques

Soucieux de l’environnement et des économies d’énergie ? Devient consultant green IT et part à la chasse au gaspillage dans les entreprises. Consommation d’énergie, réduction des déchets du numérique, optimisation du matériel, éco-conception de service numérique, les postes concernés sont nombreux.

Chargé de réduire l’empreinte écologique d’une entreprise, d’une administration ou d’une collectivité territoriale, le consultant green IT est un expert des énergies renouvelables et du numérique écoresponsable. Grâce à son action, il va pouvoir réduire la consommation énergétique d’une entreprise, promouvoir l’éco-conception des nouveaux logiciels et applications, acheter du matériel plus responsable, prolonger la durée de vie du matériel informatique, ou encore rationaliser l’utilisation des imprimantes et photocopieuses d’un service. Le consultant green IT va fournir aux entreprises des outils et des méthodologies afin que celles-ci puissent réduire leur empreinte écologique, engendrée pour partie par leurs systèmes d’information.

Après avoir fait un diagnostic de l’existant, le consultant green IT va mettre en place des processus écoresponsables, notamment en élaborant des tableaux de bord et des indicateurs afin de suivre l’évolution des objectifs fixés. En plus de son travail de sensibilisation voire de formation auprès de ses clients ou utilisateurs, le consultant green IT va également pouvoir aider l’entreprise à se mettre en conformité avec les législations en vigueur ou déployer des logiciels aidant au développement durable pour, par exemple, mesurer l’impact carbone d’un service ou d’un fournisseur.

Comment devenir consultant green IT ?

Un diplôme de niveau bac + 5 minimum est généralement demandé pour exercer le métier de consultant green IT bien qu’il n’existe pas encore de formation vraiment dédiée à ce métier :

  • Diplôme d’Ingénieur de l'EPITA ;    
  • Diplôme d’Ingénieur de l’ESME Sudria – Parcours énergie et environnement ;
  • Master of Science Optimisation & Energies durables, IONIS-STM ;   
  • Master Ingénierie et management de l’environnement et du développement durable, Université de technologies de Troyes ;     
  • Master management des PME-PMI, Parcours Management et développement durable, Le Mans Université ;     
  • Mastère spécialisé Manager de l’environnement et de l’éco-efficacité énergétique, INSA Lyon ;     
  • Master Thermique énergétique, Université Bretagne Sud ;     
  • Master en informatique avec une spécialité green IT ; 
  • Les filières informatiques de l’UTC, Centrale Lyon et Nantes et leurs cours de sensibilisation sur ces sujets.

Les principales compétences et qualités à avoir

Le métier de consultant green IT fait appel à plusieurs compétences et qualités :

  • avoir de grandes connaissances en développement durable et énergies renouvelables ;     
  • maîtriser l’environnement informatique et les solutions cloud ;     
  • savoir travailler en mode projet ;    
  • être à l’écoute des besoins clients ;     
  • avoir une très bonne communication ;     
  • être bon pédagogue ;     
  • faire preuve de perspicacité ;     
  • être organisé ; 
  • savoir imposer ses convictions et décisions ; 
  • mener une veille active.
Chargé de diminuer l’empreinte écologique d’une entreprise, le consultant green IT étudie tous les postes de l’entreprise afin de lui proposer des solutions favorables au développement durable. © metamorworks, Adobe Stock

Les conditions de travail

Le consultant green IT travaille pour le compte d’une entreprise cliente ou en interne. Il doit faire preuve d’écoute et d’adaptabilité. Il maîtrise la gestion de projet et propose des solutions dans le respect des besoins clients. Ses horaires de travail sont des horaires de bureaux classiques.

Le salaire d’un consultant green IT

Le salaire d’un consultant green IT peut être très variable, tant le métier est lui aussi très différent d’une entreprise à une autre et d’un secteur d’activité à un autre. En tant que débutant, un consultant green IT gagne entre 2.600 et 3.500 euros brut par mois. Après quelques années d’expérience, sa rémunération peut se situer entre 3.000 et 4.000 euros brut. En tant que consultant senior, son salaire pourra atteindre les 4.500 euros brut par mois.

Les perspectives d’évolution d’un consultant green IT

Un consultant green IT peut évoluer vers un poste de directeur du développement durable, de directeur de la stratégie de développement durable, ou encore directeur des systèmes d’information. À terme, il peut également décider de créer sa propre société de conseil.

Entreprises qui emploient des consultants green IT

  • ESN     
  • collectivités territoriales  
  • entreprises publiques ou privées    
  • administration    
  • cabinet de conseil

Trois questions à Hélène Levrault, directrice générale de Verdikt

Interview avec Hélène Levrault, directrice générale de Verdikt et ancienne élève d'EPITA. © DR

Futura : À l’ère du big data et de l’hyperconnectivité, comment peut-on concilier numérisation des données et écoresponsabilité au sein d’une même entreprise ?

Hélène Levrault : Tout commence par la prise de conscience. Il y a quelques années, aucun directeur informatique ne se souciait de l’impact écologique de son numérique. Grâce à plusieurs études et une nouvelle réglementation, cet impact est désormais connu de tous. Les critères pour lancer de nouveaux projets ne sont plus seulement d’ordre financier mais également écologique. Il est important de comprendre que le green IT ou numérique responsable n’a pas vocation à abolir les nouvelles technologies mais plutôt à faire des choix raisonnés, en prenant en compte les impacts négatifs induits et en prônant une approche de sobriété. A-t-on réellement besoin de stocker indéfiniment des téraoctets de données, ne peut-on pas concevoir telle application différemment pour qu’elle consomme moins d’énergie ? C’est à ce type de questions que doivent désormais faire face tous les métiers du numérique : développeurs, architectes, directeurs.

Futura : Les formations en green IT n’existent pas encore vraiment en tant que telles. En quoi la formation suivie à EPITA vous a-t-elle aidée dans votre parcours professionnel ?

Hélène Levrault : La formation des nouvelles générations est fondamentale sur ces sujets. La proposition de loi qui vient d’être adoptée à l’Assemblée nationale rend désormais obligatoire la formation des ingénieurs en informatique à l’écoconception des services numériques. Ma formation à l’EPITA m’a permis à la fois de maîtriser la complexité technologique puis de prendre du recul et comprendre l’impact de ces nouvelles technologies en entreprise. L’intensité et la multiplicité des projets à l’EPITA nous forment à la rigueur, à gérer des projets, à apprendre et à savoir s’adapter. Dans un secteur comme le numérique en constante évolution, ces compétences sont des clés.

Futura : Dans le cadre de son Plan de relance, l’État a engagé plusieurs milliards d’euros pour la transition numérique du pays, et notamment 300 millions d’euros pour encourager la green tech. Quel va être le rôle du consultant green IT dans cette démarche d’innovation responsable ?

Hélène Levrault : La transition écologique ne pourra se faire sans l’ensemble de l’écosystème. C’est un des principes directeurs du plan de relance : soutenir à la fois la transition des grandes entreprises devant repenser leurs produits et services de façon responsable et la création de start-up, véritable source d’innovation externe pour accélérer cette transition. Les consultants en green IT vont avoir la lourde tâche d’accompagner les directeurs informatiques dans cette transition vers un numérique responsable : évaluer l’impact écologique du numérique, définir une stratégie ambitieuse, éco-concevoir les futures applications, maîtriser le volume de données, rationaliser les infrastructures, former les collaborateurs, … et pour cela identifier les solutions innovantes de start-up green-tech permettant de prendre un coup d’avance !

Article écrit en collaboration avec Ionis Group.

Par Hélène Levrault, directrice générale de Verdikt :
Le green IT ou numérique responsable c’est penser le numérique au XXIe siècle. Les industries doivent amorcer une profonde transformation pour répondre aux enjeux de développement durable et respecter les accords de Paris. Cela vaut aussi pour le numérique qui pollue aujourd’hui plus que l’aviation civile ! 
Les nouvelles technologies peuvent apporter des solutions incroyables pour lutter contre le réchauffement climatique, réduire les inégalités, soutenir l’économie circulaire… mais ne sont pas sans effets collatéraux (épuisement des ressources rares, problèmes éthiques avec l’intelligence artificielle, travail des enfants…).
Le rôle des consultants ou des start-up greentech comme Verdikt est d’évaluer ces impacts positifs comme négatifs et permettre aux entreprises de prendre les bonnes décisions pour réconcilier numérique et écologie.