Coquillages : les secrets de la survie des mollusques

DossierClassé sous :zoologie , coquillage , antilles

Comment échapper aux prédateurs ? Chez les coquillages marins, plusieurs solutions élégantes ont été trouvées par la sélection naturelle : se protéger en épaississant sa coquille, fabriquer des épines et des voiles qui découragent le prédateur, ou bien se camoufler. Certaines espèces pratiquent au contraire « l'exhibitionnisme » en arborant de vives couleurs signalant au prédateur qu'il est immangeable.

  
DossiersCoquillages : les secrets de la survie des mollusques
 

La quasi-totalité de l'énergie disponible chez les êtres vivants provient du soleil. Ce sont les algues et les plantes pourvues de chlorophylle qui sont capables de fabriquer directement des molécules organiques complexes à partir de l'eau et du gaz carbonique.

Conque, un mollusque à grande coquille bivalve. © LawriePhipps, Pixabay, DP
Bivalve Spondylus ictericus. © Jean-Pierre Pointier - Tous droits réservés

D'autres organismes, tels les animaux, ne possèdent pas de chlorophylle et n'ont d'autres sources d'énergie que les êtres vivants qui en possèdent. Ce principe simple est à la base de ce que l'on appelle des réseaux alimentaires dans lesquels on distingue les producteurs capables de capter l'énergie solaire et les consommateurs qui se transmettent cette énergie grâce à la prédation et éventuellement au parasitisme.

Gastéropode Poirieria pazi. © Jean-Pierre Pointier - Tous droits réservés

Les mollusques sont fondamentalement des consommateurs qui broutent des végétaux chlorophylliens ou bien qui dévorent des organismes qui se sont eux-mêmes nourris de végétaux chlorophylliens.

Le héron vert (Butorydes virescens) fréquente toutes sortes de milieux aquatiques. © Jean-Pierre Pointier - Tous droits réservés

Les mollusques : des proies potentielles

Les mollusques sont tout naturellement des proies possibles pour toutes sortes d'animaux. Parmi les prédateurs des mollusques les plus fréquemment signalés on peut citer : en milieu marin les crustacés et les poissons sans oublier certaines espèces de mollusques qui sont elles-mêmes prédatrices ; dans les eaux douces, les insectes aquatiques à l'état larvaire ou adulte ainsi que divers autres invertébrés et certains vertébrés comme les poissons ; en milieu terrestre, les oiseaux et les mammifères, Hommes compris.

Sangsues Helobdella punctatolineata en train de dévorer une planorbe. © Jean-Pierre Pointier - Tous droits réservés

Au cours de l'évolution, la sélection naturelle a pourvu les organismes susceptibles d'être « mangés » de toutes sortes d'adaptations qui vont de la course rapide aux carapaces les plus épaisses. Le monde des mollusques marins gastéropodes et bivalves fournit un échantillonnage étonnant des stratégies retenues par la sélection chez les animaux incapables de déplacements rapides

Héron vert ou Butorides virescens à l'affût. © Eric Sonstroem, Wikimedia commons, CC by 2.0

Dans ce dossier, nous illustrerons ces stratégies en distinguant la protection par la morphologie de la coquille, la protection par le camouflage et la protection par ce que nous appelons l'exhibitionnisme.

À lire aussi sur Futura :