Après un report de 24 heures, Ariane 5 et l’ATV Johannes Kepler ont décollé dans la nuit de mardi à mercredi à 22 h 50 min 55 s précises, malgré des conditions météorologiques peu clémentes pour les spectateurs. 1 h 03 min 53 s plus tard, l’ATV-2 a été injecté sur orbite à 270,2 kilomètres. On notera que le lanceur a survolé l’Europe, environ 20 minutes après son décollage. © Esa/S. Corveja

Sciences

Ariane 5 réussit sa première mission de l’année et lance l’ATV-2

ActualitéClassé sous :Astronautique , atv , ATV 2

Pour sa première mission de l'année, Arianespace a lancé l'ATV Johannes Kepler destiné à ravitailler la Station spatiale internationale. Avec une journée de retard, le lanceur a décollé hier à 22 h 50 (heure de Paris) du Centre spatial guyanais et a injecté l'ATV sur une orbite basse qui lui fera rejoindre l'ISS le 24 février.

  • Revivez l'aventure de la fusée Ariane dans notre dossier  

Arianespace a réussi hier soir sa 200e mission commerciale en lançant l'ATV-2 Johannes Kepler. Cette mission diffère fortement de celles qu'Arianespace effectue pour ses clients. Habituellement, on lui confie des satellites à placer sur des orbites de transfert géostationnaires dont l'altitude du périgée est d'environ 250 kilomètres et celle de l'apogée de quelque 35.780 kilomètres. Hier soir, il s'agissait de lancer l'ATV-2, baptisé Johannes Kepler, sur une une orbite circulaire de 260 kilomètres, inclinée à 51,63°, pour permettre au cargo spatial de rejoindre l'ISS en vue d'un amarrage le 24 février prochain.

Ariane 5 assurer un éventail complet de missions, des lancements commerciaux vers l’orbite géostationnaire aux lancements spécifiques sur des orbites particulières, comme celle de l'ATV. © Esa/S. Corveja

À mission différente, lanceur différent

Pour cette mission, Arianespace a utilisé une Ariane 5 ES, une version qui diffère de l'emblématique Ariane 5 et son étage cryotechnique ECA par l'utilisation d'un étage à propergols stockables (EPS) rallumable. Quant à la coiffe utilisée, elle était haute de 17 mètres pour un diamètre de 5,4 mètres. Autre particularité de ce lancement : l'absence de fenêtre de tir.

En effet, le décollage du lanceur a eu lieu à 22 h 50 min 55 s précises, de sorte que tout arrêt pendant la séquence synchronisée (H0 - 7 min) sera sanctionné par un report du lancement comme on a pu s'en rendre compte lors de la première tentative. Une heure H0 confirmée par le centre de contrôle de Toulouse en fonction des derniers calculs de trajectoire de l'ISS.

Vingt tonnes à lancer

Avec une masse de l'ATV-2 de 19,71 tonnes (+ ou - 20 kilos) et compte tenu de la masse de l'adaptateur SDM, la performance demandée au lanceur Ariane 5 ES était de 20,61 tonnes. Un record qu'Arianespace avait déjà tutoyé avec le lancement du premier ATV, en mars 2008.

Un étage à propergols stockables (EPS) en cours d'intégration. Notez les réservoirs d'ergols en jaune et les sphères noires, qui contiennent de l'hélium servant à maintenir en pression l'huile du système hydraulique de commande d'orientation de la tuyère. © Astrium

Lors de cette mission, l'étage EPS a été allumé trois fois, une première fois pour atteindre une orbite elliptique de 258 kilomètres d'apogée et de 137 kilomètres de périgée et une deuxième fois, 42 minutes plus tard, pour circulariser l'orbite à 260 kilomètres d'altitude.

Enfin, 1 heure et 20 minutes après la séparation de l'ATV-2, un troisième allumage de l'EPS est commandé afin de désorbiter le composite et le faire retomber dans le Pacifique, à mi-distance entre les côtes de Nouvelle-Zélande et du Mexique. Une manœuvre qui évite de faire d'un étage de lanceur un énième débris dans l’espace.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi