Sciences

Le cargo européen ATV-3 Edoardo Amaldi est amarré à l'ISS

ActualitéClassé sous :Astronautique , cargo spatial , ISS

L'ATV Edoardo Amaldi, le cargo spatial de l'Europe, s'est amarré cette nuit à la Station spatiale internationale. Il y restera plusieurs mois avant d'être désorbité.

L'ATV-3 Edoardo Amaldi dans les dernières minutes avant l'amarrage, filmé depuis l'ISS et vu sur l'écran de contrôle. La vitesse relative des deux engins est alors de 7 cm/s, soit 250 m/h. Durant le dernier mètre, la procédure devient totalement automatique, entrant en mode « hands off », c'est-à-dire « sans les mains ». Il n'y a alors plus aucun moyen d'intervenir pour l'équipage ou les équipes de contrôle. © Cnes

Après avoir été envoyé en direction de la Station spatiale par un lanceur Ariane 5ES le 23 mars, l'ATV Edoardo Amaldi a fait plusieurs fois le tour de la Terre avant de la rattraper et de se positionner dans l'axe du port d'amarrage du module russe Zvezda à 39 kilomètres derrière et 5 kilomètres en dessous. C'est à partir de ce point que la phase finale d'approche a débuté.

L'ATV s'est amarré dans la nuit de mercredi à jeudi à 0 h 33, heure française, le film de l'événement - le « docking » dans le jargon astronautique - est diffusé par le Cnes. Cet amarrage, dirigé depuis le Centre de contrôle de l'ATV du Cnes à Toulouse (ATV-CC), a eu lieu tandis que l'engin et l'ISS tournaient autour de la Terre à plus de 28.000 km/h mais avec une vitesse relative entre eux très faible, de seulement 7 centimètres par seconde dans la toute dernière phase.

Désormais accroché à l'ISS, l'ATV fait partie des meubles en quelque sorte ! Bien qu'il ne soit pas conçu pour le vol habité, lorsqu'il est amarré à la Station, l'équipage a accès à son module pressurisé, sans avoir besoin de revêtir de combinaison spatiale.

L’ATV Edoardo Amaldi, dans une des salles blanches du Centre spatial guyanais, entièrement assemblé avant d'être installé dans son lanceur. La présence des techniciens permet de se rendre compte de la taille de l'engin (10 m de long et 4,5 m de diamètre) ! © Esa/Cnes/Arianespace/Photo Optique vidéo du CSG

Edoardo Amaldi, futur local à poubelles de l'ISS

Ce troisième ATV n'est pas venu les soutes vides. Il apporte plus de 4 tonnes d'ergols et de gaz et environ 2,2 tonnes de fret que l'équipage devra décharger. Quant aux réservoirs de combustible, ils sont raccordés à la Station de sorte que la livraison d'air (oxygène ou azote) est effectuée par l'équipage directement dans l'atmosphère ambiante de l'ISS. L'équipage pompe également l'eau des réservoirs de l'ATV pour la transférer vers ceux de la Station.

L'ATV n'est pas seulement utilisé comme cargo spatial. Il a également la fonction de reboost, c'est-à-dire la capacité de rehausser l'orbite de l'ISS, dont l'altitude s'érode régulièrement par l'effet du frottement sur l'atmosphère. Pour réaliser ce rehaussement, l'ATV produit un accroissement de vitesse induisant ainsi une remontée de l'altitude de l'ISS. Sans cette manœuvre, la Station finirait par retomber sur Terre. Cette capacité de reboost permet aussi de faire des manœuvres d’évitement de débris pour contrer un risque de collision.

L'ATV-3 doit rester amarré à la Station plusieurs mois avant d'être désorbité. Une fois sa mission de ravitaillement terminée, il sera utilisé comme local à poubelles. Les déchets de la Station y étant peu à peu remisés.

Cela vous intéressera aussi