Découvrez quels sont ses causes et ses symptômes ? © stevepb, Pixabay
Santé

Maladie de Hashimoto : quels sont les causes et symptômes ?

Question/RéponseClassé sous :maladie auto-immune , hypothyroïdie , thyroïde
 

La maladie de Hashimoto est une maladie auto-immune dans laquelle le système immunitaire attaque les cellules thyroïdiennes, provoquant alors une inflammation de la thyroïde. Elle se traduit généralement par une hypothyroïdie. Quels sont ses causes et ses symptômes ?

La maladie tire son nom du docteur japonais Hakaru Hashimoto, qui l'a découverte au début du 20e siècle. Elle est l'une des causes les plus fréquentes d'hypothyroïdie, en particulier chez les femmes adultes.

Dans la plupart des cas, la maladie commence par une hypertrophie indolore de la thyroïde et ne peut donc être identifiée que lors d'une consultation avec un médecin. Dans d'autres cas, la maladie peut provoquer une sensation de ganglion dans le cou, qui n'engendre aucune douleur à la palpation. Le traitement avec un endocrinologue doit débuter dès que possible pour réguler le fonctionnement de la glande thyroïdienne et éviter les complications.

Quels sont les symptômes de la maladie de Hashimoto ?

Les symptômes les plus courants de la maladie de Hashimoto sont exactement les mêmes que ceux de l'hypothyroïdie, à savoir :

  • Prise de poids rapide
  • Fatigue intense
  • Peau froide et pâle 
  • Constipation 
  • Frilosité importante
  • Douleurs musculaires ou articulaires 
  • Léger gonflement de la gorge au niveau de la thyroïde, appelé goitre
  • Cheveux et ongles cassants

Ce problème est plus fréquent chez les femmes et arrive généralement entre 30 et 50 ans. Au départ, le médecin peut ne diagnostiquer qu'une hypothyroïdie et, après avoir effectué d'autres tests, il peut identifier une inflammation pour arriver au diagnostic de la maladie de Hashimoto.

Quelles sont les causes de la maladie de Hashimoto ?

Les causes de la maladie de Hashimoto ne sont pas scientifiquement prouvées, mais celle-ci pourrait être causée par une altération génétique. En effet, on observe souvent plusieurs cas au sein d'une même famille. D'autres études indiquent que ce type de maladie peut être déclenché après une infection par un virus ou une bactérie, qui finit par provoquer une inflammation chronique de la thyroïde.

Bien qu'il n'y ait pas de cause connue, la maladie de Hashimoto semble être plus fréquente chez les personnes atteintes de troubles endocriniens tels que le diabète de type 1, le dysfonctionnement des glandes surrénales ou d'autres maladies auto-immunes comme l'anémie pernicieuse, la polyarthrite rhumatoïde, la maladie d'Addison ou encore le lupus.

La maladie de Hashimoto est auto-immune. © DarkoStojanovic by Pixabay

Comment réaliser le diagnostic de la maladie ?

La meilleure façon de diagnostiquer la maladie de Hashimoto est de consulter un endocrinologue afin qu'il procède à une analyse sanguine qui évalue la quantité de T3, T4 et TSH, ainsi qu'à un test de détection des anticorps antithyroïdiens (anti-TPO). Dans le cas de la maladie de Hashimoto, la TSH est généralement plus élevée que la moyenne.

Certaines personnes peuvent avoir les anticorps antithyroïdiens, mais ne présentent aucun symptôme et sont considérées comme ayant une maladie auto-immune subclinique. Ils n'ont alors pas besoin de traitement.

Existe-t-il des traitements ?

Le traitement n'est indiqué que lorsqu'il y a des changements dans les valeurs de TSH ou quand des symptômes apparaissent. Il débute généralement par des médicaments hormonaux, tels que le Levothyrox, pendant environ 6 mois. Ensuite, il est nécessaire de retourner chez le médecin pour réévaluer la taille du goitre pour voir s'il est nécessaire de passer à un autre médicament ou d'ajuster la dose.

Si la personne a des douleurs ou s'il y a une croissance rapide de la thyroïde, l'utilisation de corticoïdes pendant 3 à 4 semaines peut être prescrite pour soulager les symptômes.

La nourriture peut également avoir un impact important sur la santé de la thyroïde. Il est donc recommandé de suivre un régime alimentaire sain avec des aliments riches en nutriments tels que l'iode, le zinc ou le sélénium. Pour cela, vous pouvez vous faire aider par un nutritionniste.

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement). Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !