Planète

La protection par exhibitionnisme

Dossier - Coquillages : les secrets de la survie des mollusques
DossierClassé sous :zoologie , coquillage , antilles

Comment échapper aux prédateurs ? Chez les coquillages marins, plusieurs solutions élégantes ont été trouvées par la sélection naturelle : se protéger en épaississant sa coquille, fabriquer des épines et des voiles qui découragent le prédateur, ou bien se camoufler. Certaines espèces pratiquent au contraire « l'exhibitionnisme » en arborant de vives couleurs signalant au prédateur qu'il est immangeable.

  
DossiersCoquillages : les secrets de la survie des mollusques
 

On a cité plus d'une fois dans le monde végétal comme dans le monde animal le cas d'organismes « immangeables ». Habituellement, ces organismes se signalent aux prédateurs par des couleurs d'alerte qui permettent un apprentissage rapide de « l'immangeabilité » par le prédateur. Bien que ces propriétés aient fait l'objet et fassent encore l'objet de discussions, elles sont habituellement interprétées comme ayant une valeur adaptative de protection.

Fig. 16 : Cyphoma gibbosum. © Laszlo Ilyes, Wikimedia commons, CC by 2.0

Cyphoma gibbosum exhibe son manteau protecteur orange et noir

Le gastéropode Cyphoma gibbosum étonne les plongeurs par sa livrée rutilante : sur un fond blanc pur apparaît un puzzle d'ocelles orange cerclés de noir qui attire l'œil à plusieurs mètres (Fig. 16). En fait, il s'agit là d'une décoration du manteau : une fois celui-ci enlevé, la coquille est banalement unicolore (Fig. 17).

Fig. 17 : La coquille nue du Cyphoma gibbosum. © Jean-Pierre Pointier - Tous droits réservés

Si chez les poissons et les oiseaux les couleurs brillantes sont souvent interprétées comme ayant un rôle dans la rencontre des sexes et même dans la sélection sexuelle, il semble peu probable que cette explication soit la bonne chez les mollusques. Chez nos gastéropodes, des yeux sont présents mais ceux-ci sont de structure simple et ne semblent guère capables de fournir à l'animal des images détaillées de ce qui les entoure.

Cyphoma signatum se couvre de rayures noires sur fond jaune clair

Son cousin le Cyphoma signatum arbore lui aussi une livrée qui attire l'œil mais celle-ci est ornée de rayures noires serrées sur un fond jaune clair (Fig. 18).

Fig. 18 : Cyphoma signatum. © Jean-Pierre Pointier - Tous droits réservés

Le manteau rétracté laisse apercevoir une coquille d'un blanc presque pur (Fig. 19).

Fig. 19 : Un blanc presque pur pour la coquille de Cyphoma signatum. © Jean-Pierre Pointier - Tous droits réservés