Sciences

Lancement réussi du cargo spatial japonais HTV-3 vers l'ISS

ActualitéClassé sous :Astronautique , HTV , HTV-3

Baptisé Kounotori3 (« cigogne » en japonais), le troisième cargo spatial HTV du Japon a été lancé ce weekend à destination de la Station spatiale internationale qu'il doit rejoindre le 27 juillet.

Le H-2B a lancé avec succès le troisième exemplaire de l'HTV japonais. Ce cargo d'environ 10 m de long pour un diamètre de 4 m est la contrepartie du Japon à l'utilisation de l'ISS. Pour cette mission, il transporte environ 4 tonnes de fret. © Jaxa

Le ravitaillement de la Station spatiale internationale (ISS) se poursuit à un rythme effréné. Depuis le début de l'année, la Russie a lancé deux cargos Progress avant un troisième à la fin du mois, tandis que l'Europe a envoyé le troisième exemplaire de l’ATV. Baptisé Eduardo Amaldi, il a rejoint la Station le 29 mars. Enfin, la firme privée SpaceX a réussi le vol d'essai de sa capsule Dragon à destination de l'ISS qu'elle a regagnée fin mai.

Samedi, un H-2B a décollé avec succès depuis la base de Tanegashima et lancé le troisième véhicule de ravitaillement automatique HTV en direction de la Station spatiale internationale. L'amarrage avec l'ISS, par capture de Kounotori3 grâce au bras robotique Canadarm2, est prévu le 27 juillet.

Capture en janvier 2011 du deuxième exemplaire de l'HTV japonais par le bras robotique de la Station spatiale. © Nasa

Équipements intégrés au cargo japonais HTV-3

Ce cargo emporte quelque 4 tonnes de fret constitué d'eau potable, de nourriture, de vêtements et d'autres matériels d'équipements de travail. Il embarque également cinq nanosatellites de type Cubesat et un équipement qui permettra de les placer en orbite directement depuis la Station (JEM-Small Satellite Orbital Deployer).

Enfin, il comprend deux instruments destinés à mesurer plusieurs paramètres (température, accélération, angle de rentrée) et à prendre des photos de l'engin au moment de sa rentrée destructive dans l'atmosphère. L'idée est de mieux comprendre comment se désintègrent les différents composants des véhicules spatiaux (satellites, lanceurs, modules) lors de leur rentrée atmosphérique de façon à mieux prévoir la chute des éléments qui ne se consument pas dans l'atmosphère et réduire les zones de point de chute.

Il s'agit du troisième lancement d'un HTV après ceux de septembre 2009 et janvier 2011. En tout, l'Agence spatiale japonaise doit en lancer sept entre 2009 et 2016. Au-delà de cette date, pour payer son utilisation de la Station spatiale par un service (principe du barter element), le Japon a choisi de fournir une capacité de retour d’orbite pour la période 2017-2020. Quant à l'Europe, elle a fait le choix de collaborer avec la Nasa à son futur véhicule spatial MPCV, après la fin de l'utilisation de l'ATV.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi