Sciences

L'ATV-3 se prépare à rejoindre la Station spatiale internationale

ActualitéClassé sous :Astronautique , cargo spatial , ISS

Le troisième cargo spatial de l'Agence spatiale européenne doit décoller le 23 mars pour s'y amarrer cinq jours plus tard. Cet ATV-3, baptisé Edoardo Amaldi, transportera plus de 6,2 tonnes de fret pour les occupants de l'ISS.

Installation de la coiffe du lanceur autour de l'ATV-3 Edoardo Amaldi. Le lanceur, une Ariane 5ES, est transféré ce mercredi sur son pas de tir Ela-3 en vue d'un lancement le 23 mars, à 5 h 34. © Esa/Cnes/Arianespace/Photo Optique vidéo du CSG

Pour Arianespace, la première mission de l'année est à destination de la Station spatiale internationale avec le lancement d'un cargo spatial ATV (véhicule automatique de ravitaillement) de l'Agence spatiale européenne. Troisième exemplaire de la série qui en compte 5, cet ATV-3 a été baptisé Edoardo Amaldi du nom d'un physicien italien (1908 - 1989) qui s'est fait pour ses travaux en physique nucléaire.

Pour cette mission, Arianespace utilisera la version ES d'Ariane 5, spécifiquement conçue pour lancer l'ATV. Le tir est prévu vendredi 23 mars, à 5 h 34, heure de Métropole. Avec une performance demandée de 20.100 kg dont 19.714 kg représentent la masse de l'ATV à lancer, il s'agit de la charge utile la plus lourde jamais lancée par un lanceur d'Arianespace.

L'ATV-3 ira ravitailler l'ISS, emportant la plus lourde charge utile jamais lancée par Arianespace. © Nasa

L'ATV-3 ira ravitailler l'ISS, emportant la plus lourde charge utile jamais lancée par Arianespace. © Nasa 

L'ATV-3 pour ravitailler la Station

L'ATV-3 transporte des objets du quotidien (vivres, vêtements, articles de toilette, produits de consommation, matériel médical...), des pièces de rechange et de nouvelles expériences scientifiques. Cette cargaison sèche représente une masse totale de 2,2 tonnes. Il transporte également plus de 4 tonnes d'ergols et de gaz pour l'ISS (plus de 6 tonnes si l'on inclut le carburant dont l'ATV a besoin pour son trajet) répartis dans ses différents réservoirs. Le carburant est destiné notamment aux opérations de contrôle d'attitude et aux manœuvres comme celles nécessaires pour éviter des collisions. Enfin, il transportera également 285 kg d'eau potable et 100 kg d'oxygène.

Même après le succès des deux premières missions de l'ATV, on aurait tort de croire que le lancement de cet engin est devenu routinier. Comme le montre le report de son lancement, initialement prévu le 9 mars, la mission n'est pas à l'abri d'impondérables. Le 2 mars, à l'issue d'un contrôle de routine, l'Agence spatiale européenne a demandé des vérifications supplémentaires sur l'engin. Les tests qui ont été menés concernaient le contrôle de l'interface entre le lanceur et l'ATV, la qualité de l'air dans le module de fret (ICC) et la pression et l'étanchéité. Pour les réaliser, il a été nécessaire de retirer la coiffe du lanceur pour permettre l'accès à l'ATV. Une exigence de qualité qui certes occasionne délais et coûts supplémentaires mais garantit que tout est mis en œuvre pour s'assurer du succès de la mission.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi