Sciences

Rechercher la vie sur Mars, c'est possible (1)

ActualitéClassé sous :Univers , recherche de vie sur Mars , Eau

La recherche d'une vie sur Mars va principalement être guidée par les conditions qui ont conduit à l'apparition de la vie terrestre, conditions qui vont servir de référence. Sur Terre, le passage de la matière à la vie se fit dans l'eau, il y a environ 4 milliards d'années, avec des systèmes moléculaires capables d'auto-reproduction et d'évolution.

Les missions futures sur Mars viseront des zones riches en argile. C'est là que les scientifiques ont le plus de chance de trouver des reliques d'une ancienne vie martienne

Cette recherche s'appuie donc sur ce que nous savons de nos origines. Si l'on se fie à ce que l'on connaît de la vie terrestre, son apparition a nécessité la présence conjuguée de quatre facteurs. Il faut de l'énergie, généralement sous forme de rayonnement solaire, du carbone, habituellement sous forme de CO, de l'eau à l'état liquide, qui est à la base de la vie, enfin un certain nombre d'éléments chimiques, principalement de l'azote, du phosphore et du soufre. Notez que dans le Système Solaire, trois de ces conditions sont la plupart du temps réunies. A l'exception de la Terre, dans la plupart des cas, c'est l'eau qui manque à l'appel.

L'eau liquide

Aujourd'hui, on peut dire que de l'eau sous forme liquide a bien coulé sur la surface de Mars, il y a très longtemps. La présence permanente d'eau suppose une température plus clémente qu'aujourd'hui, température atteinte probablement grâce à l'existence d'une atmosphère dense générant un effet de serre important.

Il ne fait plus guère de doute que la planète Mars a très tôt dans son histoire rassemblé les 4 conditions favorables à la vie. Elles existaient vraisemblablement sur Mars il y a 4 milliards d'années à une époque où sur Terre tout se mettait en place pour que la vie apparaisse dans une formidable marche en avant.

Mais cela était-t-il suffisant pour soutenir une activité biologique ? Bien difficile de répondre à cette question d'autant plus que l'on ne connaît pas les conditions qui régnaient sur Terre lorsque la vie est apparue. Tous les indices de la vie primitive terrestre au-delà de 3,5 - 3,8 milliards d'années ont été effacés par la tectonique des plaques et les convulsions multiples de la croûte terrestre.

Les images de Mars montrent que la planète a connu une importante activité volcanique, indiquant des épisodes de tectonique extensive considérables. Ces mouvements tectoniques pourraient correspondre à une phase précurseur d'une tectonique des plaques qui ne s'est pas développée par la suite en raison du refroidissement planétaire plus rapide que sur Terre. De fait, la tectonique des plaques a très certainement été avortée ce qui fait dire que la surface de Mars garde encore les stigmates des premiers millions d'années de sa formation.

L'eau existe sur Mars, essentiellement sous forme glacée. Mais cela n'a pas toujours été le cas. Comme le montrent les images de Mars, les lits de rivières et autres grands réservoirs témoignent de l'écoulement de liquide. Mais ces épisodes n'ont pas été suffisamment entretenus et duré longtemps pour donner la chance à la vie d'apparaître et de perdurer. Autres indices forts, la découverte de minerais hydratés qui ont besoin de grandes quantités d'eau liquide et durablement pour se former. On pense aux argiles de type phyllosilicates découverts dans les terrains les plus anciens du Noachian / Phyllosian, mais également de sulfates qui eux se sont formés pendant le Teiikian.

Terrains argileux contre terrains sulfateux

Si plusieurs stratégies sont possibles pour recherches des traces de vie sur Mars, la détection de molécules organiques dans les terrains argileux les plus anciens du Phyllosian, comme le suggère OMEGA, apparaît très pertinente. Ces terrains sont facilement accessibles et autorisent une activité robotique sans contrainte particulière. Et si la vie est apparue sur la Planète rouge, c'est plutôt dans les terrains argileux que nous devons en rechercher les traces que dans les terrains sulfateux.

Mais les terrains sulfateux ne doivent pas pour autant être négligés. Une équipe de scientifiques suggère que ce type de minéral puisse être la cible d'une recherche d'acides aminés, considérés comme les briques du vivant. D'autant plus qu'il apparaît que ces roches sont capables de préserver ces éléments pendant environ 1 milliard d'années, comme cela a été observé sur Terre.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi