James-Webb dévoile une image détaillée qui surpasse ses prédécesseurs

Classé sous :James Webb Space Telescope , Espace , James Webb Telescope
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Lancement et déploiement du télescope spatial James Webb  Voici comment va se dérouler le lancement du télescope spatial Webb et son déploiement les heures et jours suivant durant son voyage jusqu'au point de Lagrange L2, à 1,5 million de km de la Terre. 

James-Webb, le plus grand et le plus sophistiqué des télescopes spatiaux que l'humanité ait jamais envoyé dans l'espace, est quasiment prêt. L'équipe, qui est sur les derniers réglages et ajustements de ce bijou de technologies, a assuré que les premières observations scientifiques vont bientôt commencer et qu'elles seront dévoilées « cet été », un peu plus de six mois après son lancement le jour de Noël 2021, conformément à ce qu'ils avaient prévu.

La même partie du ciel observée par deux télescopes spatiaux sensibles à l'infrarouge moyen : Spitzer et, en 2022, James-Webb via son instrument Miri (7,7 microns). © Nasa, JPL-Caltech (Spitzer) ; Nasa, ESA, CSA, STScI (JWST)

Pour nous faire patienter, l'animation ci-dessus nous montre l'étendue des capacités du JWST, très prometteuses, en comparaison avec la vision, beaucoup plus brouillée, de son illustre prédécesseur Spitzer« le premier télescope spatial à fournir des images haute résolution de l'univers dans le proche et le moyen infrarouge » (ESA), aujourd'hui à la retraite.

Il n'y a pas photo : le James-Webb surpasse largement la génération précédente, nous offrant des détails sans précédent -- dans les mêmes longueurs d'onde -- du même morceau de ciel, en l'occurrence au sein de la galaxie naine voisine du Grand Nuage de Magellan. De tâches grossières, les étoiles sont devenues ici des formes plus ponctuelles et nettes, et l'instrument Miri (lire l'article plus bas) dévoilant cette fois les filaments de gaz qui tissent la nébuleuse où sont forgés ces astres. Vivement cet été !

L'instrument Miri du télescope James-Webb est prêt à fonctionner. © Nasa, GSFC, CIL, Adriana Manrique Gutierrez
Pour en savoir plus

James-Webb : l’instrument Miri a atteint sa température idéale

Article de Léa Fournasson publié le 17 avril 2022

Lancé le 25 décembre 2021, le télescope spatial James-Webb a atteint sa destination finale un mois plus tard, le point de Lagrange L2, depuis le 24 janvier 2022. Depuis, il ne cesse d'effectuer des mises à jour afin de préparer ses futures recherches : calibrage de divers instruments comme NIRCam et NIRSpec, alignement des différents segments de son miroir principal, et aujourd'hui la mise en température de fonctionnement de Miri, son instrument à infrarouge moyen.

L'instrument MIRI vu en 3D. © Nasa, Goddard Space Flight Center Scientific Visualization Studio

Maintenant, c'est au tour de Miri, son instrument qui opérera dans l’infrarouge moyen, d'être en état de fonctionnement. Développé conjointement par la Nasa et l'ESA, il nécessite une température de seulement 7 K, soit l'équivalent de -266 °C ! Un refroidissement qui permet d'éliminer le bruit infrarouge ambiant, provenant des objets « chauds » et proches, et ne détecter ainsi que les astres lointains. La basse température permet aussi d'éliminer le courant d'obscurité, le courant électrique créé par la vibration des atomes dans les détecteurs eux-mêmes. Reste ensuite à prendre des images d'étoiles et d'autres objets connus qui peuvent être utilisés pour l'étalonnage afin de vérifier le bon fonctionnement de l'instrument.