Les premières images et spectres du télescope spatial James-Webb seront révélées au monde entier ce mardi 12 juillet. Le monde aura une nouvelle perspective de l’Univers. Parmi les images qui seront dévoilées, l’une d’elles revisitera l’un des plus célèbres et importants clichés du vétéran Hubble. Un évènement à ne pas manquer sur Futura mardi prochain.


au sommaire


    Encore 12 jours à attendre. Le 12 juillet, la Nasa, l'ESAESA et l'ASC (agence spatiale canadienne) rendront publiques les premières images de l'observatoire spatial James-Webb ainsi que les premières données spectroscopiques.

    Voir aussi

    James-Webb : on connait les cibles de ses premières images dévoilées le 12 juillet !

    Le patron de la Nasa, Bill Nelson, a souligné hier lors d'une conférence de presse que l'une des images qui sera dévoilée est l'image la plus profonde de notre UniversUnivers qui n'ait jamais été acquise. « C'est plus loin que ce que l'humanité n'a jamais regardé auparavant » a-t-il déclaré et qualifiant le télescopetélescope de « rien de moins qu'un véritable exploit scientifique ». Cette image surpassera donc celle du champ ultra profond d'HubbleHubble, devenue iconique.

    Des images pour changer la vision de l'astronomie

    Les photos qui seront rendues publiques ont donc été sélectionnées. La Nasa a déclaré qu'elles ont été choisies sur des considérations scientifiques, leur capacité à démontrer l'étendue des capacités du télescope et aussi pour leur intérêt artistique et leur beauté attendue très colorée. Chacune des images révélera « différents aspects de l'univers infrarougeinfrarouge dans des détails et une sensibilité sans précédent », ont déclaré les scientifiques du James-Webb.

    NGC 2014 et son voisin NGC 2020, qui forment une vaste région de formation d'étoiles, sont les deux objets choisis pour les 30 ans d'Hubble. © Nasa, ESA, et STScI
    NGC 2014 et son voisin NGC 2020, qui forment une vaste région de formation d'étoiles, sont les deux objets choisis pour les 30 ans d'Hubble. © Nasa, ESA, et STScI

    En plus de la vue infrarouge la plus profonde du cosmoscosmos à ce jour, les images montreront également comment les galaxiesgalaxies interagissent et se développent. Elles pourraient également montrer des étoilesétoiles mourantes ensemençant la galaxie de nouveaux éléments et de nouvelles poussières qui pourraient un jour faire partie de nouveaux systèmes planétaires. James-Webb revisitera-t-il la célèbre nébuleusenébuleuse de l'Aigle (M 16) et ses iconiques Piliers de la création ? On se doute bien que la Nasa n'a pas « teasé » toutes les images qui seront rendues publiques...

    Concernant les données spectroscopiques, parmi les spectres acquis, figure celui de l'atmosphèreatmosphère d'une exoplanèteexoplanète qui pourrait nous aider à recenser quelles moléculesmolécules existent dans son atmosphère et si l'exoplanète observée pourrait potentiellement être habitable, à ne pas confondre avec « être habitée ».

    Créé en 2003-2004, le champ ultra profond d'Hubble (Hudf) est devenu l'une des images les plus impressionnantes et célèbres d'Hubble. Cette longue exposition d'une minuscule portion du ciel a permis aux astronomes de comprendre l'ampleur, la structure et le développement de l'Univers de manière plus complète et précise que jamais. Cette image comprend différentes galaxies de l'histoire de l'Univers. Certaines d'entre elles existaient alors que l'Univers n'avait environ que 5 % de son âge actuel. © Nasa ; ESA ; G. Illingworth, D. Magee, and P. Oesch, <em>University of California</em>, Santa Cruz ; R. Bouwens, <em>Leiden University ; and the HUDF09 Team</em>
    Créé en 2003-2004, le champ ultra profond d'Hubble (Hudf) est devenu l'une des images les plus impressionnantes et célèbres d'Hubble. Cette longue exposition d'une minuscule portion du ciel a permis aux astronomes de comprendre l'ampleur, la structure et le développement de l'Univers de manière plus complète et précise que jamais. Cette image comprend différentes galaxies de l'histoire de l'Univers. Certaines d'entre elles existaient alors que l'Univers n'avait environ que 5 % de son âge actuel. © Nasa ; ESA ; G. Illingworth, D. Magee, and P. Oesch, University of California, Santa Cruz ; R. Bouwens, Leiden University ; and the HUDF09 Team

    En conclusion de cette conférence de presse, tous sont convaincus que James-Webb devrait bien révolutionner l'astronomie et répondre à une multitude de questions comme « d'où venons-nous ? », « qui sommes-nous ? » et « qu'y a-t-il de plus ? » 

    Autre bonne nouvelle : on savait que, grâce à Ariane 5Ariane 5, James-Webb fonctionnera plus longtemps que prévu, 10 ans contre 5 ans initialement prévu. Finalement, des calculs plus fins ont montré qu'il y avait suffisamment de carburant pour qu'il fonctionne au moins 20 ans.


    Save the date ! Les premières « vraies » images de James-Webb bientôt dévoilées

    Article de Rémy DecourtRémy Decourt publié le 05/06/2022

    L'humanité s'apprête à s'émerveiller devant le prochain spectacle qu'offrira le télescope James-Webb, c'est en substance ce que les experts de l'astronomie prévoient unanimement. Le plus grand observatoire spatial jamais construit fournira ses premières images bientôt. Nul doute qu'elles seront accompagnées émotionnellement d'un intense « Waouh ».

    La Nasa annonce que les premières images et données spectroscopiques du télescope spatial James-Webb seront rendues publiques le 12 juillet. Sans surprise, on s'attend à ce que ses premières images soient spectaculaires. Mais surtout, elles devront surpasser, au niveau technique, scientifique et artistique, les plus belles images d'Hubble qui nous émerveillent depuis plus de 30 ans.

    Voir aussi

    James-Webb dévoile une image détaillée qui surpasse ses prédécesseurs

    En tant qu'observatoire spatial le plus grand, le plus complexe et le plus cher jamais lancé dans l'espace, James-Webb a traversé une période de préparation de six mois avant de pouvoir débuter ses opérations scientifiques, en étalonnant ses quatre instruments à son environnement spatial et en alignant ses miroirs. Ce processus minutieux a abouti aux premières images et premières données, démontrant la puissance du télescope et son miroir de 6,5 mètres a dévoilé l'univers infrarouge.

    La « publication des premières images en couleurcouleur de Webb offrira un moment unique, pour nous tous, de nous arrêter et de nous émerveiller devant une vue que l'humanité n'a jamais vue auparavant », a déclaré Eric Smith, scientifique du programme Webb. Et d'ajouter ces images « seront l'aboutissement de décennies de dévouement, de talent et de rêves -- mais elles ne seront aussi que le début ». En terme de teasing, on ne peut pas faire mieux !

    La nébuleuse de l'Aigle (M 16) ou les Piliers de la création. Cette image acquise par le télescope Hubble en 1995 est devenue une icône de la pop culture. Le télescope l'observera une nouvelle fois en 2014. Il est vraisemblable que cette région de formation d'étoiles, située dans la constellation du Serpent sera une cible de choix pour James-Webb. © Hubble Science Team, Nasa, ESA 
    La nébuleuse de l'Aigle (M 16) ou les Piliers de la création. Cette image acquise par le télescope Hubble en 1995 est devenue une icône de la pop culture. Le télescope l'observera une nouvelle fois en 2014. Il est vraisemblable que cette région de formation d'étoiles, située dans la constellation du Serpent sera une cible de choix pour James-Webb. © Hubble Science Team, Nasa, ESA 

    Un « wow » attendu

    Plus sérieusement, et comme le souligne la Nasa, cela « fait cinq ans que l'équipe scientifique du JWST travaille et réfléchit à ce que seront les premières cibles de cet observatoire », dont les coûts astronomiques avoisinent les 10 milliards de dollars. À ce prix-là, les citoyens américains, canadiens et européens qui l'ont financé s'attendent à des données qui « révolutionneront » l'observation du ciel dans l'infrarouge.

    Voir aussi

    La Nasa dévoile la première image nette d'une étoile par le télescope spatial Webb, et plus encore !

    Si l'on s'attend à ce que ces premières images soient d'un très grand intérêt artistique, elles devront également ravir les astronomesastronomes professionnels et mettre en avant les formidables performances technologiques des instruments à bord du satellite. Elles devront également donner un aperçu de ce qui attend les utilisateurs des données de James-Webb. Dès que l'observatoire sera opérationnel et ses instruments correctement étalonnés, le télescope James-Webb observera une à une, une liste des cibles qui ont été présélectionnées et classées par ordre de priorité par un comité international.