Sciences

Le Japon lance un véhicule automatique vers la Station

ActualitéClassé sous :Astronautique , HTV , véhicule de transfert automatique

Un lanceur japonais H-2B a lancé avec succès le deuxième véhicule de ravitaillement automatique HTV à destination de la Station spatiale internationale. Le lanceur a décollé depuis la base de Tanegashima ce samedi à 5 h 38 TU. L'amarrage avec l'ISS est prévu en fin de semaine. L'engin devrait y rester pendant au moins 30 jours avant de retourner se consumer dans l'atmosphère terrestre.

Utilisé pour la deuxième fois, un lanceur H-2B a lancé avec succès le deuxième exemplaire de l’HTV japonais. Baptisé Kounotori (« cigogne » en japonais), ce véhicule de ravitaillement automatique doit rejoindre la Station pour y rester amarré pendant 30 jours. © Jaxa

Le Japon a lancé avec succès le deuxième véhicule automatique de ravitaillement de l'ISS. Pour cette mission, l'HTV-2 transporte plus de 5,3 tonnes de fret dont 4 tonnes pressurisée. Il est contrôlé depuis le centre spatial de Tsukuba de la Jaxa qui gère également les activités scientifiques à bord et à l'extérieur de Kibo, le laboratoire scientifique de la Jaxa.

Avec Kibo, cet engin est une des contributions les plus visibles du Japon au programme de la Station spatiale. Capable de transporter jusqu'à 6 tonnes de fret, il est prévu le lancement d'au moins un HTV chaque année vers l'ISS afin de la ravitailler et la débarrasser de ses détritus. Le premier exemplaire avait été lancé en septembre 2009.

Pas d'amarrage automatique

Bien qu'il soit similaire à l'ATV européen, dont le deuxième exemplaire doit être lancé le 15 février, ce véhicule de transfert automatique est nettement moins complexe. Il n'a pas la capacité à s'amarrer de façon automatique à la Station comme le font les ATV et Progress russes. Il est saisi par le bras robotique de la Station qui l'amarre à Harmony, le nœud de jonction numéro 2.

Le premier cargo spatial japonais HTV évoluant en vol libre avant sa capture par le Canadarm2 en septembre 2009. © Nasa

De dimensions similaires à l'ATV, il a une masse au lancement de 16 tonnes. Il se compose d'un module pressurisé à l'intérieur duquel les astronautes peuvent travailler lorsqu'il est amarré à la Station et d'une section ouverte qui n'est donc pas pressurisée.

Cette partie de l'engin est utilisée pour transporter les charges utiles qui seront installées sur la plateforme de Kibo. Pour cette mission, la palette sera saisie par la main robotique Dextre, de l'Agence spatiale canadienne, qui réalisera ainsi sa première mission opérationnelle, quelques semaines après son entrée en service.

Cela vous intéressera aussi