Victimes d’accidents ou de maladies rares, les médecins ne leur donnaient guère de chance de survie. Ces patients sont de véritables miraculés, grâce à des opérations hors norme, à la mobilisation des équipes médicales… et à beaucoup de chance.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Un robot pourrait-il remplacer un chirurgien ? Les robots chirurgiens se développent, se perfectionnent et sont de plus en plus présents dansnull

Ils ont survécu à une chute de 47 étages, à un arrêt cardiaquearrêt cardiaque de 18 heures ou à un cancercancer foudroyant. Malgré un pronosticpronostic quasi désespéré, les médecins ont tenté l'impossible pour les sauver. Notre récit de ces opérations de la dernière chance.

Brûlé à 95 %, il survit grâce à une greffe de peau de son jumeau

Le 26 septembre 2016, Franck travaille dan son usine de produits chimiques quand un bidon de liquideliquide hautement inflammable explose. Transformé en torche vivante, il est brûlé à 95 %. Les médecins lui donnent alors 1 % de chance de s'en sortir. Par chance, Franck a un frère jumeau homozygotehomozygote, qui se propose de donner sa peau.

La greffegreffe, réalisée à l'hôpital Saint-Louis, à Paris, est une première mondiale. La peau de la cuisse, du cuir chevelucuir chevelu et du dosdos est prélevée sur le jumeaujumeau de Franck et transférée sur son corps. Au fil des interventions, la peau se régénère peu à peu. L'objectif du professeur Mimoun, qui l'a opéré, est de développer une peau universelle afin que chacun puisse profiter de la même chance.

Un bébé survit avec un cœur hors de la poitrine

C'est lors de sa neuvième semaine de grossessegrossesse que Naomi Wilkins, une britannique de 31 ans, apprend que son futur bébé souffre d'une ectomie cardiaque (ectopia cordis) : elle n'a pas de sternumsternum et son cœur est situé à l'extérieur de sa cage thoracique. Extrêmement rare, cette malformation cardiaque aboutit généralement à des enfants morts-nés. En outre, ses intestins ne sont pas non plus correctement placés.

Naomi Wilkins décide malgré tout de poursuivre sa grossesse, et le 22 novembre 2017, elle accouche d'une petite Vanellope par césariennecésarienne. Le bébé est immédiatement pris en charge par une équipe de 50 médecins. Le cœur est replacé dans la poitrine et recouvert avec de la peau prélevée sur le bébé lui-même. Vanellope est sauvée, mais devra encore subir des opérations afin d'implanter une protection osseuse devant sa poitrine.

Voir aussi

Les plus grandes découvertes en médecine

Il revit après 18 heures d’arrêt cardiaque

Le 12 mars 2018, un homme de 53 ans est découvert inanimé sur les berges de l'Orb, près de Béziers (Hérault). Alors qu'il est pris en charge par les pompiers, il fait un arrêt cardiaque. Pendant les 4 heures et demie que dure le trajet jusqu'à l'hôpital, les secours lui prodiguent un massage cardiaque ininterrompu, en vain. Mais les médecins ont un espoir : l'homme étant en grave hypothermie (22 °C), ils pensent qu'en le réchauffant progressivement, ce cœur va peut-être repartir. Le patient est branché à une machine maintenant ses fonctions vitales par circulation extra-corporelle et sa température est ramenée à 32 °C.

Après 18 heures sans battement, la stimulationstimulation électrique produit enfin un effet et le cœur est relancé. Paradoxalement, c'est aussi l’hypothermie qui a sauvé ce miraculé : à chaque degré en moins, le métabolismemétabolisme est réduit de 7 %, ce qui fait que les cellules nécessitent très peu d'oxygène. L'homme se porteporte aujourd'hui parfaitement bien et ne souffre d'aucune séquelleséquelle.

Opérée d’une tumeur qui occupe 60 % de son cerveau

Lorsque Katie Rose Hayes vient au monde en Floride en septembre 2018, tout semble aller bien. Mais deux semaines après son retour à la maison, sa tête commence à enfler et elle n'arrête pas de vomir. Emmenée à l'hôpital, le verdict tombe : Katie est atteinte de glioblastomeglioblastome, une tumeur du cerveau extrêmement grave, dont le taux de survie à cinq ans n'est que de 5 %. Chez la fillette, la tumeurtumeur a déjà la taille d'une balle de tennis et occupe 60 % de son cerveaucerveau. Les médecins ne sont alors même pas sûrs qu'elle passera la nuit.

Opérée en urgence le lendemain au cours d'une intervention très risquée, Katie se voit retirer 70 % de la tumeur et elle est mise sous chimiothérapiechimiothérapie. Le miracle se produit : fin décembre, le reste de tumeur a déjà régressé de moitié. En janvier 2020, elle s'est réduite à la taille d'un grain de riz. Évidemment, la fillette n'est pas complètement sortie d'affaire et reste sous traitement pour contrôler la maladie.

La tumeur de la petite Katie mesure aujourd’hui moins d’un millimètre. © <em>Kisses for Katie</em>, Facebook
La tumeur de la petite Katie mesure aujourd’hui moins d’un millimètre. © Kisses for Katie, Facebook

Voir aussi

Podcast : la seule opération de l'Histoire avec un taux de mortalité de 300%

Elle est greffée de ses deux bras sectionnés par un train

Son histoire a fait le tour du monde. Le 14 août 2017, à 15 h 30, Caroline, 37 ans, a les deux bras sectionnés au niveau des coudes par un train à Chambéry lors d'un bête accident. S'engage alors une véritable course contre la montre. Elle est transportée en urgence à l'hôpital, tandis que ses bras sont placés dans la glace et entourés de champs stériles.

Moins de deux heures après sa chute, deux équipes s'attèlent à la greffe simultanée des deux bras durant quatre heures. À 21 h 30, tout est fini. La jeune femme mettra plusieurs années à récupérer, le temps que les nerfs repoussent et au prix d'une longue rééducation. Cette opération, qui s'est déroulée au Centre hospitalier universitaire Grenoble Alpes (Isère), est la seule de ce type jamais réalisée en France.

Il survit à une chute de 47 étages

Le 7 septembre 2008, Alcides Moreno et son frère Edgar nettoient les vitresvitres d'un gratte-ciel new-yorkais, au 47e étage d'une tour située sur la 66e avenue. Soudain, la nacelle se met à vibrer et l'un des câbles cède, entraînant les deux hommes dans une chute de plus de 150 mètres. Edgar est tué sur le coup, mais Alcides est encore en vie, dans un état « désespéré » : traumatisme crânientraumatisme crânien, lésions à la colonne vertébralecolonne vertébrale, os des jambes brisés et éventration.

Son état est tellement grave que les médecins doivent l'opérer de l'abdomenabdomen directement dans le local des urgences, son transport vers le bloc opératoire étant jugé trop risqué. Placé dans un coma artificiel, Alcides va subir plus de neuf opérations et recevoir 11 litres de sang, mais il est sauvé. Un cas exceptionnel, confirme un des chirurgiens : « Une chute de trois ou quatre étages est mortelle dans un cas sur deux, alors, imaginez une chute de 47 étages. »

Elle reçoit sept organes différents lors d’une seule greffe

Née en 2006 avec une maladie congénitale, une fillette de 4 ans a été transplantée de sept organes lors d'une opération à l'hôpital Necker (Paris) en 2010. La maladie de Hirschsprung, se caractérisant par l'absence de nerfsnerfs qui assurent les contractions du colon, a entraîné le dépérissement de ses organes digestifs. La fillette est nourrie par intraveineuse, mais elle s'affaiblit de jour en jour.

Après de longs mois d'attente, un donneur est enfin trouvé. Une équipe est envoyée pour chercher les organes en province, tandis que les chirurgiens de Necker vident littéralement le ventre de la petite fille. Au total, sept organes sont réimplantés : estomacestomac, duodéno-pancréas, intestin grêleintestin grêle, colon droit, le foiefoie et les deux reinsreins. « Cela nécessite l'expertise de tellement de spécialités différentes qu'on ne les trouve réunies que dans quelques structures comme l'Assistance publique des hôpitaux de Paris », explique Yves Aigrain, l'un des chirurgiens l'ayant opérée.

Voir aussi

Histoire : médecine, médecins et chirurgiens sous l'Ancien Régime