Sciences

Étonnante image de NGC 3324, une nurserie d'étoiles

ActualitéClassé sous :Astronomie , NGC 3324 , formation d'étoiles

La caméra WFI (Wide Field Imager) du télescope MPG/ESO de 2,2 mètres à l'observatoire de La Silla au Chili vient de fournir une superbe image de la nébuleuse NGC 3324, un vaste nuage éclairé et sculpté par de vigoureuses jeunes étoiles.

Le télescope MPG/ESO de 2,2 mètres de diamètre est opérationnel à l'observatoire de La Silla depuis 1984. © ESO/H.H.Heyer

NGC 3324 est située dans la constellation australe de la Carène (la quille, une des parties du navire Argos de Jason) à environ 7.500 années-lumière de la Terre. Elle se trouve à la périphérie nord de l'environnement chaotique de la nébuleuse de la Carène, qui a été sculptée par de nombreuses autres poches de formation d’étoiles. Un riche dépôt de gaz et de poussière dans la région de NGC 3324 y a alimenté une importante vague de formation d'étoiles, il y a plusieurs millions d'années, conduisant à la naissance de plusieurs grosses et très chaudes étoiles proéminentes sur cette nouvelle image. Les vents stellaires et le rayonnement intense provenant de ces jeunes étoiles ont formé un creux dans la poussière et le gaz environnants. Ceci est particulièrement visible sous la forme du mur de matière que l'on voit au centre droit de cette image.

Le rayonnement ultraviolet des jeunes étoiles chaudes arrache les électrons des atomes d'hydrogène. Ces électrons sont ensuite recapturés. Ils descendent alors d'un niveau d'énergie à un autre, ce qui provoque cette couleur rouge caractéristique révélant l'étendue du gaz diffus local. Les autres couleurs proviennent d'autres éléments, comme le rayonnement caractéristique de l'oxygène doublement ionisé qui donne cette couleur vert-jaune à la partie centrale de l'image.

Le rayonnement ultraviolet intense provenant de plusieurs jeunes étoiles chaudes de NGC 3324 fait briller le nuage de gaz avec de riches couleurs et a creusé une cavité dans la poussière et le gaz environnant. © ESO

Jeux d'ombre et de lumière

Les observateurs de nébuleuses peuvent trouver des ressemblances entre ces nuages cosmiques et les nuages du ciel terrestre. NGC 3324 a également le surnom de nébuleuse Gabriela Mistral, d'après le nom de la poétesse chilienne, prix Nobel de littérature. Les contours du mur de gaz et la poussière sur la droite dessinent une forme ressemblant fortement à un visage humain de profil, avec la « bosse » au centre correspondant au nez. La puissance de la caméra WFI sur le télescope MGP/ESO de 2,2 mètres à l'observatoire de La Silla de l'ESO a également permis de révéler de nombreuses structures sombres dans NGC 3324. Les grains de poussière dans ces régions absorbent la lumière du gaz brillant en arrière-plan, créant des ombres, des formes en filigrane qui ajoutent une autre couche de structures évocatrices à cette riche vue.

La « vue perçante » du télescope spatial Hubble a également été éprouvée sur NGC 3324 par le passé. Hubble peut distinguer des détails plus fins que ne le peut la vue panoramique de la caméra WFI, mais seulement sur un bien plus petit champ. Ces deux instruments, quand ils sont utilisés en tandem, peuvent ainsi fournir à la fois des vues en gros plan et des vues à grand champ.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi