Une récente analyse de la météorite du lac Tagish indique que les plus anciens matériaux à l'origine du Système solaire auraient pu permettre l'émergence de la vie.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] La plus forte explosion de météorite sur la Lune Le 17 mars 2013, une météorite s’écrasait sur la Lune et laissait un flash lumineux intense visible depuis la Terre. Cette vidéo, en anglais, tente de comprendre les origines et les implications de tels phénomènes sur notre satellite.

Dans une nouvelle étude, une équipe internationale de chercheurs dirigée par le Musée royal de l'Ontario voyage au cœur des atomesatomes et de l'histoire du Système solaireSystème solaire. Grâce à la tomographie par sonde atomique, une technique de microscopie analytique tridimensionnelle de haute résolutionrésolution, ils ont été en mesure d'analyser atome par atome la composition de la météoritemétéorite du lac Tagish, tombée le 18 janvier 2000 en Colombie-Britannique, au Canada.

Fragment de la météorite du lac Tagish. © Michael Holly, Creative Services, University of Alberta
Fragment de la météorite du lac Tagish. © Michael Holly, Creative Services, University of Alberta

Soupe moléculaire

Depuis sa rencontre avec la TerreTerre il y a 20 ans, la météorite du lac Tagish attire continuellement l'attention des scientifiques. Reliquat d'une époque primitive, elle contient ce qui pourrait être les composants du nuagenuage de poussière à l'origine de notre Système solaire. Au cœur de sa structure, l'équipe du Dr. Lee White a fait une découverte fortuite et particulièrement encourageante : des précipités d'eau dans lesquels les framboïdes de la météorite auraient pu se former. « Nous savons que l'eau était abondante dans notre Système solaire, explique White, mais il existe très peu de preuves tangibles de la composition ou de l'acidité de ces liquidesliquides, bien qu'ils eussent été primordiaux dans la formation et l'évolution d'acides aminésacides aminés, et, à terme de la vie microbienne ». Grâce à cette nouvelle étude, les chercheurs détiennent enfin la preuve de l'existence de ces fluides riches en sodiumsodium, suggérant que les plus anciennes soupes moléculaires du Système solaire auraient pu voir naître la vie.

« Les acides aminés sont des blocs essentiels de la vie sur Terre ; pourtant, nous avons encore tant à apprendre sur leur formation dans notre Système solaire », complète Beth Kymer, coautrice. En obtenant plus de variables, telles que le pH ou la composition des éléments formant la météorite du lac Tagish, explique-t-elle, il est alors possible de se rapprocher d'une explication quant à la façon dont ces molécules ont pu évoluer et basculer de la chimiechimie vers la vie organique, jusqu'à donner les créatures complexes qui arpentent la Terre aujourd'hui.

Framboïdes observés sur la météorite du lac Tagish. © Chi Ma
Framboïdes observés sur la météorite du lac Tagish. © Chi Ma

Au cœur de la matière

La tomographietomographie par sonde atomique offre aux scientifiques un regardregard sans précédent sur la matièrematière, plongeant jusque dans les plus fins détails de son architecture. « [Elle] nous donne l'opportunité de réaliser de fantastiques découvertes sur des morceaux de matériaumatériau plusieurs milliers de fois plus fins qu'un cheveu humain », s'enthousiasme White. Grâce à ces outils, les chercheurs espèrent développer de nouveaux protocoles d'analyse des matériaux rapportés par des sondes, comme dans le cas de la mission Osiris-Rex de la NasaNasa, ou pour un futur voyage sur la LuneLune ou sur Mars. « Les missions spatiales ne peuvent ramener que de minuscules échantillons, poursuit-elle, ce qui rend ces techniques d'autant plus importantes dans leur capacité à nous en apprendre plus sur le Système solaire, tout en préservant ces matériaux pour les générations futures ».


La météorite du lac Tagish nous éclaire sur l'apparition de la vie !

Publié par Laurent SaccoLaurent Sacco, le 5 juin 2009

Tombée sur un lac canadien gelé, cette météorite, une chondritechondrite carbonée, voit sa célébrité grandir au point de faire de l'ombre à sa cousine, la fameuse météorite d'Allende. En plus de faire partie des plus anciennes météorites connues, elle est, d'après les chercheurs de l'université de l'Alberta, quatre fois plus riche en acide formique que toutes les météorites recensées jusque-là. Cette découverte pourrait nous renseigner sur l'apparition des premières membranes cellulairesmembranes cellulaires sur Terre.

Le 18 janvier 2000 un objet dont la taille initiale devait être d'environ 5 mètres et qui devait peser 200 tonnes est entré dans l'atmosphèreatmosphère de la Terre au-dessus du Canada. L'événement n'est pas passé inaperçu. La météorite a été détectée par des satellites américains du Département de la Défense et une boule de feufeu exceptionnellement longue et brillante a été observée par plusieurs témoins. Une série de photos montre la traînée poussiéreuse laissée par l'entrée de la météorite dans l'atmosphère. La météorite elle-même a explosé en fragments avec une puissance de quelques kilotonnes (en équivalent de TNTTNT).

Dans les jours qui suivirent, plus précisément les 25 et 26 janvier 2000, quelques fragments ont été retrouvés par un particulier, ce qui a permis aux chercheurs de réaliser l'importance de cet événement. Il s'agissait visiblement d'une météorite pierreuse faisant partie des chondrites carbonées, donc d'une cousine de la météorite d'Allende qui a été qualifiée de Pierre de RosetteRosette de la planétologie tant fut déterminant son apport à la compréhension de la naissance du système solaire il y a 4,56 milliards d'années.

Cliquer pour agrandir. 17 des quelques centaines de fragments retrouvés par les chercheurs dans les glaces du lac Tagish. Les plus grands ont une taille de 2 cm environ. Crédit : R.K. Herd, <em>Geological Survey of Canada, Natural Resources Canada</em>
Cliquer pour agrandir. 17 des quelques centaines de fragments retrouvés par les chercheurs dans les glaces du lac Tagish. Les plus grands ont une taille de 2 cm environ. Crédit : R.K. Herd, Geological Survey of Canada, Natural Resources Canada

Plusieurs expéditions scientifiques ont été montées pour retrouver le plus de fragments possible en hiverhiver et au printemps de cette année. Elles ont conduit à retrouver une dizaine de kilogrammeskilogrammes à l'ouest du Canada, essentiellement dans les glaces d'une portion du lac Tagish nommée le Taku Arm, juste au sud de la frontière de la Colombie Britannique et du Yukon.

La météorite du lac Tagish, comme on l'appelle maintenant, s'est révélée être une trouvaille spectaculaire. Selon les mots de Chris Herd, professeur au département des sciences de la Terre et de l'atmosphère de l'Université de l'Alberta, elle pourrait bien être « la roche la plus importante qui ait jamais été trouvée sur Terre ! ».

Chris Herd, qui fait partie de ceux qui l'ont analysée, vient de faire une découverte surprenante. On savait déjà qu'elle contient de l'olivineolivine, des chondreschondres, des inclusions riches en calciumcalcium et aluminiumaluminium, de la magnétitemagnétite et des composés carbonés. On savait également qu'elle ne fait pas partie des chondrites carbonées habituelles mais qu'elle constitue à elle seule une nouvelle sous-classe témoignant d'une origine plus primitive encore que les plus anciennes connues précédemment. On l'appelle désormais la classe C2 des chondrites.

Zoom sur un fragment de la météorite du lac Tagish. Les côtés du cube à gauche mesurent 1 cm. Crédit : <em>Nasa-Planetary Science Research Discoveries</em>
Zoom sur un fragment de la météorite du lac Tagish. Les côtés du cube à gauche mesurent 1 cm. Crédit : Nasa-Planetary Science Research Discoveries

Venu d'une région lointaine de la ceinture d'astéroïdes

Remarquablement, les observations effectuées par les satellites américains ont permis de reconstituer la trajectoire probable de l'objet entré en collision avec la Terre ce 18 janvier 2000. Il proviendrait d'un des rares astéroïdesastéroïdes de type D dans la portion externe de la ceinture d'astéroïdesceinture d'astéroïdes, de ceux qui n'ont jamais subi de processus de différentiationdifférentiation et n'ont donc jamais été modifiés par la chaleurchaleur depuis la formation du système solaire. Comme pour la météorite de Chicxulub, les mécaniciens célestes sont parvenus à trouver un corps parent potentiel, 773 Irmintraud.

Sur ce schéma montrant la ceinture d'astéroïdes (les nuages de points) et les orbites des planètes de Mercure à Jupiter, on a représenté l'orbite elliptique probable de l'objet à l'origine de la météorite du lac Tagish. Crédit : <em>Planetary Science Research Discoveries</em>
Sur ce schéma montrant la ceinture d'astéroïdes (les nuages de points) et les orbites des planètes de Mercure à Jupiter, on a représenté l'orbite elliptique probable de l'objet à l'origine de la météorite du lac Tagish. Crédit : Planetary Science Research Discoveries

Chris Herd et ses collègues ont découvert que la météorite du lac Tagish contient un taux record d'acide formique, près de quatre fois plus que les autres météorites connues à ce jour. Ce composé organique nous est familier. En effet, même si les chimistes l'appellent plus précisément l'acide méthanoïque, il se trouve dans les dards et les piqûres de nombreux insectesinsectes comme les abeilles et, bien sûr, les fourmisfourmis.

Or, l'acide formique apporté en grandes quantités sur la Terre primitive par le bombardement des météorites pourrait être, selon Herd, un ingrédient important dans les processus de synthèse prébiotiquesprébiotiques à l'origine des acides grasacides gras composant les membranes des cellules vivantes.

De manière générale, il s'agit d'un indice de plus en faveur d'un apport de larges quantités d'acides carboxyliquesacides carboxyliques précurseurs des composants des premières membranes cellulaires de la vie terrestre.