Sciences

En images : le bras de la Station capture le cargo spatial du Japon

ActualitéClassé sous :Astronautique , HTV , HTV-2

-

Moins d'une semaine après son lancement à destination de la Station spatiale, le cargo spatial HTV de la Jaxa est arrivé à bon port. Cet engin, qui n'est pas équipé d'un mécanisme d'amarrage, a été attrapé par le bras robotique de l'ISS qui l'a ensuite arrimé. La manœuvre a été réalisée par deux astronautes, dont celui de l'Agence spatiale européenne, Paolo Nespoli.

Cette image de la capture de l'HTV-2 de la Jaxa montre la partie non pressurisée du module, à ciel ouvert. La palette qui s'y trouve sera saisie par Dextre, la main robotisée de la Station, qui réalisera alors sa première mission opérationnelle. © Nasa

Le bras robotique Canadarm2 a attrapé le cargo lorsqu'il s'est trouvé à seulement 10 mètres de la Station. Aux commandes, l'Américaine Catherine Coleman et l'astronaute européen de nationalité italienne, Paolo Nespoli, ont mis moins de trois heures pour le capturer et l'amarrer à la Station.

Aux commandes du bras robotique, les deux ingénieurs de vol d’Expedition 26, s’apprêtent à saisir l’HTV-2 qui, après s’être approché à 30 mètres de la Station, a été capturé alors qu’il se trouvait à 10 mètres de l’ISS. L'ATV européen, lui, effectue seul l'amarrage. © Nasa

Baptisé Kounotoricigogne » en japonais), cet engin est le deuxième HTV lancé vers la Station après la lancement du premier exemplaire en septembre 2009. Pour cette mission, il transporte plus de 5,3 tonnes de fret dont 4 tonnes pressurisées. Il restera amarré à l'ISS pendant au moins 30 jours avant de retourner se consumer dans l'atmosphère terrestre.

Lancé le 22 janvier par un lanceur japonais H-2B, l'HTV-2 a rejoint la Station 5 jours plus tard pour y être docké. © Nasa

Les spécificités de l'HTV

Des quatre cargos spatiaux utilisés pour ravitailler la Station (nous comptons la capsule Dragon de SpaceX, bien qu'elle n'ait pas encore fait ses preuves), l'HTV est le seul capable d'emporter des charges utiles dont la taille n'est pas limitée par les portes des modules auxquels ils s'amarrent. En effet, la partie non pressurisée de l'engin est à ciel ouvert. Cette solution astucieuse trouve tout son sens avec l'arrêt des vols de navettes à l'été 2011, seules capables de transporter des charges utiles de grandes tailles.

Cela vous intéressera aussi