En France, la fréquence du cancer de la thyroïde a augmenté au cours des dernières décennies, posant la question du rôle joué par la catastrophe de Tchernobyl. Mais une nouvelle étude suggère que l’augmentation observée dans différents pays est essentiellement due au surdiagnostic.
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Tchernobyl : un drone visite la ville meurtrie de Pripyat Une nuit d'avril 1986, le réacteur n°4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl explose. Dans lenull

Dans un article paru dans la revue New England Journal of Medicine, des chercheurs français et italiens ont évalué le nombre de surdiagnostics de cancers de la thyroïde dans 12 pays dont la France. Un surdiagnostic correspond au diagnosticdiagnostic d'une tumeurtumeur qui n'aurait pas conduit à des symptômessymptômes et n'aurait pas causé le décès du patient.

D'après leurs résultats, 50 à 90 % des cancers de la thyroïde diagnostiqués chez des femmes dans les pays riches sont dus au surdiagnostic ; cette proportion serait de 70 à 80 % en France. Les nouvelles techniques employées auraient détecté beaucoup de tumeurs sans danger, donnant souvent lieu à l'ablationablation de la thyroïde. Ceci renforce l'idée selon laquelle la catastrophe nucléaire de Tchernobyl n'est pas la seule responsable de l'épidémieépidémie de cancers de la thyroïde.

-----------------

Article initial paru le 28/04/2016 à 11:27

La fréquencefréquence du cancer de la thyroïdecancer de la thyroïde est en hausse en France depuis les années 80. L'accidentaccident nucléaire de Tchernobyl serait loin d'être le seul responsable d'après l'Institut de veille sanitaire (InVSInVS).

En 2015, en France, le nombre de nouveaux cas de cancers de la thyroïde était estimé à près de 10.000, contre seulement 700 par an dans les années 1980. Selon les rédacteurs du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), de l'Institut de veille sanitaire (InVS), « cette augmentation pourrait en partie être due à une surveillance plus étroite de la glande thyroïde. Toutefois, l'évolution des pratiques diagnostiques ne peut expliquer à elle seule toute l'augmentation constatée ».

L'exposition aux rayonnements ionisants pendant l'enfance est un facteur de risquefacteur de risque reconnu. Or, depuis deux décennies, les actes d'imagerie médicale (notamment dentaire chez les plus jeunes) reposant sur ces techniques s'inscrivent à la hausse.

L'impact de Tchernobyl en France

Concernant la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, l'impact semble limité en France. Pour autant, les chercheurs ne disposent pas d'assez d'éléments scientifiques pour confirmer ou non le nombre de nouveaux cas liés à cet accident dans l'Hexagone.

En conclusion, les rédacteurs du BEH indiquent que « l'incidenceincidence des cancers de la thyroïde a donc fortement augmenté ». Cette augmentation résulte en grande partie d'un effet des pratiques médicales. D'autres facteurs de risque sont probablement également impliqués. Toutefois, ces derniers n'ont pas encore été clairement identifiés à ce jour et il est difficile d'émettre des hypothèses au vu des disparités géographiques observées.