L'alignement des miroirs du télescope spatial James-Webb est quasiment terminé. Le miroir unique ainsi formé a livré l'image la plus résolue jamais prise dans le domaine de l'infrarouge depuis l'espace et elle montre une étoile et déjà quelques galaxies.

La noosphère vient de se doter pleinement d'un nouvel œilœil en orbite dans l'espace puisque la NasaNasa vient de faire savoir ce 16 mars 2022 qu'elle avait terminé le 11 mars une première étape de réglage fin des miroirsmiroirs hexagonaux du télescope spatial James-Webb (JWST). Ils se comportent maintenant comme un seul miroir capable de former une seule image nette.

Cette image en fausse couleur de l'étoile, appelée 2MASS J17554042+6551277, utilise un filtre rouge pour optimiser le contraste visuel. C'est la première image unique d'une étoile obtenue avec le télescope spatial James-Webb. On voit d'autres étoiles et aussi des galaxies en arrière-plan. © Nasa, STScI
Cette image en fausse couleur de l'étoile, appelée 2MASS J17554042+6551277, utilise un filtre rouge pour optimiser le contraste visuel. C'est la première image unique d'une étoile obtenue avec le télescope spatial James-Webb. On voit d'autres étoiles et aussi des galaxies en arrière-plan. © Nasa, STScI

C'est la caméra dans le proche infrarougeinfrarouge NIRCam, l'imageur principal du JWST dans le domaine de l'infrarouge proche (entre 0,6 et 5 micronsmicrons), qui a livré grâce à l'unique miroir désormais disponible une première image, la plus résolue obtenue dans l'espace pour ce domaine de longueur d'ondelongueur d'onde, et elle montre en premier lieu l'étoileétoile 2MASS J17554042+6551277.

Comme son nom l'indique, elle fait clairement partie du catalogue dressé par la campagne d'observations 2MASS, pour Two Micron All-Sky Survey (littéralement « relevé de tout le ciel à deux micromètres ») réalisée entre 1997 et 2001 à l'aide de deux télescopes automatisés de 1,3 mètre de diamètre spécialement construits à cet effet, l'un situé dans l'hémisphère nordhémisphère nord (observatoire Fred Lawrence Whipple, Arizona), l'autre dans l'hémisphère sudhémisphère sud (observatoire interaméricain du Cerro Tololo, Chili).

 

 

C'est de bon augure car la caméra NIRCam sera employée pour observer les premières phases de la formation stellaire et galactique quelques centaines de millions d'années après le Big BangBig Bang, étudier la matière noirematière noire via des effets de lentilles gravitationnelleslentilles gravitationnelles et enfin jeter un nouveau regard sur les disques protoplanétairesdisques protoplanétaires et les exoplanètes.

 

Ce jeudi 17 mars, à 20 h, ne manquez pas le live Futura : « JWST, le plus grand œil infrarouge du monde part à la découverte de l'Univers ». © Futura, YouTube

Dans les six semaines à venir les dernières étapes du réglage complet des 18 segments du miroir hexagonaux en bérylliumbéryllium du JWST devraient être accomplies. Tous les instruments équipant le télescope spatial devraient alors être opérationnels. Mais il faudra attendre l'été 2022 pour avoir vraiment des images et des données scientifiques.


Des explications concernant l'obtention de la première image d'une étoile par le télescope James-Webb. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l'écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © James Webb Space Telescope (JWST), Nasa's Goddard Space Flight Center

 

 


 

La première cible du télescope spatial James-Webb se situe dans la Grande Ourse. Une étoile baptisée HD 84406, invisible à l’œil nu. Selfie du miroir primaire du télescope spatial Webb. © Nasa
La première cible du télescope spatial James-Webb se situe dans la Grande Ourse. Une étoile baptisée HD 84406, invisible à l’œil nu. Selfie du miroir primaire du télescope spatial Webb. © Nasa

Le télescope spatial Webb livre ses premières images d'une étoile de la Grande Ourse

Article de Laurent SaccoLaurent Sacco publié le 14/02/2022

Le télescope spatial James-Webbtélescope spatial James-Webb (Nasa) est arrivé à destination, au point dit de Lagrange  dit L2, le 24 janvier dernier. Il commence à livrer des images de sa première cible, HD 84406, une étoile de type G et donc similaire au Soleil, située à environ 258 années-lumièreannées-lumière dans la constellation de la Grande Ourseconstellation de la Grande Ourse.

On attend du télescope spatial James-Webb qu'il permette notamment d'analyser l'atmosphèreatmosphère d'exoterres en orbite autour d'étoiles de type solaire en espérant y trouver des biosignatures témoignant de l'existence d'une vie similaire à celle que l'on connait sur Terre. On ne peut donc qu'être enthousiaste en constatant que l'une des étapes prévues pour la mise en service de l'instrument se déroule parfaitement, à savoir l'obtention d'images de l'étoile HD 84406 située à environ 258 années-lumière du Système solaireSystème solaire seulement.

La Nasa vient de rendre publiques ces images qui se présentent sous la forme de 18 points lumineux, comme on peut le voir sur la photo ci-dessous. Ils résultent de l'accumulation des photons, des grains de lumière, effectuée par l'instrument Near Infrared Camera (NIRCam) pendant un total d'environ 25 heures d'observation qui ont commencé le 2 février 2022.

Cette mosaïque d'images a été créée en pointant le télescope vers une étoile brillante et isolée de la constellation de la Grande Ourse connue sous le nom de HD 84406. Cette étoile a été choisie spécifiquement parce qu'elle est facilement identifiable et son environnement sur la voûte céleste non encombré par d'autres étoiles de luminosité similaire, ce qui aide à réduire le bruit de fond. Les résultats correspondent étroitement aux attentes et aux simulations. © Nasa
Cette mosaïque d'images a été créée en pointant le télescope vers une étoile brillante et isolée de la constellation de la Grande Ourse connue sous le nom de HD 84406. Cette étoile a été choisie spécifiquement parce qu'elle est facilement identifiable et son environnement sur la voûte céleste non encombré par d'autres étoiles de luminosité similaire, ce qui aide à réduire le bruit de fond. Les résultats correspondent étroitement aux attentes et aux simulations. © Nasa

On observe 18 images de l'étoile située dans la constellation de la Grande Ourse car les 18 éléments hexagonaux du miroir primaire du télescope ne sont pas encore finement assemblés et réglés pour produire une seule et unique image bien focalisée. C'est d'ailleurs tout l'intérêt de l'opération, la mise au point en quelque sorte de l'instrument pour pouvoir faire des observations scientifiques ultérieurement. Le refroidissement de chacun de ces éléments pour descendre en dessous de 50 kelvinskelvins est de plus toujours en cours. Les astronomesastronomes et ingénieurs s'occupant de la mise en fonction complète du James-Webb devraient avoir besoin d'environ encore un mois avant de terminer les réglages qui permettront de ne plus avoir qu'une seule image de haute qualité de HD 84406.

« Toute l'équipe Webb est ravie de la qualité des premières étapes de prises d'images et d'alignement du télescope. Nous étions si heureux de voir que la lumière pénètre dans NIRCam », a déclaré Marcia Rieke, chercheuse principale de l'instrument NIRCam et professeure d'astronomie à l'Université de l'Arizona.


Lee Feinberg, responsable des éléments du télescope optique Webb au Goddard Space Flight Center de la Nasa, explique les premières étapes du processus d'orientation des miroirs hexagonaux. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l'écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © James Webb Space Telescope (JWST)

 

 


Le télescope spatial Webb ouvrira son œil de géant sur cette étoile de la Grande Ourse

Article de Nathalie MayerNathalie Mayer publié le 05/02/2022

Le télescope spatial James Webb (Nasa) est arrivé à destination, au point dit de Lagrange 2, le 24 janvier dernier. Et il est désormais presque prêt à se tourner vers sa toute première cible. Une étoile située dans la constellation de la Grande Ourse.

Cette fois ça y est. Les quatre instruments principaux du télescope spatial James Webb (JWST, Nasa) sont en train d'être mis sous tension. Et le télescope sera bientôt prêt à se tourner vers sa toute première cible : une étoile baptisée HD 84406. Une étoile de la Grande Ourse, semblable à notre Soleil et située à quelque 260 années-lumière de la Terre. Avec sa magnitudemagnitude d'environ 6,7, elle n'est pas visible à l'œil nu.

Les images de cette étoile seront prises par la caméra infrarouge proche du JWST (NIRCam). Elles ne serviront pas directement à des fins scientifiques. Mais l'étoile constitue une cible idéale pour aider les ingénieurs à aligner les 18 segments dorés du miroir principal de plus de 6 mètres de large du télescope spatial James Webb. Leur objectif : réussir à former une image nette à partir des 18 images floues que chaque segment devrait d'abord renvoyer.

Encore beaucoup de réglages à faire

Ces ajustements devraient se poursuivre jusqu'à la fin du mois d'avril. Et ils sont jugés comme cruciaux. Si la NIRCam devait échouer dans cette mission, les ingénieurs perdraient toute chance d'aligner le miroir du JWST.

Des dires des scientifiques de la Nasa, HD 84406 apparait comme « une cible parfaite pour commencer notre recherche de photons ». En revanche, une fois que le JWST sera complètement opérationnel -- pas avant le mois de juin prochain, car il faudra notamment encore des semaines avant que ses instruments atteignent leur température de fonctionnement --, l'étoile de la Grande Ourse deviendra trop brillante pour être étudiée par le puissant instrument.