Sciences

Astrophotographie : le retour de Jupiter

ActualitéClassé sous :Astronomie , astrophotographie , Jupiter

Elle ne passera à l'opposition que dans deux mois, et pourtant les astronomes amateurs la suivent déjà avec attention. Portrait de Jupiter, la géante du Système solaire.

Le 26 juillet avant l'aube, Jupiter révélait la complexité de ses bandes nuageuses alors qu'un de ses satellites projetait son ombre sur le globe de la planète. © J. Blanchard

En seconde partie de nuit, la discrète constellation du Bélier semble affublée d'un astre particulièrement brillant. C'est là qu'a choisi de briller une grande partie de l'année la majestueuse planète Jupiter. Avec une magnitude de -2,7 elle ne risque pas de passer inaperçue et cela ne va faire qu'augmenter jusqu'à l'opposition prévue le 29 octobre. Ce soir-là Jupiter atteindra le diamètre apparent record de 49,6 secondes d'arc pour une magnitude de -2,9.

Cinquième planète du Système solaire en partant de notre étoile, Jupiter porte le nom du père des dieux dans la mythologie romaine. C'est la planète de la démesure : le volume qu'elle occupe pourrait accueillir 1.321 fois la Terre. À elle seule la masse de Jupiter est 2,5 fois plus importante que celle de toutes les autres planètes du Système solaire réunies.

Le 23 août dernier Jupiter, la Lune et Mars avaient rendez-vous dans le ciel du matin. © J.-B. Feldmann

Nuages et tempêtes

Vue de la Terre, Jupiter offre le fascinant spectacle de ses bandes nuageuses colorées, un spectacle que la sonde Voyager avait déjà filmé il y a plus de trente ans. En raison de sa rotation différentielle (l'atmosphère tourne 5 minutes plus vite à l'équateur qu'aux pôles), des vents violents déplacent des bancs de nuages à différentes latitudes dans une atmosphère qui se compose pour la majeure partie d'hydrogène (75 %) et d'hélium (24 %) avec un soupçon de méthane et d'ammoniac.

La régularité de ces bandes nuageuses est parfois interrompue par des cyclones dont le plus célèbre est surnommé la Grande Tache Rouge (GTR). Observée depuis le XVIIe siècle, la GTR pourrait contenir trois fois la Terre. C'est la formation météorologique la plus stable de ce type sur Jupiter où l'on observe d'autres cyclones plus petits dont la durée de vie n'excède pas quelques mois. Au début des années 2000, par exemple, une « petite tache rouge », alias Ovale BA, avait passionné planétologues et observateurs amateurs.

La Grande Tache Rouge se situe dans la bande équatoriale sud de Jupiter qui, après avoir disparu au printemps 2010, a peu à peu repris des couleurs sans pour autant rivaliser avec sa jumelle nord, comme on le remarque sur l'image ci-dessous. Cette photographie a été réalisée par Jordan Blanchard au mois de juillet dernier depuis les Antilles françaises à l'aide d'un appareil photo numérique et d'un télescope de 20 centimètres de diamètre.

À propos de Jordan Blanchard

Très actif sur notre forum d'astronomie, ce jeune astronome amateur de 23 ans est aussi à l'aise pour photographier les planètes comme Saturne dans un petit télescope que les étoiles de la Voie lactée. Si vous aussi vous souhaitez nous proposer une image astronomique destinée à illustrer cette rubrique, il vous suffit de suivre nos consignes.     

Cela vous intéressera aussi