Sciences

Ariane 5 ECA : un lancement crucial pour la version 10 tonnes - MAJ

ActualitéClassé sous :Astronautique , Ariane 5 ECA , fusée

-

Mise à jour 13/02/2005 10H44

Ariane 5 ECA, vue d'artiste.

Succès confirmé pour Ariane 5 ECA. "Cela aura été difficile, il y aura eu de nombreux débats depuis deux ans", a déclaré samedi à Kourou Jean-Yves Le Gall, le directeur général d'Arianespace devant les invités du vol, faisant allusion à la période de "convalescence" vécue par l'Europe spatiale depuis l'échec du premier vol de qualification d'Ariane 5 "dix tonnes" le 11 décembre 2002.

"On va dépouiller ce vol, l'exploiter dans ses moindres détails", a-t-il promis. "Nous allons lancer à nouveau une Ariane 5 ECA cet été, puis une troisième avant la fin de l'année."

Avec cette nouvelle version du lanceur, Arianespace compte faire baisser ses coûts de lancement de 50% par rapport à la version de base d'Ariane 5 actuellement utilisée.

EADS estime à 130 millions d'euros le coût facturé à Arianespace pour un lanceur Ariane 5 ECA, dont trente exemplaires ont été commandés en 2004 par la société européenne de lancements.

Le prochain lancement d'une Ariane 5 dans sa version "générique" est prévu le 14 avril, avec le satellite militaire français Syracyuse 3A et le satellite indonésien Telkom 2, a annoncé Arianespace samedi.

Mise à jour 12/02/2005 22H34

H0 + 31min : Applaudissements dans la salle ! Succès presque total pour la mission. Confirmation finale dans une vingtaine de minutes. Arianespace revient très fort sur le marché des lanceurs; 40 satellites seraient déjà sur les carnets de vol pour l'avenir ...

Les deux satellites sont en orbite de transfert: XTAR-EUR, satellite de télécommunications qui couvrira une région allant de la côte Est du Brésil au sud-est asiatique, et le micro-satellite SLOSHSAT-FLEVO, destiné à des expériences sur la dynamique des fluides en microgravité.

Cette nouvelle version d'Ariane 5 permet la satellisation de 10 tonnes de charge utile en orbite géostationnaire, contre 6 tonnes pour la version de base. Ce test était crucial pour Arianespace, qui jouait aussi bien sa réputation que sa fiabilité économique après le déboire sévère de 2002, où une défaillance du moteur principal avait conduit à la destruction du lanceur en vol.

H0 + 26min : L'étage supérieur s'est éteint correctement. Le satellite principal de télécommunications XTAR-EUR a été mis en orbite nominale ! L'euphorie règne dans la sallte Jupiter. Reste à confirmer pour le reste de la charge. Mais c'est d'ores et déjà un succès pour l'objectif principal.

Mise à jour 12/02/2005 22H18

Allumage nominal de l'étage supérieur ! Tout se déroule parfaitement.

On attend maintenant H0 + 26 minutes, moment de la séparation effective du satellite principal de télécommunications XTAR-EUR.

H0 + 15 minutes 30 secondes : tout est nominal. Ariane 5 va dépasser les 300 km d'altitude à plusieurs km / s de vitesse.

Mise à jour 12/02/2005 22H06

H0 : Allumage du moteur Vulcain et vérification de son bon fonctionnement
H0+ 7s : Allumage des boosters (EAP) et décollage
H0+ 2min23 : Séparation des boosters à poudre (EAP)
H0+ 3min08 : Largage de la coiffe

Il y a deux ans, le problème était apparu moins de 3 minutes après le décollage.

Prochaine étape cruciale à H0 + 8min47s : extinction du premier étage et allumage du second.

Tout est nominal pour le moment !

Mise à jour 12/02/2005 21H58

Tout est au vert à H0 - 3 minutes.

A 6 minutes du lancement tout est nominal. Après le décollage il faudra attendre 31 minutes pour savoir si tous les satellites sont bien positionnés. L'ambiance est bonne dans la salle de contrôle.

Le compte à rebours est reparti pour un décollage aux environs de 22 H 03 minutes.

A 11 minutes du décollage tout semble au vert. Pressurisation des réservois. La fusée passera bientôt en mode vol automatique.

Mise à jour 12/02/2005 21H40

Le compte à rebours est toujours immobile mais le voyant principal "ensemble de lancement" est repassé au vert ... un lancement dans les prochaines minutes est en bonne voie.

Un capteur de pression dans un réservoir aurait pu détecter un problème.

Tout le personnel est réuni en cellule de crise pour prendre les décisions pour ce lancement. Des représentants industriels sont aussi présents.

Toutes les précautions sont prises car la réussite est capitale. L'échec de 2002 avait coûté 1 milliard d'euros dont 150 millions pour le satellite HotBird.

Plus d'informations dans les prochaines minutes.

Mise à jour 12/02/2005 20H49

Décompte arrêté à 59s du tir. Les paramètres électriques seraient en cause; la durée de l'interruption reste incertaine.

La fenêtre de tir se referme à 22H10 donc encore du temps pour Arianespace et l'Ariane 5 ECA. Le compte à rebours doit reprendre impérativement avant 21H54 car il faut au moins 16 minutes à la séquence synchronisée pour vérifier l'état de la fusée.

L'équipe technique est en train de se rassembler. Un report du tir ne serait pas forcément de bon augure car la météo des jours à venir est incertaine.

Plus d'informations dans les prochaines minutes.

Quitte ou double pour Arianespace. La campagne du vol 164 est dans sa dernière ligne droite. Plus performante que la version générique, Ariane 5 ECA, dont le vol inaugural avait été un échec en décembre 2002, doit décoller du Centre spatial guyanais demain. L'aboutissement d'un travail de plusieurs mois destiné à maximiser les chances de succès, deux ans après l'échec du premier exemplaire de ce modèle.


/! le site d'Arianespace semble saturé par les connections ... /!

Un retour en vol minutieusement préparé

L'échec du vol inaugural d'Ariane 5 ECA a été un coup dur pour les équipes. En cause, une défaillance mécanique de la tuyère du moteur Vulcain 2 qui avait alors subi des charges thermiques et mécaniques dépassant les limites admissibles malgré toutes les qualifications au sol.

Ariane 5 sur son pas de tirDepuis, toutes les forces ont été mobilisées dans un seul but : réussir le retour en vol du lanceur lourd. Les corrections nécessaires ont été apportées et tous les points critiques du lanceur passés au peigne fin.

Une assurance sécurité, en quelque sorte, pour maximiser les chances de succès du prochain lancement prévu ce 12 février.

Ariane 5 ECA embarquera 3 passagers :
* le satellite de télécommunications XTAR pour le compte du consortium américano-espagnol XTAR,
* le mini-satellite expérimental hollandais Sloshsat-FLEVO, destiné à étudier le comportement des fluides en micropesanteur,
* le module de télémétrie MAQSAT-B2, une maquette de charge utile de l'ESA comprenant des expériences et des caméras.

Une version améliorée

Ces derniers jours, au CSG, c'est l'étage supérieur d'Ariane 5 ECA qui retient toute l'attention et subit d'ultimes vérifications. Précisément, l'innovation majeure sur cette version plus performante d'Ariane 5.

Rappelons qu'Ariane 5 ECA doit pouvoir placer jusqu'à 9,3 t de charges utiles en orbite de transfert géostationnaire pour un lancement double, c'est-à-dire 2 satellites embarqués, contre 6 t pour la version générique.

Cette nouvelle performance est possible grâce :
* à l'Etage Supérieur Cryotechnique (ECA), remplaçant l'Etage à Propergol Stockable (EPS) d'Ariane 5 générique ; cet étage ESC-A utilise le moteur HM7B d'Ariane 4 ayant volé plus de 100 fois ;
* au moteur Vulcain 2, opérant l'étage principal, fournissant 20 % de poussée supplémentaire et une impulsion spécifique accrue de 3 s par rapport à son prédécesseur Vulcain 1 ;
* à une augmentation de plus de 2 400 kg de la masse de propergols des 2 Etages d'Accélération à Poudre (EAP).

Le vol 164 aura lieu le 12 février 2005 à 20h49 heure de métropole (soit 16h49 heure de Kourou), la fenêtre de lancement s'étendant jusqu'à 22h10.

Cela vous intéressera aussi